Nous avons tous un phare qui nous guide en permanence

· 25 mai 2018

Vous est-il déjà arrivé de vous sentir complètement perdus et d’avoir l’impression de couler ? Parfois, les situations peuvent nous dépasser. Nous pensons que nous sommes incapables de les affronter, tandis que la négativité commence à se faire noter plus fortement dans nos vies. Tout ce que nous faisons est mal. Tout ce qui nous arrive est horrible. La seule chose que nous voulons est trouver ce phare qui sera toujours là pour nous guider (ou, du moins, c’est ce qu’on dit).

Or, si nous nous complaisons dans les plaintes et le victimisme, la solution à nos problèmes ne pourra que difficilement apparaître. Ce n’est pas parce qu’elle n’est pas devant nous mais parce que toute la négativité que nous avons amassée s’est transformée en un brouillard épais qui nous empêche de voir les choses clairement.

Distinguer ce phare qui nous guide en permanence

Comment pouvons-nous distinguer ce phare qui nous guide en permanence ? Certains psychologues mettent en pratique un bon exercice qui aide non seulement à ouvrir les yeux mais aussi à conserver de l’espoir dans notre cœur. Même quand il semble avoir disparu. Voyons en quoi consiste cet exercice.

Il s’agit de fermer les yeux, de se tranquilliser brièvement pour libérer cette tension qui inonde tout notre corps et atteindre un état de paix. Une fois tout ceci atteint, nous devons nous visualiser dans un bateau à la dérive avec des vagues qui menacent de le faire couler. Le ciel est plein d’éclairs menaçants et l’on entend des coups de tonnerres assourdissants. Le bateau bouge beaucoup. L’eau ne cesse d’y entrer et de nous mouiller. Nous sommes perdus, seuls, et nous ne savons pas quoi faire.

femme qui regarde un phare

Nous ne pouvons communiquer avec personne. La seule chose que nous puissions faire est nous agripper le plus fort possible au mât du bateau pour ne pas être éjectés à n’importe quel moment. C’est difficile. Nos mains nous font mal. Il fait froid, nous sommes fatigués de cette situation et nous songeons à lâcher prise. Mais tout à coup, une lumière trouble apparaît.

Quand nous sommes dépassés par les situations, nous commençons à nous noyer dans nos émotions et nous pensons que c’est la fin. Cependant, si nous refusons de nous avouer vaincus et résistons, nous finirons par apercevoir ce phare qui nous guide en permanence.

Au lieu de baisser la tête et de continuer à être submergés par nos pensées défaitistes, nous sommes attirés par cette lumière. Nous nous dirigeons vers elle. Au moins, grâce à cela, nous allons quelque part. Au fur et à mesure que nous nous rapprochons, cette lumière devient plus claire et nous distinguons plus de choses. Elle se trouve à un point précis. Nous ressentons à nouveau de l’espoir. C’est un phare, la terre est proche. Nous avons un endroit vers lequel nous diriger.

Le bonheur de savoir qu’il y a de l’espoir

Une fois cet exercice effectué, il est important de faire un travail sur nos émotions. Comment nous sommes-nous sentis quand nous étions sur ce bateau à la dérive? Nous avons probablement été submergés par la peur, la solitude, l’abandon et la frustration. Nous avons peut-être même pu penser que nous allions mourir. Cependant, quelque chose a changé.

Au moment où nous avons distingué une lumière, nos émotions ont changé de façon radicale. Au moment où la curiosité nous a envahis, nous avons cessé de penser à ce qu’il se passait autour de nous. Nous avons trouvé un tout nouvel intérêt qui a relégué à un second plan la situation négative que nous étions en train de vivre. Nous avons ressenti du calme, de la tranquillité, de la joie, du soulagement… Nous avons oublié à quel point nous nous sentions mal et avons commencé à nous sentir heureux, précisément parce que nous avons compris que nous pouvions aller mieux.

femme face à l'océan

C’est ce qui se passe habituellement quand, par exemple, nous perdons notre travail et, pendant une longue période de temps, ne trouvons pas de nouveau poste. Cependant, un jour, nous recevons un appel pour un entretien d’embauche. Il y a toujours un phare qui nous guide mais il faut savoir le voir. Si la personne qui reçoit cet appel refuse de voir ce phare, elle pensera qu’on ne la sélectionnera jamais. Que ce soit parce qu’elle a 40 ans, parce qu’elle vient de passer un long moment sans travailler ou pour toute autre raison qui la fait plonger encore plus dans la négativité.

Comment éviter que notre vie s’écroule quand quelque chose de négatif nous arrive et quand nous ne savons pas comment aller de l’avant? La clé consiste à avoir plusieurs phares. De cette façon, si l’un d’eux s’écroule, vous pourrez continuer à avancer sans vous sentir perdus.

Avoir plusieurs phares dans notre vie

Nous pouvons comprendre ces phares que nous avons dans notre vie comme les différents éléments qui la composent. Par exemple, nous avons un phare pour la relation de couple, un autre pour les relations familiales, un pour le travail, un pour le développement personnel… L’idée est de cultiver et de prendre soin du plus grand nombre de phares possible, pour que nous ne nous écroulions pas si l’un d’eux est détruit. Voyons cela à travers un exemple.

Lorsque l’un de nos phares s’écroule, notre attention doit se diriger vers un autre. Or, si nous avons négligé les autres phares, nous nous retrouverons sur ce bateau à la dérive. Nous pouvons rester un long moment dans cette situation. Nous ne pouvons donc pas nous concentrer sur un seul phare. Les autres méritent aussi notre attention car, un jour, nous pourrons en avoir besoin.

Imaginons que nous souffrons de dépendance émotionnellef : notre compagnon/compagne est toute notre vie. Que se passe-t-il dans ce cas? Nous n’avons qu’un phare pour nous guider. Cette relation se brise et le phare s’écroule. Nous nous sentons perdus, paralysés et nous ne savons plus profiter de la vie. Toutes nos attentes étaient dirigées vers un seul phare et nous avons oublié tous les autres. Où est le phare de l’amitié ? Et celui de la croissance personnelle ? Et que dire du phare des objectifs professionnels ?

Etant donné que nous n’avons pas fait attention aux autres phares, nous courons le risque de ne pas savoir quoi faire de notre vie. L’exercice que nous avons mentionné au début peut donc nous aider à découvrir qu’il n’y a pas qu’un phare pour nous guider. Il y en a beaucoup plus. Nous les avons juste négligés et avons oublié où ils se trouvaient. Malgré tout, une solution existe face à cela.

image de la fantaisie

Au moment où nous prendrons conscience du fait qu’il n’y a pas qu’un phare pour éclairer notre vie, nous découvrirons que même si l’un d’eux s’écroule, d’autres continueront à illuminer notre chemin. Nous devons seulement diriger notre attention vers d’autres points et affiner notre vue vers ces lumières floues, vers ces phares oubliés. Nous nous rendrons alors compte de tout ce que nous avons négligé.