La respiration profonde : une manière simple d’améliorer votre vie

25, juin 2017 dans Curiosités 69 Partagés

La respiration profonde nous aide à apaiser l’agitation, le stress et l’anxiété. Bien respirer pour mieux vivre est un principe de bien-être physique et mental qui réclame notre attention entre la vitesse et les pressions au milieu desquelles nous vivons. Ce type de respiration nous permet de nous connecter davantage à nous-mêmes, à nos besoins vitaux…

Beaucoup de cultures voient dans le processus de respiration quelque chose de plus important que cet acte – en apparence – involontaire qui garantit notre survie et auquel nous ne prêtons que peu d’attention. Beaucoup parmi nous font partie de ce monde en constante agitation ; à tel point que quand nous ressentons le besoin ou la curiosité de pratiquer le yoga, le mindfulness ou le tai-chi, nous prenons conscience que respirer signifie beaucoup plus qu’inspirer de l’air pour l’expirer à nouveau.


« À chaque moment, je dois me rappeler que je dois continuer de respirer, que mon cœur doit continuer à battre… »

-Emily Brontë-


Dans ce processus rythmique d’expansion et de contraction, la respiration représente aussi cette polarité constante que nous voyons dans la nature, comme la nuit et le jour, la veille et le sommeil, le calme et la tempête, le printemps et l’hiver… Il s’agit d’un cycle qui a ses normes et ses périodes, sa musique intérieure et ses incroyables bénéfices s’il est parfaitement réalisé.

La majorité des gens respirent rapidement et de façon superficielle, en n’utilisant qu’une petite partie de la capacité de leurs poumons qui s’étendent à peine. Dans un état normal, nous respirons entre 17 ou 18 fois par minute. Cependant, quand nous souffrons d’anxiété ou de stress, cette fréquence respiratoire s’accélère, pouvant atteindre les 30 respirations. C’est un risque. C’est comme vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de notre tête car cela génère un déséquilibre progressif qui affectera notre pression artérielle, notre système immunitaire, nos muscles et même notre esprit.

Cependant, une chose aussi simple que le fait de « respirer profondément » et sous contrôle entraîne un bénéfice systémique, en équilibrant de multiples processus et en offrant un chemin de sortie à beaucoup d’émotions négatives qui paralysent notre quotidien.

Et si nous apprenions à bien respirer pour mieux vivre ?

Respiration profonde mais posée

Il existe une donnée très intéressante qui mérite au moins d’y réfléchir : la respiration est l’une des rares fonctions corporelles que nous réalisons aussi bien volontairement qu’involontairement. Elle constitue une grande opportunité de contrôle sur notre corps, en améliorant, si nous exerçons ce contrôle de manière intelligente, notre qualité de vie.

Songez qu’une respiration volontaire et consciente peut influer sur la façon dont nous respirons quand nous le faisons de manière automatique. De cette façon, nous améliorons la pression sanguine, le rythme cardiaque, la circulation, la digestion et beaucoup d’autres fonctions corporelles.

Il est possible que certains de nos lecteurs se demandent s’il existe une quelconque preuve scientifique affirmant que la respiration profonde est réellement aussi positive et bénéfique que nous l’expliquent les cultures orientales. Il convient de dire que ce que nous montrent certaines études, comme celle publiée dans la revue scientifique “Harvard Health“, est que la respiration lente est la chose la plus bénéfique pour notre corps. 

Quand nous respirons profondément, mais surtout lentement, nous arrivons à faire en sorte que l’oxygène arrive véritablement jusqu’aux cellules et que le niveau de CO2 sanguin ne descende pas. On est aussi arrivés à la conclusion selon laquelle le type de respiration qui nous est le plus bénéfique est la respiration diaphragmatique : celle où nous inspirons l’air en profondeur, le laissant entrer par le nez et remplir complètement les poumons, en élevant la partie basse de notre abdomen.

Les bénéfices de la respiration profonde

On nous a tous dit, à un moment de notre vie, « ce n’est pas grave, respire un bon coup ». C’est comme un sortilège, un mot magique qui, quand on l’exécute, nous produit un bien-être intégral, un soulagement presque instantané qui calme le corps et réorganise l’esprit. Cette stratégie aurait beaucoup plus de bénéfices si nous prenions l’habitude de la mettre en pratique chaque jour afin de la transformer en habitude.

Voici quelques changements que nous pourrions noter :

  • Cela améliorerait le métabolisme cellulaire de notre corps.
  • Nous gérerions mieux notre stress et notre anxiété.
  • Nous dormirions mieux.
  • Les digestions seraient moins lourdes.
  • Nous aurions moins de douleurs musculaires et de migraines.
  • Nous serions plus concentré-e-s dans nos tâches.
  • Notre axe postural s’améliorerait et nous aurions moins mal au dos.
  • Nous apprendrions à être plus centré-e-s sur le « ici et maintenant ».

Apprendre à pratiquer la respiration profonde

Comme nous l’avons signalé au début, les personnes respirent en moyenne entre 17 et 18 fois par minute. Notre objectif, avec la respiration profonde, est de réduire ces chiffres à 10 par minute. Il est clair que nous n’y arriverons pas dès la première session mais, petit à petit et jour après jour, nous atteindrons cet objectif qui aura sans aucun doute des répercussions sur notre bien-être.


« Vivre ne consiste pas seulement à respirer, c’est beaucoup plus que cela… »

-Mao Zedong-


Voici comment vous pouvez y arriver.

En premier lieu, cherchez un endroit confortable pour vous installer. Vous devez avoir le dos droit et porter des vêtements dans lesquels vous êtes à l’aise, en laissant la zone de la taille et de l’abdomen libre de toute pression (ouvrez le bouton du jean ou enlever votre ceinture).

  • Tendez la poitrine, relâchez vos épaules et fermez les yeux.
  • Placez une main sur votre poitrine et l’autre sur l’abdomen.
  • Inspirez lentement et profondément au bout de 4 secondes.
  • Dès que vous le faites, vous devez remarquer que la main sur l’abdomen s’élève beaucoup plus que la main sur la poitrine.
  • Retenez cet air pendant 5 secondes pour ensuite l’exhaler de manière sonore au bout de 7 secondes.

Commencez en suivant ce rythme puis, au fur et à mesure que vous apprenez à le contrôler, vous pouvez ajuster les durées pour parvenir à une moyenne de 10 respirations par minute. Peu à peu, vous remarquerez des bénéfices notables sur votre santé physique et un calme mental adéquat grâce auquel vous pourrez mieux affronter votre quotidien.

N’hésitez pas à commencer dès aujourd’hui !

A découvrir aussi