Phobies alimentaires : j'ai peur de manger, mais pas à cause du poids

Savez-vous ce que sont les phobies alimentaires ? Elles peuvent avoir de graves conséquences et limiter considérablement la vie. Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur elles.
Phobies alimentaires : j'ai peur de manger, mais pas à cause du poids

Dernière mise à jour : 15 février, 2021

Combien de types de phobies connaissez-vous ? Probablement, si nous y réfléchissons, nous constaterons qu"il existe des centaines de types de phobies, certaines plus fréquentes que d"autres.

La phobie des chiens, la peur du noir, le vertige… Ce sont des phobies que nous connaissons ou dont nous avons peut-être même souffert à un moment donné. Cependant, il existe un type de phobie beaucoup moins connu et handicapant : les phobies alimentaires.

Les phobies alimentaires sont une famille de phobies qui vont de la peur d"essayer de nouveaux aliments, à la peur d"avaler de la nourriture, en passant par la peur de manger certains types d"aliments par crainte d"une intoxication alimentaire. L"alimentation est un besoin primordial, donc si elle est modifiée, cela peut avoir de graves conséquences.

Quels types de phobies alimentaires connaissons-nous ? Ces peurs sont-elles liées à d"autres troubles alimentaires tels que l"anorexie mentale, et quelles en sont les conséquences ? Nous répondons ici à ces questions et à d"autres encore.

Un petit garçon qui refuse de manger son assiette.

Tout d"abord, que sont les phobies ?

Les phobies sont des réactions de peur irrationnelles à des stimuli inoffensifs ou à des stimuli qui ne sont pas si inoffensifs, mais qui sont sous contrôle. C"est le cas quand une personne a les ressources nécessaires pour y faire face.

Les réactions phobiques sont mal adaptées et peuvent affecter la vie quotidienne des gens. Elles nécessitent attention et traitement. D"autant plus lorsque la phobie affecte un besoin physiologique de base comme la nourriture.

Les phobies apparaissent généralement dans l"enfance ou l"adolescence et s"acquièrent généralement par l"apprentissage. L"expérience directe du stimulus phobique et l"apprentissage par procuration sont les principaux moyens d"acquisition des phobies. Par exemple, s"étouffer avec une cacahuète peut suffire pour acquérir la phobie des arachides.

D"autre part, il y a un effet très curieux, l"effet Garcia, qui est lié à la peur de souffrir d"une intoxication alimentaire. Cet effet explique pourquoi nous rejetons systématiquement les aliments (ou les goûts similaires à ces aliments) qui, à un moment donné, nous ont fait nous sentir mal.

Lorsque nous souffrons d"une intoxication alimentaire ou qu"un aliment est mauvais pour nous (même de façon bénigne), il existe une aversion gustative conditionnée. Elle est produite par l"association d"un certain goût à une sensation désagréable.

Il existe de nombreux types de phobies, mais dans cet article, nous allons nous concentrer sur les phobies alimentaires mentionnées ci-dessus. Quelles sont-elles et quels types existent-ils ?

Entrons dans le vif du sujet : les phobies alimentaires

Les phobies alimentaires sont une famille de phobies liées à différents aspects de l"alimentation. Elles peuvent impliquer la peur d"essayer de nouveaux aliments, la peur de les avaler, la peur d"avoir une intoxication alimentaire, la peur de manger un certain groupe d"aliments…

Comme la plupart des phobies, les phobies alimentaires s"acquièrent généralement par l"apprentissage. La principale conséquence est l"évitement actif du stimulus phobique. Cela peut conduire à une restriction exagérée de l"apport alimentaire, ce qui peut entraîner la malnutrition et une grave insuffisance pondérale.

Néophobie alimentaire : peur des aliments nouveaux ou inconnus

La néophobie est la phobie et le refus d"essayer de nouveaux aliments. Cela signifie littéralement “la peur d"essayer des aliments inconnus". La néophobie est un phénomène très courant dans l"enfance, surtout vers l"âge de 2 à 3 ans, qui tend à disparaître après l"âge de 5 ans. Bien que, dans certains cas, elle puisse persister à l"âge adulte.

Il existe une explication évolutive à ce phénomène. La néophobie peut être considérée comme un mécanisme de défense. Autrefois, lorsque les gens cueillaient leur propre nourriture, ne pas rejeter un nouvel aliment pouvait les exposer à un risque d"intoxication alimentaire ou de mort.

Ainsi, les enfants de 2 à 3 ans qui refusent la nourriture ne sont pas de “mauvais mangeurs". Ils s"adaptent à de nouveaux goûts et textures qu"ils toléreront progressivement (à quelques exceptions près).

Il existe une prédisposition génétique pour ce type de phobie. On estime que 78 % des cas de néophobie alimentaire sont héréditaires. En outre, l"apprentissage joue un rôle fondamental.

Les enfants apprennent, dans une large mesure, en observant des modèles (parents, frères et sœurs plus âgés). Par conséquent, il faut s"attendre à ce que si, chez eux, ils observent que leurs modèles refusent d"essayer la nourriture, ils le répètent, considérant que c"est la bonne chose à faire.

