Quelle est la relation entre l’éducation et les idées politiques ?

· 23 février 2018

Un thème récurrent dans les débats inhérents à « l’éducation politique » est l’effet que les écoles ou autres établissements d’enseignement exercent sur l’implication politique des étudiants. L’un des objectifs théoriques de l’éducation est d’obtenir des individus politiquement actifs. Néanmoins, dans quelle mesure l’éducation et les idées politiques sont-elles liées ? Par ailleurs, quelle est la nature de cette relation ?

Nous nous concentrerons tout au long de cet article sur les effets de l’éducation formelle dans la vie politique. De toute évidence, l’éducation couvre un champ beaucoup plus vaste que ce qui se déroule dans la vie purement académique, mais il s’agit là d’un facteur important à prendre en considération. Les « effets politiques » que nous allons prendre en compte dans cet article sont : l’implication politique, l’attitude politique et la connaissance politique.

Nous discuterons ici des effets à travers trois types de variance : (a) les variables externes qui affectent l’éducation et les idées politiques, (b) les variables directes et (c) les variables indirectes.

Les variables externes qui affectent l’éducation et les idées politiques

Au niveau statistique, lorsque nous parlons de variables modulantes, externes ou tierces, nous nous référons au facteur externe qui provoque une corrélation entre deux variables. Par exemple, le nombre d’hôpitaux et de prisons dans une ville ont une corrélation, les villes qui ont le plus d’hôpitaux possèdent également davantage de prisons, ceci est dû à une troisième variable qui affecte les deux en même temps : la population.

Dans le cas de l’éducation et des idées politiques, il existe des facteurs externes qui affectent ces deux variables et expliquent par la même une partie de leur corrélation. Parmi ces facteurs, les plus pertinents sont : les capacités cognitives, la personnalité et le niveau socio-économique.

l'éducation et les idées politiques

Dans le cas des capacités cognitives, la relation est assez évidente. Une capacité verbale supérieure, un raisonnement abstrait, une bonne mémoire, ainsi que d’autres capacités, aident à progresser à la fois dans l’éducation formelle et dans la capacité politique. En outre, certaines capacités cognitives en quelque sorte opposées au système éducatif dans lequel elles se développent sont aussi le terreau d’idées politiques pauvres.

En ce qui concerne la personnalité, il est important de comprendre que certaines attitudes peuvent affecter l’éducation et les idées politiques. Par exemple, toutes les prédispositions pour apprendre, s’intéresser ou faire des recherches iront en faveur d’une plus grande réussite scolaire et de notions de politique plus importantes.

Un autre aspect essentiel est le niveau socio-économique car la vie politique et l’éducation formelle supérieure sont des domaines socialement restreints. De nombreuses personnes ne peuvent pas étudier une carrière parce qu’elles n’ont pas les ressources économiques nécessaires pour le faire. De même, les personnes ayant un faible statut socio-économique ne dédient généralement pas de temps à la vie politique ; soit parce qu’elles en sont directement exclues, soit parce qu’elles passent le plus clair de leur temps à essayer de survivre dans des conditions de travail précaires.

Les variables directes de l’éducation qui affectent les idées politiques

Au sein de la grande variabilité qui existe au sein de l’éducation formelle, nous constatons que différentes manières d’organiser une telle éducation provoquent des différences dans ce que nous avons appelé la capacité politique. Cela nous montre que les deux variables ont une relation directe entre elles. Néanmoins, quels aspects spécifiques affectent cette relation ? Les plus pertinents sont : le contenu du programme et les valeurs éducatives.

Le contenu du programme peut avoir une influence directe sur les connaissances politiques acquises par les étudiants. Pour des raisons évidentes, l’instruction directe des concepts politiques génère de futurs citoyens ayant une plus grande capacité d’analyse politique. Par ailleurs, la nature de ces contenus affecte grandement la position politique de l’étudiant. En d’autres termes, une éducation politique qui mettrait en évidence les avantages du libéralisme générera probablement des individus plus proches de ce courant.

L’éducation aux valeurs basées sur le dialogue, le débat et une vision critique des faits est essentielle pour susciter une attitude politique chez les étudiants. Les institutions qui se basent sur ces principes présentent une corrélation positive avec certains étudiants intéressés par la politique. Si les individus reçoivent une éducation fermée et hiérarchique, ils s’habituent à des dogmes et à une autorité qui vont à l’encontre d’une attitude critique envers la politique.

Les variables indirectes entre l’éducation et les idées politiques

Il est probable que le niveau de formation atteint par une personne finisse par conditionner différents aspects de sa vie : il est généralement différent d’entrer dans la vie active immédiatement après avoir terminé la scolarité obligatoire qu’après avoir terminé un doctorat. Nombre des changements causés par l’éducation conditionneront l’attitude politique que les personnes adopteront. Par ailleurs, les variables indirectes les plus importantes entre l’éducation et les idées politiques sont : la position sociale, l’estime de soi et la genèse des opportunités.

D’une certaine manière, le niveau d’études nous place, aux yeux de la société, « au-dessus » des uns et « au-dessous » des autres. Il en est ainsi car la société possède une multitude de stéréotypes qui génèrent une catégorisation différente entre ceux qui ont un faible niveau scolaire et ceux qui en possède un élevé. Cette position sociale relative aura pour conséquence que plus une personne disposera d’un niveau d’éducation élevé, plus l’influence politique sera grande, à l’égalité avec d’autres variables.

femme gravissant des escaliers

Dès lors, tout ce que nous apprenons au long de notre vie universitaire influence notre perception de nous-mêmes. Cette estime de soi nous prédisposera à nous classer dans le groupe des personnes ayant un niveau d’éducation semblable au nôtre. En effet, les groupes dont les membres ont obtenu de meilleurs résultats académiques sont socialement mieux acceptés dans la vie politique.

Enfin, un niveau d’études supérieur offre généralement un plus grand nombre d’opportunités. Ainsi, en fonction des opportunités individuelles de chacun, il existera plus ou moins de possibilités de mener des activités de nature politique.

La relation entre l’éducation et les idées politiques peut être vue depuis de nombreux points de vue. Ils nous fournissent cependant tous des informations essentielles pour garantir que, dans notre société, il existe des personnes politiquement actives et hautement compétentes. Et la première pouvant être de faire en sorte que la politique ne se limite pas à un niveau social ou économique ; les systèmes politiques seront ainsi plus davantage de représenter et de favoriser les intérêts généraux de la population dans son ensemble.