Quelle est la différence entre psychologie clinique et neuropsychologie ?

09 janvier, 2020
Même si la psychologie clinique et la neuropsychologie sont deux approches qui partagent de nombreux points, il est nécessaire de connaître les différences qui existent entre elles.
 

La psychologie est une science qui est liée au besoin de connaître et de comprendre l’être humain. Au fil du temps, plusieurs spécialités ont pu se développer. Elles ont ensuite évolué en fonction de l’aire d’étude sur laquelle elles se concentrent. C’est dans ce contexte que nous pouvons parler de la différence entre psychologie clinique et neuropsychologie.

Avec l’apparition des différentes approches, la spécialisation et le nombre d’interrogations auxquelles nous faisons face ont également augmenté. Par conséquent, nous essayerons, dans cet article, de montrer la différence entre psychologie clinique et neuropsychologie.

La psychologie clinique et les effets neurologiques

Psychologie clinique

Beaucoup considèrent que la psychologie clinique a surgi en 1896 avec Lightner Witmer lorsqu’il a fondé la première clinique de psychologie. Cette nouvelle branche s’est consolidée avec la fondation de l’association psychologique états-unienne, actuellement connue sous le sigle APA.

Au début, l’objectif de la psychologie clinique était de chercher les traits ou les facteurs internes qui poussent les personnes à développer une condition psychopathologiquePour cela, elle étudiait les conditions de ces personnes mais aussi les facteurs qui contrôlent et interviennent dans ce type de comportements. En suivant cette ligne, cette branche de la psychologie est apparue comme une étude de « l’anormal ». Son champ d’action s’est ainsi développé en expliquant et en traitant ce qui était affecté.

 

Au fil du temps, la récupération a commencé à jouer un rôle important, tout comme la prévention du développement des maladies mentales. Le travail s’est focalisé sur des techniques pour éviter le développement de pathologies à travers l’enseignement d’habitudes mentales saines.

La « thérapie de conseil » a également commencé à être mise en place. Lors de cette thérapie, on apprend aux personnes à résoudre efficacement leurs problèmes. Pour cela, on se concentre sur des situations qui peuvent se présenter dans leur vie quotidienne. Le résultat est l’offre d’un soutien émotionnel.

Neuropsychologie

La neuropsychologie est formellement apparue au début du XXème siècle avec A. R. Luria. Lors de ses recherches, ce dernier a développé des techniques pour étudier le comportement de personnes avec un certain type de lésion dans le système nerveux central. Ces études ont permis aux neurologues de bénéficier des données suffisantes pour localiser le lieu et l’extension de la lésion, en trouvant le meilleur procédé pour intervenir.

Ce travail se concentre sur des personnes qui présentent des dommages cérébraux dérivant vers une altération des fonctions cognitives. Cette approche a donc pour objectif d’évaluer et de réhabiliter les fonctions cognitives et comportementales. Actuellement, on ne travaille pas qu’avec des personnes souffrant de dommages ; on travaille aussi avec des enfants qui présentent des difficultés au niveau de leur développement neuronal.

 

Quelle est la différence entre psychologie clinique et neuropsychologie dans le domaine clinique ?

La psychologie clinique, dans les grandes lignes, travaille pour le diagnostic et le traitement des troubles émotionnels, de personnalité et de problèmes de comportement. Elle se charge donc de problèmes comme la dépression, l’anxiété, entre autres. Par ailleurs, elle peut fournir des outils pour gérer des troubles comportementaux comme l’hyperactivité.

Dans le domaine de la prévention, la psychologie clinique se charge d’enseigner :

  • Des stratégies d’affrontement face à des situations complexes
  • Des habiletés sociales
  • L’entendement et le contrôle des émotions

Tout cela se fait dans un but : que la personne apprenne à se connaître elle-même et puisse évoluer correctement dans les domaines sociaux et cognitifs. Elle pourra ainsi développer une meilleure qualité de vie.

La différence entre la psychologie clinique et la neuropsychologie est la fonction qu’elles ont dans le domaine clinique. La neuropsychologie se charge de l’évaluation du fonctionnement cognitif et émotionnel lié à des altérations cérébrales. Elle développe aussi des processus de réhabilitation des fonctions supérieures pour que la personne puisse évoluer de façon autonome et maintenir sa qualité de vie.