Une petite fille qui refuse de manger son assiette.

Phagophobie : la peur d"avaler de la nourriture

La phagophobie est la phobie d"avaler des aliments à cause d"une peur irrationnelle de s"étouffer ou de suffoquer en avalant. Contrairement à la néophobie, elle peut survenir à tout âge et est généralement associée à un épisode d"étouffement.

Il est logique de penser que si nous avons été sur le point de nous étouffer avec un aliment, nous le rejetons afin de ne pas avoir à revivre la même chose. Le problème est que cette crainte peut se généraliser à d"autres aliments et limiter considérablement notre gamme d"aliments. Nous pouvons finir par développer une phobie d"avaler toutes sortes d"aliments, même liquides.

Lorsque la phobie est liée à une phobie d"avaler des aliments solides, on peut commencer par des aliments liquides ou en purée. Ensuite, on peut passer à des aliments faciles à émietter et à mâcher. Enfin, on peut réintroduire des aliments solides de moindre à plus grande consistance.

Si la phobie est liée aux liquides, vous pouvez commencer par utiliser des épaississants et des gélifiants qui modifient la texture des liquides afin de maintenir l"hydratation du corps. Progressivement, la proportion d"épaississant peut être réduite.

Cibophobie : la crainte d"une intoxication ou de réactions allergiques

La cibophobie est liée à la sécurité alimentaire en général qu"à la peur de manger un certain type d"aliments. Elle consiste en une crainte de souffrir d"une éventuelle intoxication alimentaire ou d"une réaction allergique. Cela amène les personnes à vérifier consciencieusement l"état des aliments avant de les consommer, ainsi que les dates de péremption.

Cette phobie est étroitement liée à l"effet Garcia, que nous avons mentionné précédemment. Elle est souvent étroitement associée au fait d"avoir souffert d"une intoxication alimentaire ou d"une réaction allergique. Cependant, bien que la phobie puisse, au début, être limitée à un aliment spécifique, la peur peut être généralisée à différents aliments d"une même famille.

Autres phobies alimentaires

La mycophobie est la crainte de consommer des champignons ou des matières fécales en raison de la possibilité d"empoisonnement. Ce qui est curieux dans cette phobie, c"est qu"elle ne se limite pas à l"ingestion de champignons. Elle peut se généraliser et provoquer une aversion et une peur au simple fait de les voir ou de les toucher.

Il y a aussi la lachanophobie, la peur des légumes. Cette crainte peut être associée à un seul légume spécifique ou à une famille entière de légumes.

Elle est étroitement associée aux situations traumatisantes vécues dans l"enfance, liées à l"ingestion forcée de ces aliments. Par exemple, avoir été forcé de manger malgré des rougeurs, ou avoir dû manger les épinards du dîner précédent au petit déjeuner. Elle peut également être liée au fait d"avoir trouvé un insecte dans les légumes.

Une femme qui refuse de manger son assiette.

Phobies alimentaires et troubles alimentaires

Comme nous l"avons vu, les phobies alimentaires, même si elles commencent par être associées à un aliment particulier, peuvent être généralisées à d"autres aliments. Cela peut limiter, outre la variété des aliments consommés, la qualité de la nourriture en général, et peut entraîner une perte de poids exagérée.

Cette insuffisance pondérale est commune à certains troubles alimentaires, tels que l"anorexie mentale. Dans l"anorexie nerveuse, la perte de poids est causée par une réduction délibérée de la quantité et de la variété des aliments consommés, comme moyen de contrôler le poids.

Et voici la principale différence. Alors que dans les phobies alimentaires, la peur se concentre sur des aspects étroitement liés à la nourriture elle-même, comme la famille à laquelle elle appartient ou son état de conservation, dans l"anorexie mentale, la phobie se concentre sur la peur pathologique de prendre du poids.

C"est pourquoi il est important de bien explorer ce qui peut être à l"origine d"une insuffisance pondérale, quel type de peur a conduit à une perte de poids. Différents troubles nécessitent différentes approches.

Quelques remarques sur le traitement

L"intervention dans l"anorexie mentale se concentre sur la réhabilitation nutritionnelle dans le but d"assurer la stabilité biologique de la personne. Il faut ensuite travailler sur le plan cognitif, la distorsion de l"image corporelle, les croyances surévaluées sur le poids corporel, etc.

Dans le cas des phobies alimentaires, si les conséquences sont graves et si elles sont présentes depuis longtemps, il peut être nécessaire de rétablir le poids dans un premier temps. Cependant, le traitement de la phobie elle-même doit être davantage orienté vers un contact progressif avec le stimulus phobique afin de déconditionner la phobie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Découvrez les 7 phobies les plus curieuses et les plus rares
Nos PenséesRead it in Nos Pensées
Découvrez les 7 phobies les plus curieuses et les plus rares

Les phobies sont définies comme une peur intense et irrationnelle à l'égard d'une personne, d'un objet ou d'une situation impliquant peu ou pas de danger.