Intelligence artificielle et psychologie, quel est leur lien?

02 juin, 2020
L'intelligence artificielle et la psychologie commencent à former une symbiose très productive. Cependant, leur développement ne cesse d'entraîner des défis complexes, tels que la définition des normes qui régissent leur servitude sociale.
 

L’intelligence artificielle et la psychologie sont étroitement liées. Tout au long de cet article, nous nous pencherons sur la définition et les conséquences de cette relation. Rejoignez-nous dans ce voyage !

Commençons par définir chacune de ces disciplines. La psychologie, c’est la science ou l’étude de l’esprit et du comportement chez l’homme ou l’animal. Quant à l’intelligence artificielle, il s’agit d’une discipline scientifique qui s’occupe de créer des programmes informatiques qui exécutent des opérations comparables à celles effectuées par l’esprit humain, comme l’apprentissage ou le raisonnement logique.

“Le plus triste aspect de notre vie moderne c’est que la science rassemble plus vite les connaissances que la société ne rassemble la sagesse.”

-Isaac Asimov-

L'intelligence artificielle matérialisée sur le visage d'une femme

Les branches de la psychologie associées à l’intelligence artificielle

La psychologie et l’intelligence artificielle sont liées. Toutes deux mettent en évidence les processus mentaux, le comportement et les émotions. Cependant, il s’agit de disciplines distinctes, ce qui ne signifie pas qu’elles ne peuvent pas être interpénétrées.

 

Observons les branches de la psychologie associées à l’intelligence artificielle :

  • Psychologie de l’éducation : l’innovation pédagogique est présentée pour aborder l’apprentissage d’une manière différente mais efficace. Pour cela, des éléments d’intelligence artificielle sont utilisés, par exemple, des systèmes de tuteurs intelligents, la robotique éducative et la neuroéducation
  • Neurosciences : l’intelligence artificielle stimule la recherche dans ce domaine
  • Clinique : les robots remplaceront-ils le psychologue ?
  • Psychologie cognitive : son origine a été influencée par les paradigmes cybernétiques. De plus, elle a influencé la compréhension des capacités humaines. En réalité, à l’heure actuelle, la recherche génère diverses contributions à cet égard. Par exemple, Ramos Franco dans son article “Psychologie cognitive et intelligence artificielle : mythes et vérités” nous montre les processus par lesquels la psychologie en tant que science est passée, et sa connexion avec le contexte du travail interdisciplinaire avec l’intelligence artificielle, sciences qui selon l’auteur se sont influencées mutuellement
  • Organisationnel : l’un des défis de cette branche de la psychologie est d’améliorer le processus de sélection grâce à des systèmes d’intelligence artificielle
  • Médecine légale : l’intelligence artificielle peut être favorisée par des simulations de crimes

Comme vous pouvez le voir, il existe de nombreux domaines de la psychologie qui peuvent être nourris par l’intelligence artificielle. D’autre part, nous pouvons voir les contributions des deux à d’autres domaines de la recherche. Carlos González Tardón, diplômé en psychologie nous montre dans son article comment intervenir en psychologie et en psychothérapie avec des êtres simulés, en nous fournissant des informations sur les nouveaux outils en psychologie expérimentale.

 

Intelligence artificielle et psychologie dans la psychothérapie actuelle et future

Les progrès de l’intelligence artificielle utilisée pour promouvoir les processus thérapeutiques sont déjà visibles. Merveilleux, n’est-ce pas ? Des idées qui n’avaient auparavant trouvé leur place que dans notre imagination commencent maintenant à entrer en contact avec la réalité.

D’une part, il existe des projets de robots capables de reconnaître les émotions qui facilitent la vie de certaines personnes. Il s’agit de robots d’assistance capables, par exemple, d’accompagner des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. De plus, il existe d’autres projets pour faciliter la vie de ceux qui ont besoin d’aide à la mobilité : incroyable !

Cependant, il ne s’agit pas seulement de robots à caractéristiques humaines. Les systèmes d’intelligence artificielle sont également utilisés pour les processus psychothérapeutiques. Par exemple, nous travaillons en réalité virtuelle avec des personnes souffrant de stress post-traumatique.

L'intelligence artificielle

Questions éthiques

L’idée d’avoir des méthodes révolutionnaires qui favorisent notre bien-être peut sembler merveilleuse. Mais elle implique aussi des problèmes éthiques que nous devons résoudre si nous voulons qu’ils s’intègrent encore plus dans le paysage quotidien.

 

Il ne fait aucun doute que l’assistance technologique peut améliorer la qualité de vie de nombreuses personnes. Nous vivons de plus en plus longtemps et les familles sont de plus en plus fragmentées, tandis que le temps semble être comprimé par le nombre croissant de fronts ouverts que nous avons.

Ainsi, par exemple, lorsque nous installons un programme sur notre ordinateur ou une application sur notre mobile, nous nous entendons sur des conditions que nous lisons rarement. Nous pensons que si la majorité les accepte, ce sera que nous pourrons les assumer. C’est ainsi que nous accordons souvent des privilèges qui nous échappent.

D’une manière ou d’une autre, nous déléguons aux autres une révision que nous devrions faire nous-mêmes. Sur un autre plan, nous voyons comment fonctionnent les réseaux sociaux. Les murs de publication de nos amis entourés d’intérêts publicitaires et commerciaux. Des lieux de rencontre gérés par des initiatives économiques désireuses de connaître nos goûts et nos intérêts afin de rentabiliser leurs produits.

D’autre part, chaque psychologue de sa profession est régi par un code de déontologie. Ils sont conscients qu’il existe des règles et que, en cas de violation de ces dernières, ils devront répondre de leurs actes devant les autorités compétentes. Nous parlons d’une conscience qui peut difficilement atteindre une machine.

Conclusion

Bref, dans l’association entre l’intelligence artificielle et la psychologie, les deux grands dangers sont peut-être : le partage de données trop sensibles avec une machine programmée dans un langage que l’utilisateur ne connaît pas et le manque de connaissance des règles – code de déontologie – qui doivent régir certains services, bénéfices ou activités.

 

 

Franco, L.A.R. (2014). Psicología cognitiva e inteligencia artificial: mitos y verdades. Avances en psicología, 22 (1), 21-27.

González Tardón, C.G. (2006). Interacción con Seres Simuladas. Nuevas Herramientas en Psicología Experiemental. En Una perspectiva de la inteligencia artificial en su 50 aniversario: Campus Multidisciplinar en Percepción e Inteligencia, CMPI 2006, Albacete, España, 10-14 de Julio del 2006 actas. Universidad de Castilla y la Mancha, pp. 438-449.