Pourquoi la dépression nous rend-elle plus vulnérables à la fatigue ?

· 27 novembre 2018
La dépression peut présenter différentes manifestations physiques, et la fatigue en fait partie.

Les personnes souffrant de dépression sont plus vulnérables à la fatigue. Des tâches accessibles comme que le simple fait de se laver ou de se lever du lit peuvent requérir plus d’efforts que ce dont elles sont capables. De plus, la fatigue peut avoir un impact sur d’autres symptômes associés à la dépression comme l’abstinence ou l’apathie.

La dépression peut augmenter la sensation de fatigue. La personne a alors l’impression de ne pas être capable de réaliser des activités qu’elle menait auparavant. En fait, selon la psychologue clinique Shoshana Bennett, « Il est rare que la fatigue ne soit pas l’un des symptômes de la dépression ». 

La fatigue affecte plus de 90% des personnes souffrant d’un trouble dépressif aigu. Ce sont les informations présentées par Ghanean, Ceniti et Kennedy (2018) dans un article publié dans le CNS Drugs. Mais, qu’est-ce qui provoque la fatigue associée à la dépression ?

« Notre fatigue est souvent causée non pas par le travail mais par la préoccupation, la frustration, et les regrets ».

-Dale Carnegie-

Pourquoi la dépression nous rend-elle plus vulnérables à la fatigue ?

Selon les statistiques, la fatigue résiduelle dans la dépression contribue significativement à la détérioration de la qualité de vie. De plus, c’est un facteur de risque important pour la chronicité et la rechute (Marin, H. et Menza, 2004).

Les causes possibles se cachant derrière la fatigue dans les troubles dépressifs incluent des problèmes de sommeil comme le régime alimentaire, le stress ou les médicaments utilisés pour traiter la dépression en elle-même. En suivant, nous verrons

certaines personnes sont vulnérables à la fatigue

Avez-vous des difficultés à dormir ?

Le sommeil est essentiel pour régénérer le corps et lui redonner de l’énergie. Le manque de sommeil en lui-même n’est pas la cause d’une dépression. Cependant, il augmente le risque de son apparition. Le manque de sommeil peut également empirer les symptômes de dépression existantes. D’ailleurs, chez certaines personnes dépressives dormant correctement, il se peut que la qualité du sommeil ne soit pas bonne.

Soehner, A., Kaplan, K et Harvey (2014) affirment que de nombreuses personnes dépressives ou souffrant d’autres conditions de santé mentale telles que le trouble bipolaire expérimentent aussi bien de l’insomnie que de l’hypersomnie

L’apnée du sommeil est un autre trouble du sommeil qui est lié à la dépression. En fait, une étude prouva que la dépression est commune chez les personnes souffrant d’apnée du sommeil et elle a une influence directe sur la gravité de l’apnée du sommeil (Edwards et al., 2015). L’étude montra que le traitement de l’apnée du sommeil contribue à faire se dissiper les symptômes de la dépression.

Suivez-vous un régime inadéquat ?

Pendant très longtemps, des théories ont été entendues concernant l’impact du régime alimentaire sur la santé mentale. Une étude mit en évidence le fait que les régimes alimentaires les plus qualitatifs, comme ceux incluant les « aliments anti-inflammatoires », peuvent réduire les risques de dépression de certaines personnes (Soehner et al., 2014).

Li et al. (2017) affirmèrent que les schémas de régime spécifiques sont liés à un risque plus important de dépression. En fait, les régimes du style occidental, riches en viandes rouges, viandes transformés, céréales raffinées, sucreries et autres aliments non sains peuvent augmenter le risque de symptômes de dépression chez certaines personnes.

Etes-vous stressé ?

Le stress peut affecter les niveaux de sérotonine et de dopamine. Dans le cerveau, ces substances chimiques jouent un rôle essentiel dans la régulation de l’état moral et de l’énergie.

Une étude a montré que les événements stressants de la vie tels que la fin d’une relation, la perte d’un être cher, une perte significative ou des changements liés à la santé peuvent augmenter significativement le risque de développer un trouble dépressif majeur chez une personne. (Slavich e Irwin, 2014). Cette étude suggère le fait que le stress peut également causer une inflammation au sein de notre corps. Cette inflammation pourrait provoquer de l’hypersomnie et ainsi nous rendre plus vulnérables à la fatigue.

Prenez-vous des antidépresseurs ?

Les antidépresseurs agissent sur les neurotransmetteurs du cerveau en contribuant à améliorer la fonction de régulation de l’état moral de l’individu. Cependant, certains antidépresseurs peuvent causer une fatigue significative. 

Par exemple, Targum et Fava (2011) affirment que certains effets secondaires de médicaments utilisés pour traiter le trouble dépressif majeur peuvent être des symptômes de fatigue.

les antidépresseurs peuvent vous rendre vulnérables à la fatigue

Comment diminuer la fatigue lorsque vous-êtes déprimé ?

En plus d‘évoquer ce problème à votre médecin afin qu’il puisse diagnostiquer d’autres problèmes ou adapter votre traitement, vous pouvez agir de diverses manières afin de diminuer la fatigue associée à la dépression.

  • Faites de l’exercice. Vous dormirez mieux et favoriserez la ségrégation d’hormones et de substances dans votre cerveau. Cela contribuera à augmenter votre sensation de bien-être.
  • Ayez une bonne hygiène de sommeil. Suivez une routine favorisant un sommeil de qualité : faites attention à votre alimentation, suivez des exercices de relaxation, etc.
  • Améliorez votre régime alimentaire. Évitez les aliments riches en graisses non bénéfiques : aliments frits, graisses et sucres raffinés. Augmentez votre consommation de légumes verts, poisson blancs, aliments probiotiques et autres aliments bénéfiques.
  • Pratiquez le mindfulness. La méditation de type « pleine conscience » vous aidera à améliorer votre état moral et à soulager votre stress.

Rappelez vous que le fait d’être plus vulnérables à la fatigue au cours de la dépression ne signifie pas pour autant que nous devions nous y conformer. En étant plus pro-actifs vis-à-vis de notre situation nous permettra d’atténuer les symptômes de la dépression.

 

Trémine, T. (2007). Dépression et rythmes circadiens. L’information Psychiatrique. https://doi.org/10.3917/inpsy.8301.0063