Migraines, douleurs de l’ombre

· 27 septembre 2016

Les migraines ne sont pas de simples céphalées. C’est devoir choisir la pénombre et le silence dans une pièce fermée pour se sentir soulagé, c’est soupirer dans le lit en désirant de toutes ses forces que cette douleur lancinante au milieu de la tête cesse.

En plus de cela, les migraines impliquent de souffrir de l’incompréhension des autres qui pensent que l’on exagère…

Qui souffre de cette maladie de manière chronique sait ce qu’est le mépris de ceux qui ne comprennent pas. Par exemple, un mal de tête peut empêcher d’aller travailler.

Pour reconnaître cette réalité qui affecte des millions de personnes dans le monde entier, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a reconnu la migraine chronique comme une maladie incapacitante en 2012. 

Une migraine n’est pas un mal de tête, c’est un cauchemar cérébral qui fait craindre la lumière, les sons, les odeurs… Qui nous oblige à chercher un lieu sûr où nous protéger dans le noir et le silence.

Personne ne choisit de souffrir de ce type de douleurs. Nous aimerions tous profiter de nos journées avec une bonne qualité de vie et du bien-être, mais l’ennemi invisible des migraines apparaît de manière régulière “pour fermer notre interrupteur vital » et nous faire prisonniers.

La migraine est une maladie neurologique dont nous voulons vous parler aujourd’hui.

Femme-souffrant-de-migraine

Mieux comprendre les migraines

Comme on le dit souvent : rien de mieux que de bien connaître notre ennemi pour pouvoir l’affronter avec le plus de ressources possibles.

Dans le cas de la migraine, on dit tout d’abord qu’il y a un composant génétique et qu’elle affecte le plus les femmes. 

Il est très fréquent de se souvenir que lorsqu’on était enfant, nos parents nous obligeaient à parler tout bas et à ne pas faire de bruit car l’un d’entre eux souffrait de migraine.

Quelques temps plus tard, nous avons découvert à notre tour cet état sombre qui se loge dans la tête et qui nous oblige à arrêter, pendant plusieurs heures, le cours de notre vie.

Une migraine a un composant génétique clair, c’est quelque chose qu’il faut savoir. Il y a des personnes qui pensent que l’origine de ce mal peut provenir d’un état émotionnel : c’est faux.

Bien sûr des facteurs comme le stress sont souvent des déclencheurs mais ne sont jamais les causes. Il faut donc tenir compte des données suivantes.

migraines-500x426

Les causes à l’origine de la migraine

Ici, nous allons vous présenter les caractéristiques principales en lien avec la migraine et ses causes :

  • La migraine affecte 10% de la population, et même si elle se manifeste généralement à partir de 20 ans, les enfants peuvent aussi en souffrir.
  • Il faut savoir, avant tout, qu’il existe plusieurs types de migraines.
    La plus commune est celle qui affecte “une moitié de la tête » et qui provoque une douleur pulsative. Il s’agit d’une migraine avec aura, ce qui signifie qu’il y a des symptômes particuliers.
  • Le plus douloureuse et incapacitante est la migraine névralgique générée par l’activation ou l’irritation des fibres du nerf trijumeau.
    Arétée de Cappadoce, célèbre médecin du Ier siècle l’a décrivait comme « la pire douleur du monde ».
  • Il faut savoir que le nerf trijumeau est celui qui est l’origine de la sensibilité de la tête et qui entoure les méninges de fibres.
  • Quand le nerf trijumeau est activé ou surchargé, l’inflammation apparaît et des substances affectent à leur tout les propres méninges.
    D’où les battements persistants dans la tête. C’est quelque chose de terriblement douloureux.
Femme-allongee-avec-oiseaux-dans-la-main

Comment prévenir et affronter les journées de migraine ?

Beaucoup de gens vivent des journées terribles à la recherche de traitements grâce auxquels obtenir une meilleure qualité de vie.

L’objectif ou le désir le plus profond est de stopper cette migraine pour qu’elle arrête de dresser un mur qui interrompt le temps, les relations, les journées ensoleillées, la productivité au travail.

Pour cela, nous vous proposons de réfléchir à ce problème et aux manières de l’affronter, afin d’éviter ces journées de migraine et de pénombre.

Apprenez-en plus sur votre maladie

Votre migraine n’est pas celle de votre collègue de travail, et pas non plus comme celle de votre mère.

Les mêmes traitements ne fonctionnent pas sur les mêmes personnes et il faut donc faire un travail personnel :

  • Faites-vous un journal de la « douleur ». Il est toujours très utile de confectionner un registre sur la fréquence de leur apparition et sur leurs possibles déclencheurs : le stress, un type d’aliment, les jours de grand vent, le syndrome prémenstruel…
  • Essayez plus d’un traitement : il existe plusieurs médicaments pour traiter les migraines.
    Vos médecins nous donneront toujours les meilleurs options selon vos besoins. De même, n’hésitez pas à les compléter avec des thérapies comme le yoga, le biofeedback, la relaxation…

Sachez quels sont les déclencheurs

Comme nous vous l’avons dit, des facteurs comme le stress peuvent déclencher la migraine car ce dernier excite le nerf trijumeau.

C’est pour cela qu’il est intéressant de connaître ces dimensions qui peuvent activer l’apparition de la migraine.

  • L’exercice physique intense (la migraine apparaît quand nous nous détendons après l’activité).
  • Les aliments riches en sel.
  • Les aliments au stimulants chimiques ou naturels.
  • Les fromages secs, les produits laitiers.
  • Le chocolat. 
  • Le café, le thé, l’alcool.
  • Les lumières et les odeurs intenses.
  • Les différences de température.

Canalisez la douleur

Cela peut vous paraître ridicule, surtout lorsqu’on sait à quel point une douleur de migraine peut être incapacitante.

Accepter la maladie en soi peut nous aider à trouver un moyen grâce auquel dévier légèrement la focalisation sur la souffrance.

  • Des artistes comme Salvador Dalí, Debussy, Yakoi Kusama ou Lewis Carroll, souffraient de migraine régulière et ils ont trouvé dans l’art, la musique ou l’écriture un moyen d’expression.

Essayez de trouver le vôtre. 

La douleur nous rend prisonnier de notre propre corps, de cette enveloppe trop fragile. Trouvez un stimulant quotidien et ne laissez pas la migraine vous contrôler et vous transformer en quelqu’un que vous n’êtes pas.
Femme-entouree-de-nuages