Qu’est-ce que le curriculum spiralé ?

3 février 2020
Le curriculum spiralé de Jerome Bruner a un objectif concret : enseigner le contenu de manière à ce qu'il puisse être progressivement assimilé. Etudions de plus près cette méthode !

La méthodologie d’enseignement proposée par la méthode mathématique de Singapour se base sur le curriculum spiralé. Son objectif est que les étudiants approfondissent leurs connaissances de manière progressive. Toutefois, comment y parvenir ?

La méthode mathématique de Singapour est une méthodologie conçue par le Ministère de l’Education de Singapour qui vise à permettre aux élèves d’apprendre les mathématiques sans avoir besoin de mémoriser. Elle se focalise sur le pourquoi et le comment, en partant du principe que les réponses aident à améliorer la compréhension des connaissances, facilitant ainsi la mémorisation au cours du processus.

Cette méthode partage de nombreux points avec le curriculum spiralé de Jerome Bruner. Ce psychologue a en effet apporté d’importantes contributions au domaine de l’enseignement et de l’apprentissage. On peut par exemple citer cette proposition méthodologique que nous allons découvrir ensemble.

Jerome Bruner a élaboré le curriculum spiralé

Le curriculum spiralé : du général vers les détails

Le curriculum spiralé aborde l’apprentissage d’une manière qui permet aux étudiants de passer des concepts généraux à des connaissances plus spécialisées. Cela se fait grâce à un apprentissage continu qui empêche les concepts de tomber facilement dans l’oubli.

Pour y parvenir, on aborde d’abord des concepts très simples. Ces notions vont se complexifier au fur et à mesure que l’élève progresse dans son apprentissage. Cela est possible parce que le curriculum spiralé est adapté aux possibilités dont disposent les élèves. Ainsi, chacun peut avancer et mieux comprendre les concepts traités.

Cependant, le curriculum spiralé fonctionne bien car les élèves reviennent aux mêmes thèmes généraux de manière récurrente. Quel est l’objectif de cette démarche ? Le but est que lorsqu’ils traitent à nouveau du thème abordé en profondeur, ils sont capables de faire différentes analyses et représentations du sujet.

A travers ce programme d’étude, Bruner cherchait à satisfaire la curiosité des élèves. Il voulait aussi susciter l’inspiration en revenant aux concepts déjà traités avec un autre regard afin d’élargir leurs connaissances. Ainsi, cette méthode leur permet de raisonner et de réexaminer les conclusions auxquelles ils sont parvenus précédemment.

Erreurs et impasses

Jerome Bruner se souciait très peu des erreurs que pouvaient commettre les élèves. En fait, il les considérait comme un bon moyen d’apprendre. C’est pourquoi, dans le curriculum spiralé, les erreurs et les impasses sont mêmes les bienvenues.

De plus, peu importe le temps qu’il faut pour apprendre un concept. Pour Bruner, l’essentiel est l’intérêt de l’élève et la stimulation des hypothèses de chacun.

Faire des erreurs ne doit donc pas être source d’embarras. Au contraire, il s’agit d’un moyen de réorienter les hypothèses et de poursuivre la recherche. Ce concept est au cœur même du curriculum spiralé. Cette façon d’enseigner très différente des autres donne cependant des résultats très positifs.

Apprendre différemment grâce au curriculum spiralé

Exemple de curriculum spiralé

Maintenant que nous en savons un peu plus sur le curriculum spiralé, prenons un petit exemple de la manière dont se déroule l’apprentissage. Ainsi, la reconnaissance et la classification des animaux constitue un objectif simple chez les plus jeunes enfants.

Le premier point consiste à analyser les similitudes ou les différences de chacun des animaux et ensuite à les classer. Plus tard, les élèves peuvent continuer en se familiarisant avec les habitats où vivent ces animaux et avec leurs comportements. Enfin, un troisième point pourra être l’étude de l’anatomie des animaux.

C’est donc très facile. Notons qu’au fur et à mesure que les enfants étudient les habitats des animaux, il faudra revenir aux concepts déjà abordés afin qu’ils puissent faire le lien entre ce qu’ils savaient et ce qu’ils viennent de découvrir. De cette façon, ils peuvent vraiment comprendre ce qu’ils étudient. Cela développe également leur curiosité et leur désir d’en savoir plus.

Finalement, le curriculum spiralé permet aux élèves d’apprendre en les incitant à penser par eux-mêmes, à tirer des conclusions et à corriger leurs erreurs. C’est un moyen qui encourage la recherche, la compréhension et qui fait abstraction de la tentation d’apprendre des concepts par cœur sans toujours les comprendre afin de seulement réussir son examen. Pensez-vous qu’il serait possible de l’appliquer dans le modèle éducatif actuel ?

 

  • Bruner, J. (2011). Aprendizaje por descubrimiento. NYE U: Iberia.
  • Bruner, J. S. (2006). In Search of Pedagogy Volume I: The Selected Works of Jerome Bruner, 1957-1978. Routledge.
  • Good, T. L., & Brophy, J. E. (1996). Psicología educativa contemporánea. McGraw-Hill.