Pourquoi ne puis-je pas dire ce que je ressens ?

13 novembre, 2020
Pourquoi ne puis-je pas dire ce que je ressens ? Cela vous arrive et vous ne comprenez pas pourquoi ? Continuez de nous lire pour en savoir plus !

“Pourquoi ne puis-je pas dire ce que je ressens ? Vous êtes-vous déjà posé cette question ? Le domaine émotionnel n’est pas toujours facile à gérer en soi.

Certaines personnes ont la possibilité d’exprimer leurs sentiments et de partager leurs émotions avec d’autres spontanément, sans pratique. D’autres ont beaucoup plus de mal. Pourquoi quelle raison ?

Nous analysons ici les raisons qui nous empêchent d’exprimer nos émotions, ainsi que les conséquences que cela entraîne. Ne passez pas à côté de cet article !

J'ai des difficultés à exprimer ce que je ressens.

Pourquoi ai-je tant de mal à dire ce que je ressens ?

Pourquoi certaines personnes ont-elles tant de difficultés à exprimer ce qu’elles ressentent ? Avant de répondre à cette question, essayons de définir le terme “émotion”.

Selon Fernández, Zubieta et Páez (2001), “l’émotion est un phénomène complexe aux dimensions centrales et à l’expérience subjective, avec des composantes de mobilisation expressives, motrices et physiologiques”. Les émotions sont donc des processus complexes qui se manifestent à travers nos pensées, nos désirs et nos actions.

Il est donc logique de penser que certains personnes ne savent pas comment verbaliser ou exprimer ce qu’elles ressentent. Les causes peuvent être les suivantes.

La répression émotionnelle

Selon Fernández, Zubieta et Páez (2001), la répression émotionnelle implique un style d’évitement ou de non-confrontation des événements stressants. Elle est également conçue comme une inhibition de la réponse émotionnelle. La répression émotionnelle est l’une des causes à l’origine de la difficulté à exprimer ses émotions.

Il convient de mentionner que, à son tour, la répression émotionnelle peut trouver une place dans différents déclencheurs. L’un d’eux pourrait être l’incapacité à faire face à ce qui nous arrive (à l’intérieur et à l’extérieur).

C’est, en quelque sorte, un style de survie, qui peut être temporaire ou permanent. Ainsi, on pourrait dire que la répression émotionnelle serait “la grande cause” de la difficulté à exprimer ce que l’on ressent. Mais qu’est-ce qui pourrait se cacher derrière ? Nous vous proposons quelques idées.

Le manque d’assertivité

Une autre variable qui expliquerait pourquoi il nous est difficile de dire ce que nous ressentons est l’absence d‘assertivité. Mais qu’est-ce que l’affirmation de soi ? Selon Matson et al, 1980 ; Bornstein et al, 1977 et Romano et Bellack, 1980, cité dans Caballo (1983), il s’agit d’une compétence sociale.

D’autres auteurs, comme Alberti et Emmons (1978) définissent ce concept comme “le comportement qui permet à une personne d’agir sur la base de ses intérêts les plus importants, de se défendre sans anxiété inappropriée, d’exprimer confortablement des sentiments honnêtes ou d’exercer ses droits personnels sans nier les droits d’autrui”.

En ce sens, l’absence d’assertivité peut être un obstacle à l’expression de nos sentiments. L’assertivité, comme beaucoup d’autres compétences en psychologie, peut être travaillée et responsabilisée. Pour cela, la psychothérapie est une bonne option, ainsi que les groupes thérapeutiques dont l’objectif est de promouvoir les compétences sociales.

“Lorsque vous dites “oui” à d’autres personnes, assurez-vous de ne pas vous dire “non” à vous-même.”

-Paulo Coelho-

Une timidité excessive à l’heure d’exprimer ce que je ressens

La timidité a également de multiples définitions. Dans le domaine de la psychologie, des auteurs tels que Pilkonis (1977) l’ont définie comme “la tendance à éviter les interactions sociales et à ne pas participer de manière appropriée aux situations sociales”.

Cependant, nous savons que la timidité n’influence pas seulement la façon dont nous nous mettons en rapport avec les autres. Elle influence aussi la façon dont nous exprimons nos sentiments.

Une timidité excessive peut donc aussi expliquer la difficulté à exprimer ses émotions. Comme l’affirmation de soi, la timidité peut également être travaillée, ce qui peut nous aider à exprimer plus (et mieux) ce que nous ressentons. Malgré tout, la timidité est un trait de personnalité qui, si nous apprenons à la gérer, ne nuit pas toujours.

“Soyez vous même. Le monde adore l’original.”

-Ingrid Bergman-

Ne pas dire ce que je ressens entraîne des conséquences néfastes.

Les conséquences de la non expression des émotions

Selon la psychologue Angela Corona, réprimer ou cacher ses émotions peut conduire à l’isolement. Corona ajoute que le fait de ne pas exprimer ce que nous ressentons empêchera nos sentiments de circuler librement, ce qui peut finir par générer un blocage intérieur.

Ne pas dire ce que je ressens : les effets négatifs sur la santé

D’autre part, une étude menée en 2019 par la Nort American Menopause Society, à laquelle ont participé 304 femmes, a révélé que faire taire ce que l’on ressent peut avoir des effets négatifs sur la santé physique et mentale. En outre, cela peut augmenter le risque de souffrir d’un accident vasculaire cérébral chez les femmes.

En toute logique, chaque cas est un monde et ne peut être généralisé. Cependant, nous pensons qu’il est important de mentionner ici que la chose la plus saine pour chacun est de trouver des moyens non seulement d’exprimer, mais aussi de gérer et de canaliser ses émotions.

L’idéal est que chacun puisse trouver sa propre voie. Cela peut être à travers l’art, la littérature, l’expression verbale, le corps, etc.

“Quand j’exprime ce que je pense et ce que je ressens, je libère l’esprit et je soigne mon corps.”

-Walter Riso-

  • Caballo, V. (1983). Asertividad: definiciones y dimensiones. Estudios de Psicología, 13: 53-62.
  • Fernández, I., Zubieta, E. y Páez, D. (2001). Emocionarse en Latioamérica. Sociotam, XI, 1.
  • Matson, J.L., Kazdin, A.E. y Esveldt-Dawson, K. (1980). Training interpersonal skills among mentally retarded and socially dysfuncional children. Behavior Research and Therapy, 18: 419-427.
  • Pilkonis, P.A. (1977a). Shyness, public and private, and its relationship to other measures of social behaviour. Journal of Personality, 45: 585-595.