Qu’est-ce que la néophobie alimentaire ?

· 2 août 2018

La peur ou le refus de goûter la nourriture est connu sous le nom de néophobie alimentaire. Nous parlons d’un comportement caractéristique du stade de développement de l’enfant. La néophobie alimentaire, qui signifie littéralement « peur de goûter des aliments inconnus », fait référence au fait de rejeter de nouveaux produits alimentaires.

Partager un repas en famille ou entre amis est généralement une activité très agréable et, dans la plupart des cultures, c’est la base de nombreuses célébrations et autres festivités. C’est une excellente expérience….à moins qu’il n’y ait une personne atteinte de néophobie alimentaire dans la famille. Dans ce cas, les heures de repas sont souvent pénibles, chaotiques et impliquent des négociations constantes.

Manger est souvent compris comme un processus très simple. Il s’agirait simplement de mettre la nourriture dans notre bouche, de mâcher et d’avaler. Mais ce n’est pas la réalité. Manger est un processus incroyablement complexe qui peut être un véritable défi pour de nombreuses personnes, nécessitant la coopération et la coordination de nombreux systèmes corporels.

Pourquoi la néophobie alimentaire se produit-elle ?

Cette réticence à essayer de nouveaux aliments est caractéristique de tous les animaux omnivores, parmi lesquels nous pouvons nous trouver. Il s’agit d’une réaction de sécurité innée aux dangers potentiels d’un environnement dans lequel de nombreux aliments peuvent être toxiques. Ainsi, au contact de nouveaux aliments, l’attitude est celle de la prudence, en les évitant autant que possible tout en favorisant la consommation d’aliments que l’on connaît déjà. Par conséquent, ce n’est qu’après avoir été dégusté un certain nombre de fois qu’ils sont acceptés en tant qu’aliments sûrs.

néophobie alimentaire : pourquoi se produit-elle ?

Une autre hypothèse a plus à voir avec l’apprentissage des saveurs. Les gens ont des récepteurs pour quatre saveurs de base : salé, amer, acide et sucré. Les saveurs sucrées et salées sont naturellement préférées par les gens dès la naissance. La tendance aux sucreries, présente chez les nouveaux-nés, est généralement plus élevée chez les enfants que chez les adultes.

L’apprentissage des saveurs commence avant même la naissance du bébé. Ainsi, certaines saveurs consommées pendant la grossesse sont préférées peu après la naissance plutôt que d’autres. Tout comme la grossesse, l’allaitement est un bon moment pour apprendre. Comme on peut le constater, certaines saveurs passent à travers le lait maternel. Par conséquent, l’exposition aux saveurs à ce stade de la vie peut être la première leçon de goût.

Quelles sont les caractéristiques de la néophobie alimentaire ?

La néophobie alimentaire se produit principalement à deux périodes critiques de l’âge : pendant le sevrage (4-8 mois) et pendant la période d’autonomie (15-36 mois). Dans le premier cas, le lien mère-enfant encourage la néophobie, car l’enfant se sent protégé par ses parents. Par conséquent, la période la plus pénible apparaît autour de 15 mois, lorsque l’enfant commence à marcher.

L’une des caractéristiques de la néophobie alimentaire est qu’elle s’accompagne de préjugés négatifs sur l’appétence, c’est-à-dire qu’on suppose que les aliments nouveaux auront un goût désagréable. Il est donc important de créer des expériences positives associées à l’essai de nouveaux produits. Dans ces cas, le comportement d’imitation fonctionne bien. Par exemple, si l’enfant observe que les parents mangent ces aliments à leur goût, les enfants accepteront très probablement de les essayer.

La réticence à l’égard des nouveaux produits est plus forte pour les aliments :

  • D’origine animale par opposition à ceux d’origine non animale
  • Crus par opposition aux cuits
  • A la saveur acide ou amère par opposition à la saveur sucrée

Quelle est la meilleure façon d’agir face à un enfant atteint de néophobie alimentaire ?

Des études montrent que les attitudes des parents à l’égard du comportement des enfants ont un impact significatif sur le développement des préférences alimentaires des enfants. Ainsi, pour stimuler le développement d’un régime alimentaire bénéfique, il est important de garder à l’esprit que les parents ont une idée préconçue des aliments qu’ils offrent à leurs enfants. Par exemple, une attitude restrictive à l’égard des aliments savoureux les amène à augmenter leur préférence, alors qu’une attitude d’imposition à l’égard de certains aliments a souvent l’effet contraire.

néophobie alimentaire chez un bébé

Les situations agréables dans lesquelles l’enfant partage l’expérience avec les parents ont tendance à donner une signification positive aux aliments consommés dans cette situation, et vice versa. C’est la preuve de l’importance de la réaction des parents au comportement alimentaire de leurs enfants pour le développement de préférences alimentaires saines.

Malgré tout ce que nous venons de dire, la phobie diminue habituellement lorsque l’enfant a près de cinq ou six ans. De cette façon, savoir que vos enfants, confrontés à un nouveau goût, ont besoin de patience pour surmonter la néophobie peut les aider à l’acquisition d’habitudes saines.