Phobies météorologiques : qu'est-ce que c'est et comment les traiter ?

Les phobies les plus fréquentes sont liées aux animaux, aux hauteurs ou aux espaces clos. Cependant, il existe aussi des personnes qui éprouvent de l'anxiété face à certains phénomènes météorologiques.
Phobies météorologiques : qu'est-ce que c'est et comment les traiter ?
José Padilla

Rédigé et vérifié par Psychologue José Padilla.

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

Il existe différents types de phobies spécifiques, comme les phobies animales ou situationnelles (claustrophobie, environnementale…), parmi lesquelles les phobies liées aux phénomènes météorologiques. Il y a ceux qui ont peur de la présence de la foudre et du tonnerre, à la fois au loin et à proximité. D’autres sont terrifiés par les brouillards épais dans lesquels la visibilité est réduite au minimum.

En général, les personnes qui souffrent d’une phobie du temps ont été confrontées à des conditions météorologiques défavorables qui marquèrent leur histoire. Le fait qu’un événement similaire puisse se répéter les amène à ressentir et à souffrir pour ce qu’elles vécurent dans le passé.

phobies météorologiques
Les phobies météorologiques sont des phobies spécifiques aux situations météorologiques défavorables.

Que sont les phobies météorologiques ?

Les personnes atteintes de phobie des météorologiques éprouvent des niveaux élevés d’anxiété ainsi qu’une peur irrationnelle et excessive d’être exposées ou d’anticiper certaines conditions climatiques. Il en résulte que la personne essaie d’éviter, dans la mesure du possible, les situations ou les endroits où ils peuvent se produire.

Ce type de phobie, comme toute phobie spécifique, présente les caractéristiques suivantes :

  • L’objet ou la situation spécifique provoque presque toujours une peur ou une anxiété immédiate.
  • La situation phobique est activement et constamment évitée pendant 6 mois ou plus.
  • La peur ou l’anxiété est hors de proportion avec le danger réel inhérent à l’objet ou la situation.
  • Altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants.
  • Les symptômes ne peuvent pas s’expliquer par un autre trouble psychiatrique, comme le trouble obsessionnel-compulsif (TOC), le trouble de stress post-traumatique (SSPT), le trouble d’anxiété de séparation ou le trouble d’anxiété sociale.

L’étiologie exacte des phobies météorologiques reste un mystère. Cependant, on pense qu’elles peuvent se développer en raison de l’association entre les conditions météorologiques et la peur ou la panique. La théorie la plus courante à l’appui est le conditionnement classique, qui postule qu’une phobie survient lorsqu’un événement qui provoque de la peur ou de l’anxiété se combine avec un événement neutre.

Symptômes des phobies météorologiques

Ce type de phobies peut s’observer chez une personne lorsqu’elle :

  • A excessivement peur de certaines conditions météorologiques.
  • Évite les situations dans lesquelles elle pourrait s’exposer à l’objet de sa phobie.
  • Se sent anxieuse lors des manifestations de certains phénomènes météorologiques.

La personne atteinte de phobie météorologiques peut présenter des symptômes physiques tels que : palpitations cardiaques, transpiration, essoufflement, douleurs thoraciques, étourdissements, frissons, nausées, bouffées vasomotrices, tremblements.

Elles présentent également des symptômes cognitifs tels que : des images et des croyances négatives, des croyances d’incapacité à supporter la situation redoutée, des interprétations négatives des réactions physiologiques, des 5 techniques cognitivo-comportementales pour lutter contre les pensées intrusives, des inquiétudes et un état d’alerte.

