Savez-vous comment vous défendre face à un comportement passif-agressif ?

· 14 août 2017

Le comportement passif-agressif est caractérisé par la dépendance et la manipulation. Cet art sibyllin associe des attitudes négatives et le défaitisme, qui est tellement imprégné qu’il entraîne les autres jusqu’à une usure psychique et émotionnelle très profonde. De même, ces traits sont caractéristiques d’un profil provocateur, malheureusement très commun et qui rend difficile toute dynamique de couple, d’amitié ou de lien familial.

Beaucoup d’entre nous savent identifier n’importe quel comportement agressif. Tout le monde dispose de cet œil clinique qui permet de nous avertir que cette personne, par son attitude, son comportement ou sa manière de communiquer, répand une certaine violence, un certain air de supériorité et d’agressivité plus ou moins explicite.

« La peur se manifeste généralement de deux manières : à travers l’agressivité ou à travers la soumission. »

-Paulo Coehlo-

Cependant, on ne voit pas toujours venir le passif-agressif car certaines de ses attitudes ne sont aussi flagrantes. Des réactions qui oscillent souvent entre le charismatique et le réactionnaire. Son hostilité cachée derrière l’ironie, les sarcasmes et les fausses « bonnes manières » qui attirent pourtant l’attention. C’est un type de personnalité qui amène à la confusion, aux quiproquos, jusqu’à ce que l’on prenne conscience du mal être que cette personne en particulier fait naître en nous.

D’autre part, il faut dire que jusqu’à il y a quelque années, la personnalité passive-agressive était identifiée comme un trouble de la personnalité. Cependant, cette étiquette clinique a disparu dans la quatrième édition du DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) pour devenir un type de comportement et de personnalité « non pathologique ».

Dans les années 90, on a sur-diagnostiqué ce supposé trouble et la controverse a été telle qu’un consensus a été trouvé : il n’était pas logique de considérer comme pathologique la résistance, le pessimisme ou l’agressivité dissimulée. Cela était seulement approprié dans le cas où une personne faisait usage de cette attitude de manière permanente, révélant par là même une attitude dominante, pessimiste et très incapacitante.

Caractéristiques du comportement passif-agressif

Nous pouvons tou-te-s faire preuve d’un comportement passif-agressif à un moment donné. Il y a des déclencheurs ponctuels qui peuvent générer, presque sans nous en rendre compte, un comportement d’hostilité latente, un type de réactions qui démontrent une certaine irritabilité, une certaine mauvaise humeur. Ainsi, il est important de toujours comprendre ce qui se cache derrière le comportement passif-agressif.

Voyons à présent en détail quelles sont ses caractéristiques les plus communes.

Le langage passif-agressif

Le comportement passif-agressif masque toujours une colère camouflée, mal dissimulée et qui s’extériorise surtout à travers le langage. La présence d’allusions, qui blessent et qui prennent par surprise est très courante. L’usage de messages confus, et même contradictoires, est aussi habituel, ainsi que les phrases suivantes :

  • « Je ne comprends pas ce que tu veux me dire » (alors qu’ils savent très bien ce que l’on veut leur faire comprendre).
  • « Comme tu voudras » (affirmation avec lesquelles ils abandonnent  le plus vite possible la discussion pour éviter la communication émotionnelle sincère et directe.)
  • « Mais pourquoi tu te mets dans cet état ? Tu prends tout mal. » (la personne passive-agressive se sert de son calme pour pousser à bout son interlocuteur en l’humiliant.)

Hostilité comportementale et procrastination

Au premier abord, ces personnes peuvent paraître aimables et accessibles, mais cette apparence tombe dès le moment où on les connaît mieux et que leur véritable visage apparaît.

  • Elles sont farouches et très critiques envers tout ce qui les entoure.
  • Elles sont souvent irrespectueuses, un trait qui les rend fières car elles se voient comme des personnes contestataires, rebelles…
  • Elles sont accro à la culpabilisation des autres dans quasiment tout.
  • Les deux racines les plus profondes de leur cœur sont le ressentiment et la mauvaise humeur.
  • Elles n’aiment pas l’autorité ni recevoir de suggestions des autres.

D’autre part, et pour accompagner cette hostilité, elles ont cette fâcheuse tendance à tout reporter à demain. Elles ne respectent pas ce qu’elles promettent, elles ne finissent jamais ce qu’elles commencent, elles oublient tout et ne prennent pas soin de ce qu’elles possèdent, que ce soient les objets ou les relations personnelles.

Dépendance émotionnelle

Il est curieux de voir comment leur hostilité comportementale, leurs attitudes hostiles et provocantes sont aussi fortement liées à leur intense dépendance émotionnelle vis à vis des autres.

Leur « Je te méprise mais j’ai besoin de toi » est sans aucun doute leur devise personnelle la plus caractéristique, un trait qui cache en réalité un être fragile et diminué par ses insécurités, une personne qui a besoin des autres mais qui vit dans la couche la plus amère de sa carapace.

Comment gérer un passif-agressif ?

Derrière un comportement passif-agressif, il y a de multiples portes derrière lesquelles se cachent souvent des réalités très complexes : dépression, trouble de l’anxiété, trouble du déficit de l’attention et de l’hyperactivité (TDAH), faible estime de soi, enfance difficile et même des facteurs biologiques ou environnementaux.

« Ceux qui s’enveniment dans une compétition d’agressivité perdent leur raison d’être et plus important encore : leur force. »

-Julián Marías-

Si l’on est conscient-e de son attitude passive-agressive, l’idéal est de chercher un-e bon-ne thérapeute qui nous aide à comprendre et à canaliser cette colère et cette frustration. Pour cela, rien de tel que de tenir compte de ces stratégies de base :

  • Essayez de comprendre pourquoi vous agissez ainsi et répondez-y en fonction.
  • Réfléchissez avant de parler et avant d’agir.
  • Identifiez ce qui vous affecte le plus, ce qui vous inquiète et essayez de l’affronter.
  • Démolissez votre négativité.
  • Pratiquez la pleine conscience.
  • Cultivez votre Intelligence Émotionnelle.

D’autre part, si dans vos environnements les plus proches, vous êtes obligé-e d’avoir des relations avec une personne passive-agressive, l’une des meilleurs manières de faire est de réduire son impact sur vous en l’ignorant. En général, le passif-agressif est une personne avec une faible estime de soi et avec très peu d’assertivité émotionnelle, quelqu’un qui ne sait pas comment agir quand il sent que son comportement n’a pas d’effet.

Plus cette personne nous verra affecté-e par ses mots et ses attitudes, plus elle aura du pouvoir. Mais si elle sent qu’elle n’a pas de valeur pour vous, elle cessera d’insister et son impact biologique sera moindre. Cependant, comme nous l’avons vu, il est toujours important de savoir ce qu’il y a derrière ce type de comportements. Si la personne passive-agressive est un proche, on peut l’encourager à demander une aide professionnelle.

Pour conclure, souvenons-nous de l’origine de ce terme et à quels moments il a été utilisé pour la première fois. C’était pendant la Seconde Guerre Mondiale, quand un groupe de psychiatres militaires a remarqué chez certains soldats un certain comportement provocant, une certaine résistance passive et négative vis à vis des ordres. Ce qui se cachait derrière ces soldats était en réalité un stress post-traumatique.

Lisez aussi : Le trouble de la personnalité dépendante : qu’est-ce et qui affecte-t-il ?

 

Images de Christian Schloe