Ainsi, le neuropsychologue s’intéresse généralement à des personnes avec des problèmes de mémoire, d’attention, de praxie, de gnosie, de langage et de fonctions exécutives. Des aspects cognitifs liés à des maladies mentales comme la schizophrénie ou le trouble obsessionnel compulsif sont aussi travaillés.

 

Parmi les objectifs de réhabilitation, nous retrouvons la récupération des zones endommagées et la stimulations des fonctions pour qu’elles se développent correctement. La neuropsychologie cherche aussi des stratégies pour compenser les fonctions qui ne peuvent pas être récupérées.

Une thérapeute en psychologie clinique

Dans la recherche, quelle est la différence entre psychologie clinique et neuropsychologie ?

Actuellement, l’une des lignes de recherche de la psychologie clinique se centre sur l’approfondissement et la compréhension des troubles psychopathologiques. Elle le fait pour trouver les différences entre les personnes qui ont des comportements correspondant à ceux demandés par la société et celles qui n’en ont pas.

La psychologie clinique essaye aussi de comprendre et de théoriser d’une manière plus profonde le développement personnel des individus. Son exploration se dirige donc vers des facteurs qui peuvent prédisposer une personne à développer des troubles émotionnels.

L’une des autres approches de la recherche est la psychothérapieDans ce cas, le but est de trouver des outils pour améliorer la façon d’établir un diagnostic et de traiter les troubles émotionnels. On recherche ici des outils plus précis et adaptés à chacun des troubles.

 

Par opposition, la neuropsychologie concentre ses recherches sur des aspects différents. D’un côté, elle commence à travailler main dans la main avec la neuroscience cognitive dans le but de comprendre le rôle des fonctions cognitives supérieures dans le développement de pathologies psychiatriques et psychologiques. Elle cherche ainsi à développer des stratégies pour parvenir à une récupération plus efficace.

Par ailleurs, les explorations se sont centrées sur la compréhension des conséquences dont souffrent les personnes qui présentent des difficultés de neurodéveloppement. Les recherches se concentrent donc sur des pathologies associées à des difficultés au niveau du développement cérébral, comme l’autisme et le TDAH.

Enfin, la réhabilitation neuropsychologique fait aussi partie de ses centres d’intérêt. On souhaite ici intégrer de plus en plus d’outils technologiques pour mieux adapter les thérapies à la réalité. Le but n’est autre que d’améliorer les résultats car, grâce à ces outils, on peut parvenir à développer des activités beaucoup plus proches de la quotidienneté du patient.

Conclusion

Il est important de souligner que ces deux spécialités sont complémentaires malgré leurs différences. Elles le sont aussi bien au niveau de la pratique clinique que de la recherche. Le diagnostic et le traitement adéquat de n’importe quel type de maladie psychologique ou neuropsychologique doivent inclure les approches de ces deux spécialités.

 

Cela veut dire que ces deux dernières se complètent pour rejoindre un même objectif : celui d’offrir une autonomie et une bonne qualité de vie à la personne.

Il existe malgré tout des différences entre la psychologie clinique et la neuropsychologie. Il est essentiel de comprendre que chacune d’elles se spécialise dans des domaines cliniques différents. L’une se charge des troubles émotionnels et comportementaux et l’autre se concentre sur les déficits cognitifs et les dommages cérébraux.

Enfin, il faut souligner que la recherche a emprunté des chemins différents, en se concentrant sur des aspects importants pour chaque spécialité. Les progrès dans chaque domaine aideront malgré tout à trouver de meilleurs outils ou explications à de multiples aspects liés à la santé mentale.

 

 
  • Anacona, C. y Guerrero-Rodríguez, S. (2012). Tendencias de proyectos de investigación en psicología clínica en Colombia. Psicología desde el Caribe, 29(1), 176-204.
  • Campos, M. R. (2006). La neuropsicología: Historia, conceptos básicos y aplicaciones. Revista de neurología, 43(1), 57-58.
  • Moreno, J. (2014). Psicología clínica: Revisión contextual y conceptual. Revista Electrónica Psyconex, 6(9), 1-20.
  • Verdejo, A y Tirapu, J. (2012). Neuropsicología clínica en perspectiva: Retos futuros basados en desarrollos presentes. Revista de Neurología, 54(3), 180-186.