Rivaliser ou coopérer : quoi de mieux pour apprendre aux enfants ?

Qu'est-ce qu'il y a de mieux à inculquer aux enfants : la valeur d'être compétitif pour atteindre des objectifs ou des compétences de coopération et de travail d'équipe ? Nous analysons comment nous venons en quelque sorte programmés et aussi ce que la société a préparé pour les plus petits.
Rivaliser ou coopérer : quoi de mieux pour apprendre aux enfants ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 26 septembre, 2022

Nul n’ignore que nous vivons dans une société hautement compétitive. Dans cette jungle d’asphalte, seuls ceux qui voient la vie comme un défi constant sont motivés pour réussir et réussissent généralement. Ainsi, dans un cadre social qui manque de plus en plus d’opportunités, il y a une obligation presque implicite et cachée qui nous pousse à nous permettre dans ce type de compétition.

Une telle pression silencieuse est souvent observée dans le type d’éducation que de nombreuses familles choisissent. De nombreux parents choisissent d’entraîner leurs enfants dans des activités où la compétition est une constante. Nul ne peut nier, par exemple, les bénéfices incontestables que la pratique d’un sport dès le plus jeune âge peut apporter à un enfant.

Cependant, il y a un phénomène que nous apprécions de plus en plus fréquemment. Les parents poussent leurs enfants à gagner, à réussir dans les activités sportives auxquelles ils sont inscrits. L’orientation vers la réussite, presque exacerbée par les parents, devient une source d’anxiété dans l’esprit de l’enfant.

Des valeurs telles que la coopération, le travail d’équipe ou le simple plaisir de l’activité physique sont laissées de côté. Ce n’est pas pertinent. Seul le succès compte et cela signifie que l’enfant est valorisé pour ce qu’il accomplit et non pour ce qu’il est. C’est une réalité de plus en plus évidente qui mérite d’être évoquée.

Les enfants sont plus orientés vers la coopération que vers la compétition, mais nous les éduquons généralement pour cette dernière.

Les enfants timides se rencontrent à l'école pour rivaliser ou coopérer
L’objectif principal des enfants dans la petite enfance est de se faire des amis, de s’amuser et de découvrir le monde.

Rivaliser ou coopérer : quelle valeur transmettre dans l’enfance ?

La coopération a été un pilier essentiel pour le maintien de notre civilisation. Sans elle, notre culture, nos sociétés et même notre propre évolution en tant qu’êtres humains n’auraient pas été aussi réussies. Nous savons qu’aider et partager sont des pratiques qui renvoient à notre bien-être mutuel, mais s’il y a quelque chose qui nous définit aussi, c’est bien la gêne et l’accaparement.

Cependant, et voici le fait révélateur, les enfants viennent au monde par nature coopératifs. Des recherches de l’Université de Yale, par exemple, indiquent qu’à partir d’un an de vie, les petits montrent déjà des comportements de collaboration, de soutien et de lien social.

Les actes de réciprocité des enfants sont constants dans les crèches et les centres d’éducation de la petite enfance. Pourtant, petit à petit, la société, les parents et les dynamiques sociales qu’ils observent les façonnent. S’ils ont le choix entre concurrencer ou coopérer, ils choisiront en moyenne la seconde, mais la pression éducative les pousse souvent dans l’autre sens.

Dès l’âge de 14 mois, les enfants ont déjà développé la capacité cognitive d’aider et de collaborer. Promouvoir cette dimension très tôt permettrait de façonner une société plus respectueuse.

Les parents veulent des enfants gagnants

Il existe un livre très intéressant intitulé Playing to Win: Raising Children in a Competitive Culture (2013). Dans cet ouvrage, la sociologue Hilary Friedman nous livre des données très pertinentes sur les styles parentaux actuels.

Les parents investissent de plus en plus d’argent pour que leurs enfants pratiquent des activités compétitives. Ce dont rêvent les parents d’aujourd’hui, c’est que leurs enfants gagnent. Cela ne les intéresse pas qu’ils aiment le football, la danse, le basket-ball, le patinage artistique ou les échecs. Ils aspirent à ce que leurs enfants gagnent des trophées, soient les meilleurs. Éduquer à la compétitivité est une voie à double sens. D’une part, ils veulent se sentir fiers de leurs petits.

