Méditer, c’est faire se reposer l’esprit pour initier un dialogue avec l’âme

26 avril 2017 dans Psychologie 570 Partagés
Il arrive un moment où nous en avons besoin, tout simplement : faire taire le bruit de l’esprit pour syntoniser cette voix interne à laquelle nous ne prêtions pas beaucoup d’attention et qui a tant de choses à nous dire. Car méditer, c’est avant tout favoriser une nouvelle rencontre avec notre âme, une connexion vitale avec laquelle on peut trouver des réponses en ces temps agités.
Il n’existe pas une raison typique pour laquelle une personne choisit de commencer à pratiquer la méditation. Parfois, cela se fait par hasard. Quelqu’un peut avoir mal au dos et on lui recommande alors de faire du yoga ; à partir du yoga, sans vraiment savoir pourquoi, cette personne peut s’initier à cet art ancestral, au sein duquel on retrouve beaucoup d’écoles et de points de vue curieux.

“Méditer, c’est vous offrir un moment avec vous-même pour vous retrouver de façon intime et spéciale.”


D’un autre côté, il faut également signaler que la méditation a différents sens selon le contexte. Bien qu’elle ne soit pas liée à une religion en particulier, elle constitue un composant essentiel dans beaucoup de croyances. Malgré tout, et si l’on met de côté cet aspect spirituel, l’intérêt psychologique pour la méditation a toujours été très marqué, pour de nombreuses raisons et fins thérapeutiques.
Cet exercice se centre avant tout sur cette capacité à “auto-réguler” l’esprit et ses processus, de manière à ce que nous puissions atteindre un équilibre adéquat entre les pensées et les émotions. Il s’agit d’une chose très intéressante que l’on atteint à travers un entraînement planifié et qui pourrait sans doute nous aider à compléter beaucoup de stratégies à l’heure de certains problèmes psychologiques comme le stress, l’anxiété ou la dépression.
Nous vous proposons de réfléchir sur ce thème.

Méditer pour restaurer notre équilibre intérieur

Pour beaucoup, parler de méditation signifie parler de bouddhisme. Cependant, il convient de rappeler que les druides aussi se servaient de ces techniques pour entrer en connexion avec la nature et les divinités. Pour y parvenir, ils devaient affronter une série de résistances qu’ils appelaient “les quatre tristesses” : la nostalgie, la douleur de la perte, l’envie et la difficulté du voyage. Quelque chose qui, sans aucun doute, nous est extrêmement familier.

“Prier signifie parler avec la partie la plus profonde de notre Être et méditer signifie trouver la Réponse.”


Si l’on se plonge un peu dans la complexité et dans le monde très intéressant des religions et de la spiritualité, on se rend compte qu’il y a de grands axes qui se répètent toujours. Mircea Eliade, célèbre philosophe et historien, a dit un jour qu’au moment où l’être humain a regardé en l’air pour la première fois et a découvert les étoiles, il est resté frappé par ce calme et cette magie presque divine. Il devait se passer quelque chose dans cette dimension qui s’éloignait tellement des besoins et des pénuries de l’humanité.
Depuis que nous avons l’usage de la raison, nous avons toujours voulu trouver ce calme, cet équilibre intérieur avec lequel on pourrait atteindre une compréhension plus intuitive des choses, une sérénité plus sage et profonde avec laquelle invoquer l’authentique être que nous portons en nous et qui, d’une certaine façon, nous permettrait de mieux nous connaître et de nous connecter d’une manière différente à notre environnement. Quelque chose qui, si nous y réfléchissons bien, est aujourd’hui assez complexe dans ce monde où priment l’action et le stress, cette usure presque invisible qui fragmente complètement cette dimension divine : notre estime de nous-même.

Cesser d’être esclaves des circonstances externes

Personne ne peut contrôler à 100% ce qu’il se passe autour de nous. Malgré tout, nous pouvons dominer la façon dont nous affectent ces circonstances. Que nous le croyions ou non, chacun-e de nous vit quotidiennement avec une série de saboteur-se-s internes que nous ne voyons pas mais qui sont bien là. Iels sont comme les acariens de notre conscience, auxquels nous devons faire face de façon habile et sage.
Les voici :
  • Les préoccupations
  • Ne pas cesser de penser au passé
  • Passer notre temps à juger
  • Être critiques avec nous-mêmes et encore plus avec les autres
  • Se sentir coupables de tout ce qui se produit autour de nous
  • Être un-e catastrophiste acharné
  • Être accro aux doutes et à l’indécision

Quand une personne commence à méditer, elle initie en même temps un voyage contemplatif où elle peut voir chacune de ces dimensions. Bien, mais au lieu de contempler ces palissades avec dédain ou mépris, nous les observerons avec la sérénité de celui qui est capable de ne PAS juger pour comprendre que le changement est toujours possible. Car la méditation signifie avant tout nous vêtir de respect et d’amour pour clarifier les buts et sortir plus fort-e-s de cet instant de paix et d’équilibre.

Choisissez votre type de méditation et prenez soin de votre cerveau

Aujourd’hui, la science affirme que méditer entraîne des changements très positifs dans notre architecture cérébrale. Par exemple, elle permet de faire grandir la grosseur corticale, cette aire liée à l’introspection et à l’attention. Elle élargit aussi les connexions dans l’aire de l’hippocampe ou dans l’aire frontale, des structures liées aux émotions ou à la prise de décisions.
La méditation est, comme nous pouvons le voir, un art auquel il est bon de s’initier si nous pensons que c’est le cas et si nous en avons besoin. Nous rencontrons aussi différents types de méditation, parmi lesquels nous pouvons choisir celle qui s’ajuste le mieux à nos besoins à un moment donné.
Voici les différents types de méditation :
  • Méditation Bouddhiste
  • Méditation Transcendentale
  • Méditation Vipassana
  • Méditation Zazen
  • Méditation Kabbalah
  • Méditation Mantra
  • Méditation Sufi
  • Méditation Dzogchen
  • Méditation Chakra
Malgré tout, et c’est plutôt curieux, il faut signaler qu’il n’est pas indispensable de suivre un point de vue déterminé. Méditer est un exercice à travers lequel nous pouvons atteindre un état de conscience et de relaxation pour bénéficier d’une série de processus cognitifs et psychologiques. Parfois, pour y parvenir, il suffit de visualiser des images positives pendant que nous verbalisons mentalement une série d’affirmations qui s’ajustent à nos besoins.
  • J’ai une entière confiance en moi
  • Je me sens libre de décider par moi-même
  • J’écoute mon intuition
  • Rien ni personne n’a le droit de vulnérabiliser ma paix intérieure
  • Je ne suis inférieur-e à personne et personne n’est inférieur à moi
  • J’ose enfin entreprendre le changement, lutter pour mon bonheur

Pour conclure, parfois, pour maintenir ou récupérer notre vitalité en ces temps incertains et complexes, il est nécessaire d’initier un chemin inverse : au lieu de courir vers un endroit comme si l’on cherchait à s’échapper, la meilleure chose à faire est de nous retrouver. Et, pour cela, rien ne vaut la méditation.

A découvrir aussi