Pythagore, biographie du premier des plus purs mathématiciens

Le début des mathématiques, que l'on attribue à Pythagore, est une histoire dans laquelle la magie se combine à la raison d'une façon surprenante. Ce personnage ressemblait davantage à un magicien qu'à un homme de science, mais ses apports dans la pensée humaine ont été fondamentaux.
Pythagore, biographie du premier des plus purs mathématiciens

Dernière mise à jour : 24 juillet, 2021

Pythagore, comme d’autres grands génies de l’histoire, était un homme profondément rationnel et, en même temps, résolument mystique et plein d’idées étranges. Il est la preuve que la folie et le génie, au sens littéral, vont généralement de pair.

Il n’est pas facile de reconstituer la biographie de Pythagore, le premier des plus purs mathématiciens de l’histoire qui ait jamais écrit. Ce qu’on sait de lui nous est parvenu à travers ses adeptes. Cependant, les premiers écrits autour de sa vie datent d’au moins 150 ans après sa mort et présentent de sérieuses contradictions.

« Je préfère la canne de l’expérience au char rapide de la fortune. Le philosophe voyage à pied. »

– Pythagore –

Pythagore lui-même aimait le secret et a fondé une confraternité qui était profondément hermétique. Au-delà des mathématiques, il se consacrait à des activités ésotériques et au caractère mystique. Les pythagoriciens ont créé une sorte de culte religieux impénétrable : ils ne voulaient pas qu’on s’immisce dans leurs affaires.

Cubes en bois.

Un génie en formation

On sait que Pythagore est né à Samos, probablement en 569 avant notre ère. Apparemment, c’était le fils d’un marchand, qu’il a accompagné dans beaucoup de ses déplacements. On a aussi la preuve qu’il a reçu une bonne éducation, qui incluait poésie et interprétation de la lyre.

Le plus probable est que ses deux grands maîtres aient été Thalès de Milet et Anaximandre, disciple du premier. Il semblerait que Pythagore ait lui-même cherché à être formé auprès d’eux quand il avait entre 18 et 20 ans.

Il a en effet été profondément impressionné par leurs connaissances en mathématiques et en cosmologie. Thalès lui a conseillé d’aller en Égypte pour approfondir le monde des chiffres.

Tout semble indiquer que Pythagore a voyagé pendant plusieurs années. Il a écouté son maître et est parti en Égypte, mais aussi en Phénicie, à Babylone, en Arabie et bien d’autres endroits. Il a apparemment été détenu à Babylone et c’est là qu’il serait entré en contact avec une secte de magiciens de l’époque.

On ne sait pas comment il a été libéré, mais on sait néanmoins qu’après cela, il est parti à Crotone, au sud de l’Italie. Là, il a fondé sa propre école qui, à son meilleur moment, a sans doute eu plus de 300 membres.

La vie de Pythagore à Crotone

Le contact avec les magiciens, ou magies, a laissé une marque indélébile chez Pythagore. Ceux-ci travaillaient avec l’astrologie, la démonologie et la magie. Ils pratiquaient la religion à mystères ou culte à mystères. En raison de ses croyances, le mathématicien a commencé à vivre dans une grotte secrète, où il se consacrait à des études privées.

À Crotone, il a fondé l’École Pythagoricienne qui, pour beaucoup, ressemblait davantage à une secte. Il était difficile d’y entrer et l’admission dépendait d’une série de rites initiatiques. Pythagore imposait aux membres des coutumes rigides et sévères. Les élèves les plus illustres cohabitaient ensemble ; les autres venaient simplement écouter les cours.

Les pythagoriciens ne consommaient pas de viande, ils ne portaient pas de vêtements qui auraient été conçus avec des peaux d’animaux et ils pratiquaient l’ascétisme. Ils gardaient aussi leurs activités secrètes, déploraient la démocratie et se consacraient à l’étude de la cosmologie, des mathématiques et des mystères.

Ils croyaient aussi à la métempsychose, qui postule que les éléments psychiques d’un mort passent dans un autre corps après son décès. Il s’agit d’une variante des croyances sur la réincarnation, qui est aussi connus sous le nom de « transmigration des âmes ».

D’où l’importance de ne pas manger d’animaux ou de fabriquer de vêtements à partir de leurs peaux. L’âme chercherait ainsi un autre corps à habiter après la mort, jusqu’à atteindre la libération : c’est pour cela que les pythagoriciens suivaient une série de règles ou de normes éthiques.

Théorème de Pythagore.

La mort de Pythagore

De nombreux doutes circulent autour de la mort de Pythagore. La version la plus acceptée est que, puisque son école s’opposait à la démocratie, elle a été attaquée par les partisans de cette option politique. Les agresseurs y auraient mis le feu, ce qui aurait forcé le philosophe à s’échapper.

Il semblerait que, lors de sa fuite, il se soit retrouvé dans un champ de fèves, un végétal pour lequel il avait développé une phobie. C’est là qu’il aurait été rattrapé et assassiné.

Jusqu’à aujourd’hui, on ne sait pas exactement quels ont été les apports spécifiques de Pythagore aux mathématiques. Les connaissances se construisaient collectivement dans son école (ou culte) et, par conséquent, sa responsabilité dans ces apports est douteuse.

Néanmoins, on sait que le groupe a établi les bases de l’arithmétique, de la géométrie et des mathématiques. Les pythagoriciens ont aussi fait des apports importants dans le domaine de la musique, et beaucoup sont encore en vigueur aujourd’hui. Ils ont aussi enrichi les connaissances en astronomie.

Pythagore disait que le soleil était une sphère dangereuse et que l’univers tournait autour de lui. Il représentait également la Terre comme une sphère. Les pythagoriciens priaient devant le nombre 10, considéré comme le nombre qui exprime la totalité.

Pythagore disait que les animaux lui parlaient et qu’il pouvait les dompter rien qu’avec sa voix. Il disait aussi qu’il pouvait écrire sur la face de la Lune. On pense qu’il a tué un homme pour avoir postulé et démontré l’existence des nombres irrationnels.

Aujourd’hui, sa vie est toujours un mystère et son rôle dans certains apports est douteux. Néanmoins, il ne fait aucun doute qu’il s’agit de l’un des philosophes et des mathématiciens les plus transcendants.

Des siècles et des siècles plus tard, nous continuons d’étudier Pythagore et son école si particulière dans nos salles de classe, car beaucoup de ses découvertes sont encore valables. Magie et rationalité, spiritualité et science, Pythagore et son école ont réalisé de grands progrès en combinant ces disciplines.

Cela pourrait vous intéresser ...
La discipline du silence selon Pythagore
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
La discipline du silence selon Pythagore

Pythagore avait développé une discipline du silence qui cherchait à apaiser l'esprit et permettait de réveler la véritable essence de l'individu.



  • Guijarro, S. G., & Sánchez, Á. N. (2013). Vidas de filósofos y Hechos apócrifos de los apóstoles: algunos contactos y elementos comunes. Estudios clásicos, (143), 65-92.