Le quotient intellectuel : caractéristiques et évolution

12 février 2020
Aux alentours de 1910, Henry Goddard, directeur d'une école du New Jersey pour les personnes ayant un retard mental, a lancé le concept des tests de QI aux Etats-Unis.

Le quotient intellectuel (QI) est une représentation quantitative ou statistique du score d’un individu à un test d’intelligence standardisé.

On a largement utilisé le score de QI pour comparer la capacité intellectuelle d’un individu avec le score moyen obtenu par un échantillon de personnes « similaires », généralement du même groupe d’âge.

Ainsi, par exemple, il est possible d’affirmer que l’intelligence d’une personne, telle qu’elle se reflète dans un score de test de QI, est supérieure (ou inférieure) aux scores moyens ou typiques des pairs (1).

Les bases du quotient intellectuel (QI)

En 1884, le chercheur Francis Galton a évalué un grand nombre de personnes dans le but de développer un test d’intelligence. Pour cette évaluation, il a tenté de mesurer différentes caractéristiques : la taille de leur tête ou leur temps de réaction en sont quelques exemples (1).

Grâce à ses recherches, Galton a introduit des méthodes de classification numérique des attributs physiques, physiologiques et mentaux. C’est ainsi que le chercheur a proposé que l’on puisse décrire un large ensemble de mesures de traits humains de manière significative en utilisant deux nombres.

  • Premièrement, la valeur moyenne de la distribution (la moyenne)
  • Deuxièmement, la dispersion des scores autour de cette valeur moyenne (l’écart type) (1)

Charles Spearman est une autre figure que nous pouvons placer dans les tentatives de mesure du quotient intellectuel. Ce psychologue anglais a introduit l’idée que tous les aspects de l’intelligence sont liés les uns aux autres. Ce point de vue est très important : il a jeté les bases de l’expression du composé du quotient intellectuel (1).

Le quotient intellectuel représenté par des engrenages dans le cerveau

Les premiers tests d’intelligence et l’introduction du score de QI

L’ère moderne des tests d’intelligence a commencé juste après le début du siècle. Alfred Binet et Theodore Simon étaient responsables du développement d’une méthode pour identifier les différences substantielles chez les enfants au niveau de l’intelligence.

L’idée était de différencier ceux qui se considéraient intellectuellement capables de bénéficier de l’éducation de ceux qui avaient des problèmes intellectuels et devraient recevoir des programmes d’éducation spéciale (1).

La méthodologie était d’exprimer la performance d’un enfant comme un quotient entre le score obtenu et l’âge auquel l’enfant moyen pouvait atteindre le même score. C’est la publication de l’échelle agrandie de Binet de 1908 et les travaux de Stern, le psychologue allemand, qui ont fait place au concept de l’âge mental (SEP).

Âge mental et QI

Un MS de 8 signifie que l’enfant, quel que soit son âge réel, avait une performance égale à celle d’un enfant moyen de 8 ans dans une tâche particulière. Cela a finalement conduit à la création du score de QI pour représenter une proportion de SEP divisée par leur âge chronologique (EC). Cette relation a été mise dans une métrique. Ainsi, on divisait l’âge mental par son âge chronologique, pour le multiplier par 100. Ce qui produisait un quotient intellectuel ou score de QI.

Aux alentours de 1910, Henry Goddard, directeur d’une école du New Jersey pour les personnes ayant un retard mental, a lancé le concept des tests de QI aux États-Unis. Cependant, la première fois que les scores de QI font partie d’un test d’intelligence aux États-Unis, c’est en 1916. À cette date, Lewis Terman traduit le test de Binet-Simon, laissant la place à celui de Stanford-Binet.

Pendant la Première Guerre mondiale, l’armée américaine a développé les tests Alpha et Beta de l’armée. Le but de ces tests était d’attribuer les positions des soldats en fonction de leurs capacités intellectuelles. Exclure également ceux que l’on considérait intellectuellement inadéquats au service militaire.

Pendant ce temps, David Wechsler a été nommé psychologue militaire. Ainsi, il a effectué des tests psychologiques sur des individus qui avaient échoué sur l’échelle de performance de l’armée (3).

L'intelligence et le quotient intellectuel

Tests de Wechsler et score de quotient intellectuel

En 1932, Wechsler est nommé psychologue en chef au Bellevue Psychiatric Hospital (New York). A partir de ce moment, un changement dans la partition du quotient intellectuel commence à se produire.

En conséquence, on a changé la signification du score QI en un score standard. Ce score standard faisait référence au score moyen obtenu par un échantillon de couples d’âge sains (3). Cette nouvelle conception permet d’utiliser le quotient intellectuel tout au long de la vie (4).

Wechsler-Bellevue Form 1 a été publié en 1939. Il s’agissait d’une mesure d’intelligence basée sur la synthèse des scores de plusieurs sous-tests. En plus d’un résumé composite, appelé Full Scale IQ, Wechsler a soutenu que l’intelligence pouvait être mesurée plus précisément. Cela pourrait être fait en divisant les sous-tests. Mais comment ?

Les sous-tests seraient divisés en deux. Premièrement, ceux qui reflètent principalement les compétences verbales. Deuxièmement, ceux qui reflètent l’intelligence non verbale ou les compétences de « performance ». Ainsi, un score de QI verbal et un score de performance de QI ont été donnés.

Les tests et recommandations de Wechsler pour décrire l’intelligence ont réussi. Par la suite, il a développé un test pour les adultes, le WAIS (Wechsler 1955). Il s’agit d’une dérivation directe du test de Wechsler-Bellevue ainsi que de la version pour enfants (WISC) publiée en 1949.

Actuellement, on utilise fréquemment ces tests pour mesurer l’intelligence d’une manière similaire à la façon dont un compteur serait utilisé pour mesurer la longueur d’une table.

Cependant, nous pouvons nous demander : un score de QI représente-t-il vraiment et précisément l’intelligence de quelqu’un ? Il semble que, petit à petit, le concept de quotient intellectuel et l’intelligence évoluent, et avec cela, les manières de l’évaluer doivent également évoluer.

 

  1. Saklofske, D. H., Schoenberg, M. R., Nordstokke, D., & Nelson, R. L. (2017). Intelligence Quotient. Encyclopedia of Clinical Neuropsychology, 1-5.
  2. Gould, S. J. (1981). The mismeasure of man. New York: Norton.
  3. Boake, C. (2002). From the Binet-Simon to the Wechsler- Bellevue: Tracing the history of intelligence testing. Journal of Clinical and Experimental Neuropsychology, 24(3), 383–405.
  4. Bartholomew, D. J. (2004). Measuring intelligence: Facts and fallacies. New York: Cambridge University Press.
  5. Wechsler, D. (1955). TheWechsler adult intelligence scale. New York: Psychological Corporation.