La littérature et la poésie peuvent-elles nous aider à surmonter une dépression ?

· 30 juin 2018

Les bibliothèques étaient pour les Grecs des espaces qui guérissaient l’âme. La littérature et la poésie peuvent incontestablement être un outil thérapeutique pour surmonter une dépression car un livre est plus qu’un refuge. Ce scénario de lettres et de mondes suggestifs est une découverte. Un canal capable de nous éveiller, de nous confronter, de découvrir et même de renaître avec davantage de forces.

La littérature par elle-même et exclusivement ne permettra pas une personne de surmonter une dépression. Nous devons être très clair sur ce point. Ce types de troubles, comme nous le savons déjà, nécessitent toujours une approche multidisciplinaire. Là où une thérapie adéquate, des conseils, des médicaments, une alimentation équilibrée et un style de vie adéquat, s’imposent comme ces approches idéales pour générer des progrès et des améliorations.

« J’ai cherché l’apaisement partout, et je l’ai seulement trouvé assis dans un coin isolé, avec un livre dans mes mains. »

-Thomas De Kempis-

Les anciens Grecs n’avaient pas tort de voir les livres comme des outils de guérison. Ceci a également été découvert dans plusieurs hôpitaux britanniques pendant la Première Guerre mondiale. De nombreux soldats souffrant de troubles traumatiques trouvèrent ainsi un baume plus que réconfortant lorsque les médecins et les infirmières mirent une bibliothèque spécialement sélectionnée pour eux à leur disposition.

La littérature et la poésie peuvent donc devenir de précieux agents de reconstruction. Des alliés pour le changement, lorsque notre intérieur est brisé. Il s’agit de lieux qui nous poussent à guérir, à trouver le calme lorsque l’esprit dépressif suit le rythme du chaos. Les livres sont des pilules pour la tranquillité et des catalyseurs du bien-être.

la littérature et la poésie

La littérature et la poésie, peuvent-il vraiment nous aider à surmonter une dépression ?

Matt Haig est un écrivain britannique qui connut le succès grâce à un livre au titre des plus explicite : Raisons de continuer à vivre. Il y raconte de façon brutale ce que cela signifiait de vivre plusieurs années avec une dépression. Loin d’être un livre d’auto-assistance, l’auteur souhaite ici clarifier un aspect simple. Chaque personne doit être capable de trouver sa propre stratégie, sa raison vitale pour s’éloigner du précipice. Sa motivation pour renaître, sa clé pour fermer la porte à la dépression. La sienne résidait dans les livres. Et plus précisément le récit de fiction.

Matt Haig arrive à la même conclusion que de nombreux psychologues et psychiatres. Même si ces derniers vont un peu plus loin. Outre les livres de fiction, la poésie se présente également comme un outil thérapeutique exceptionnel pour de nombreux patients traversant ce trouble psychologique.

Voyons les raisons qui justifient ces conclusions sur les raisons pur lesquelles la littérature et la poésie sont si utiles pour notre bien-être psychologique.

Les livres de fiction nous font nous réveiller

Lire des livres de fiction nous fait nous sentir humains. Cette phrase peut paraître quelque peu exagérée. En effet, qui ne se souvient pas ce que c’est déjà par excellence si ce n’est un être humain pensant et ressentant ? Les personnes souffrant de dépression sont prisonnières d’un espace où elles n’ont pas toujours le contrôle de ce qu’elles pensent. Où ce qu’elles ressentent est toujours contraire, négatif et autodestructeur.

  • Lire de la fiction suppose avant tout de se dépouiller de soi-même afin de faire preuve d’empathie avec certains personnages.
  • Le cerveau se détend. Cet esprit fragmenté retrouve ainsi son calme en se connectant à une histoire, avec quelques détails, avec des émotions spécifiques.
  • Les intrigues que ces protagonistes vivent sont en outre pleines de changements. Et un changement est ce dont ont besoin les patients qui traversent une dépression.

Un livre de fiction offre donc la possibilité de réfléchir sur d’autres perspectives.  D’être touché par l’optimisme, de s’imprégner de nouveaux objectifs, de rêves et de confiance.

la littérature et la poésie

« Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas comme un poing qui frappe notre crâne, pourquoi le lisons-nous ? Alors que ça nous rende heureux ? Mon Dieu, nous serions également heureux si nous n’avions pas de livres. Et nous pourrions, si nécessaire, écrire nous-mêmes les livres qui nous rendent heureux. Un livre devrait être comme un pic de glace qui brise la mer gelée que nous avons à l’intérieur. »

-Kafka, dans une lettre à Oskar Pollak (1904) –

Poésie pour décrire la complexité de la vie

Il se dit que le premier témoignage poétique de notre histoire a plus de 4300 ans. Il s’agit d’une ode à la déesse Inana. Elle est l’œuvre d’Enheduanna, un poète akkadien. Pourquoi avons-nous utilisé ce style littéraire ? Que recherchait donc l’être humain avec ces jeux de mots, ces rimes, ces strophes et ces belles compositions ?

Selon un travail de l’Institut Max Planck de l’Esthétique Empirique de Francfort, ce type de style nous permet de fixer plus profondément les émotions. Plus encore, dans une vie difficile comme celle qui nous entoure si souvent, nous avons besoin d’une sorte de langage capable de gérer cette difficulté. De la rendre simple, de jouer avec, de la contester, d’être son réceptacle d’émotions, sa catharsis , son alchimie quotidienne…

la littérature et la poésie

La littérature et la poésie en tant que moyen de renaître

Bien que nous disions souvent que la littérature et la poésie sont notre refuge, ils constituent vraiment notre échappatoire. Ils constituent une fenêtre particulière pour pénétrer le monde. Ils sont cette porte nous permettant d’être plus fort. En effet, personne n’est isolé en lisant un livre. Nous nous reconstruisons, même. C’est découvrir d’autres possibilités. C’est réarranger les idées, en incluant des nouvelles et en en détruisant d’autres.

Personne ne ressort indemne après avoir terminé un roman, après avoir lu un poème. Quelque chose change en nous. Quelque chose nous guérit. Nous réveille pour nous observer nous-même et le monde de manière différente. De manière plus saine et plus sage. Ne sous-estimons donc jamais le pouvoir de la littérature et de la poésie pour favoriser l’amélioration des processus dépressifs. Ils peuvent en effet être d’excellents alliés.