Les phobies peuvent déclencher toute une série de symptômes qui vont jusqu’à handicaper la personne dans divers domaines de sa vie : social, familial, professionnel, intrapersonnel…

Types de phobies météorologiques

Ensuite, nous exposerons certains types de phobies météorologiques :

  • Anémophobie : peur du vent ou des courants d’air.
  • Acluphobie : horreur du noir.
  • Auroraphobie : peur des aurores.
  • Brontophobie : peur du tonnerre.
  • Ceraunophobie : aversion pour le tonnerre et la foudre.
  • Eosophobie : peur de l’aube.
  • Photophobie : horreur et peur de la lumière.
  • Héliophobie : peur du soleil.
  • Hydrophobie : aversion pour l’eau.
  • Homichlophobie : peur du brouillard.
  • Hygrophobie : peur de l’humidité.
  • Kéraunophobie : peur du tonnerre et de la foudre.
  • Lilapsophobie : peur des tornades et des ouragans.
  • Météorophobie : peur des météorites.
  • Mysophobie : peur de la contamination par la saleté et les germes.
  • Néphophobie : peur des nuages.
  • Noctiphobie : peur de la nuit.
  • Ombrophobie : peur de la pluie.
  • Ouranophobie : peur du ciel.
  • Psychophobie : peur du froid.
  • Chionophobie : peur de la neige.
  • Thermophobie : peur intense de la chaleur.
  • Sélénophobie : peur de la lune.
  • Nébulaphobie ou homoclophobie : peur irrationnelle du brouillard.

Quel que soit le type de phobie météorologique d’une personne, elle peut acquérir la capacité de la gérer. Tout comme nous avons appris à réagir négativement à certains phénomènes, nous pouvons également apprendre des réactions plus adaptatives à ceux-ci.

Comment les traiter

Parler à un professionnel de la santé mentale peut aider la personne atteinte de phobie à gérer ses peurs et ses angoisses. La thérapie d’exposition et la thérapie cognitivo-comportementale sont les traitements les plus efficaces dans ces cas.

  • Thérapie d’exposition : se concentre sur le changement de la façon dont l’individu réagit à la situation redoutée. Une exposition progressive et répétée à la source de la phobie spécifique et aux pensées, sentiments et sensations associés peut aider une personne à contrôler son anxiété. L’exposition in vivo consiste à entrer en contact direct avec le stimulus anxiogène ou désagréable. L’indication de base est de rester en contact avec le stimulus redouté jusqu’à ce que l’anxiété soit réduite.
  • Thérapie cognitivo -comportementale : implique une exposition en combinaison avec d’autres techniques pour apprendre à voir et à faire face différemment aux conditions météorologiques qui causent la peur.
  • Médicaments : la thérapie d’exposition réussit généralement à traiter des phobies spécifiques. Cependant, les médicaments peuvent parfois aider à réduire les symptômes d’anxiété et de panique d’une personne.
phobies météorologiques
La thérapie par l’exposition est l’une des plus efficaces pour les phobies météorologiques.

Les stratégies d’adaptation

Bien que la psychothérapie puisse aider à surmonter les phobies météorologiques, vous pouvez également prendre certaines mesures par vous-même :

  • N’évitez pas les situations qui provoquent la peur. Au lieu de les éviter, vous devriez essayer de les côtoyer le plus souvent possible.
  • Pratiquez les techniques apprises en thérapie et travaillez avec le thérapeute pour élaborer un plan en cas d’aggravation des symptômes.
  • Cherchez du soutien dans des groupes d’entraide.
  • Prenez soin de votre santé mentale et physique. Reposez-vous bien, mangez sainement et essayez d’être physiquement actif tous les jours.

Enfin, si les phobies ne sont pas traitées, elles peuvent affecter considérablement le fonctionnement quotidien d’une personne. Par conséquent, il est conseillé aux personnes souffrant de phobie de consulter un professionnel de la santé mentale lorsque les symptômes affectent leurs activités quotidiennes et leur qualité de vie.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
L’éco-anxiété, une conséquence du changement climatique
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’éco-anxiété, une conséquence du changement climatique

L'éco-anxiété, ou anxiété climatique, est née du besoin de donner un nom à la peur chronique de la destruction environnementale.




Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.