D’autre part, ils comprennent qu’avoir un enfant compétitif, c’est augmenter la probabilité que demain, cet enfant ait des compétences suffisamment solides pour réussir. Après tout, développer un esprit de compétition, c’est éduquer à l’effort, au dépassement des défis et à la motivation constante.

Cependant, cette règle de trois ne fonctionne pas toujours. Les enfants élevés dans la pression d’être les meilleurs finissent souvent par être les plus malheureux.

De nombreux parents « soudoyent » même leurs enfants. Ils les encouragent à être les meilleurs de leur classe ou à remporter des trophées ou des médailles dans le sport en échange de récompenses telles que des jouets, de la technologie ou des voyages.

Les enfants ne veulent pas être les meilleurs, ils veulent juste s’amuser

Il y a un fait remarquable que Friedman a souligné dans son livre. Lorsqu’on demande aux enfants ce qu’ils préfèrent, que ce soit en compétition ou en coopération, ils indiquent qu’ils préfèrent coopérer. Ce que les petits recherchent avec les compétitions sportives, c’est de s’amuser avec d’autres enfants. L’objectif qu’ils ont généralement est de se faire des amis, de s’amuser, de se connecter socialement avec leurs pairs.

La pression de concourir et de gagner suscite du stress et des niveaux élevés d’anxiété. Les garçons et les filles qui sont poussés depuis l’enfance à être les meilleurs dans tout ce qu’ils font par leurs parents ne réussissent pas toujours à l’école. Ils présentent souvent un risque accru de développer une dépression.

Éduquer nos enfants dans l’obligation constante d’accomplir et de mériter ne conduira pas directement nos enfants à l’excellence. Ces types de dynamiques peuvent déformer l’identité de l’enfant. Leur image de soi dépendra exclusivement de ce qu’ils accompliront, et non de ce qu’ils sont réellement.

Notre société nous inculque l’obligation d’être compétitif. Cela le fait monter et remplit les gagnants de récompenses et de critiques, de mépris et de honte pour les perdants.

Un enfant est triste parce qu'il ne sait pas ce qui est mieux Rivaliser ou coopérer
Inculquer aux enfants les valeurs de la compétitivité comme seul mécanisme pour réussir peut leur insuffler du stress et de l’anxiété.

Rivaliser ou coopérer : qu’est-ce qui est le mieux ?

Rivaliser ou coopérer ? Que devons-nous enseigner à nos enfants ? La vérité est que les deux sphères sont également décisives. Éduquer à une saine compétitivité dans laquelle l’enfant apprend à s’améliorer et à tendre vers un but, est licite et très positif. Cependant, le problème est lorsque la compétitivité est dépourvue d’empathie et conduit à l’agressivité.

Il est bon d’avoir les compétences adéquates pour être compétitif et il est également nécessaire d’apprendre à être coopératif et solidaire. Une réalité qui ne doit pas être en contradiction avec l’autre, ni être son contraire. Mais en tant que société, nous surévaluons la compétitivité et avec elle, nous exaltons celui qui gagne et méprisons celui qui perd, celui qui n’arrive pas, celui qui est laissé pour compte.

Si l’on y réfléchit bien, les personnes les plus heureuses que nous ayons rencontrées sont celles qui coopèrent, qui aident les autres, des hommes et des femmes qui savent vivre ensemble et qui ne se concentrent pas uniquement sur la réussite ou l’atteinte d’objectifs. Laissez nos enfants pratiquer des sports et leurs activités favorites, en se concentrant sur ce qu’ils aiment le plus : s’amuser, se faire des amis.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pour gagner dans la vie, il ne faut pas toujours rivaliser
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Pour gagner dans la vie, il ne faut pas toujours rivaliser

Pour réussir à être heureux dans le vie, il ne faudrait pas penser qu'à rivaliser, il faudrait plutôt collaborer avec les autres.



  • Friedman, Hilary (2013) Playing to Win: Raising Children in a Competitive Culture. ‎ University of California Pres
  • Olson KR, Spelke ES. Foundations of cooperation in young children. Cognition. 2008 Jul;108(1):222-31. doi: 10.1016/j.cognition.2007.12.003. Epub 2008 Jan 28. PMID: 18226808; PMCID: PMC2481508.