Modèle de performance de l'intelligence émotionnelle de Goleman

Quelles sont vos soft skills ? Dans le monde du travail, les compétences que Daniel Goleman a intégrées dans son intéressante théorie sur la performance de l'intelligence émotionnelle sont de plus en plus demandées. Voulez-vous savoir lesquels sont-ils?
Modèle de performance de l'intelligence émotionnelle de Goleman
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

Nombreux sont ceux qui prétendent savoir en quoi consiste l’intelligence émotionnelle. Ils ont lu plus d’un livre de Daniel Goleman et ont même suivi de nombreux cours sur le sujet. Cependant, dans la pratique, l’application correcte de l’intelligence émotionnelle est notre éternel compte en attente. Nous voyons ce manque dans nos relations et aussi sur le lieu de travail.

Plus de trente ans se sont écoulés depuis que Goleman lui-même et John D. Mayer nous ont parlé du quotient émotionnel. Cependant, la valeur, l’utilité et la pertinence de cette théorie n’expire jamais. C’est une construction valide et largement acceptée. Or, bien qu’il s’agisse d’une approche corrélée au bien-être et à l’épanouissement personnel, nous ne la maîtrisons pas encore parfaitement.

Un exemple de ceci est de penser que la régulation émotionnelle équivaut à un contrôle vierge et absolu sur ses propres émotions. C’est croire que les personnes ayant une intelligence émotionnelle ne se mettent pas en colère ou ne ressentent pas de colère ou d’angoisse. Tout le contraire. Parce que rien n’est aussi naturel et attendu que de vivre toute la palette des émotions, y compris les plus inconfortables.

Le comportement vraiment intelligent consiste à comprendre toutes les expériences internes et à ne pas se laisser emporter par les états les plus défavorables. Pour cette raison, la personne qui travaille efficacement dans le domaine de l’intelligence émotionnelle maîtrise parfaitement une série de soft skills très spécifiques.

Celles que Daniel Goleman a décrites dans un modèle que nous analysons ci-dessous, et qui est particulièrement utile dans le domaine organisationnel.

Nous avons tous besoin de développer beaucoup plus cette capacité à traiter les informations émotionnelles et à les utiliser pour améliorer nos relations, travailler vers nos objectifs et réguler notre comportement.

Amis parlant au bureau du modèle de performance de l'intelligence
De bonnes compétences en intelligence émotionnelle facilitent un meilleur bien-être mental et une satisfaction générale dans la vie.

Le modèle de performance de l’intelligence émotionnelle de Goleman : qu’est-ce que c’est ?

À l’heure actuelle, le débat occasionnel est toujours ouvert sur la question de savoir si l’intelligence émotionnelle est vraiment un type d’intelligence. Un aspect sur lequel tous les experts s’accordent est que personne ne fera preuve d’un comportement vraiment intelligent s’il ne sait pas réguler ce qu’il ressent. Personne n’est un vrai génie s’il n’a pas d’empathie et ne sait pas réguler sa frustration, par exemple.

Compte tenu de l’implication que revêt aujourd’hui cette matière, Daniel Goleman lui-même insiste sur l’importance de la structurer en milieu de travail. C’est grâce aux soft skills que nous pouvons développer une conscience de soi émotionnelle adéquate qui est si essentielle dans nos métiers. Si nous devenions tous autonomes dans ces sous-dimensions qui orchestrent l’intelligence émotionnelle, nous ne serions pas seulement plus productifs. Nous serions aussi plus heureux.

À cette fin, il a développé ce que nous appelons le modèle de performance de l’intelligence émotionnelle. C’est une théorie qu’il a développée dans son livre L’importance de l’intelligence émotionnelle dans l’entreprise (1997), et dont le but est de décrire cet ensemble de compétences qui font de nous des agents compétents en la matière. Nous les analysons :

L’intelligence émotionnelle nous apprend à réguler, comprendre et se connecter avec nos sentiments et nos émotions afin d’utiliser ces informations pour guider notre comportement.

1. L’intelligence émotionnelle

Quelle émotion ressentez-vous en ce moment ? D’où vient-il, qu’est-ce qui le déclenche ? Comment cette émotion affecte-t-elle votre façon de penser et d’agir ? En effet, la conscience émotionnelle de soi est la capacité à se connecter avec nos états internes pour nous comprendre, réguler nos comportements et agir de manière plus adaptée.

Ce regard sage est aussi notre capacité à reconnaître notre propre existence, selon des recherches des universités de Californie du Sud et de Hambourg en Allemagne.

2. Autorégulation émotionnelle

La régulation émotionnelle est la pierre angulaire de l’intelligence émotionnelle. C’est ne pas se laisser emporter par ce que l’on ressent, encore moins refouler l’émotion ressentie. Cela implique de comprendre ce que nous ressentons afin d’appliquer des stratégies appropriées et de favoriser l’équilibre, le comportement ajusté et la bonne réponse à chaque situation.

3. Adaptabilité

Faites-vous partie de ceux qui ont du mal à accepter une réalité, à s’embrouiller et à se battre avec elle jusqu’à la nier ? Il est courant. Il n’est pas facile, par exemple, d’assumer les échecs, les dénouements et nos erreurs. Cependant, le modèle de performance de l’intelligence émotionnelle de Goleman met l’accent sur la pertinence de l’acceptation pour nous tous.

Ce n’est que lorsque nous acceptons une réalité telle qu’elle est que nous pouvons l’affronter, la surmonter et même la transformer.

4. Orientation vers la réalisation

Il n’est pas nécessaire d’être un leader pour améliorer notre capacité à atteindre les buts et les objectifs. Un trait fréquent et hautement nécessaire chez l’être humain est de développer des capacités adéquates pour l’accomplissement des réalisations. Cela implique de savoir gérer nos énergies vers un but, faire un plan, se sentir motivé et aussi être capable d’apprendre des chutes et des échecs.

5. Attitude positive

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle a à voir avec la pensée positive ? En fait, beaucoup. Les gens ont besoin d’une attitude et d’une vision de la vie optimistes pour y faire face, développer une ouverture adéquate avec notre environnement, en tirer des leçons et donner le meilleur de nous-mêmes aux autres.

Une attitude positive crée un climat de confiance et de connexion dans n’importe quel environnement de travail. Ce n’est que lorsque nous nous sentons en sécurité et en confiance dans un environnement de travail que nous sommes plus productifs, créatifs et heureux.

La positivité fait partie intégrante de l’intelligence émotionnelle. Cela implique de pouvoir se regarder et regarder le monde avec espoir, dépassement de soi et ouverture pour mieux s’adapter aux défis.

6. Empathie

Dans le modèle de performance de l’intelligence émotionnelle de Goleman, l’empathie est une pierre angulaire. Cependant, nous ne devons pas seulement acquérir des compétences adéquates dans l’art de comprendre les sentiments et les émotions des autres. Il faut aller plus loin.

L’empathie implique également de savoir agir, réagir et être proactif face aux besoins des autres. Au moment où nous nous connectons avec ceux qui nous entourent et agissons pour promouvoir leur bien-être, nous façonnons la véritable essence de l’humanité.

7. Savoir résoudre les conflits avec l’intelligence émotionnelle

Il y a ceux qui évitent les conflits lorsqu’ils apparaissent et il y a ceux qui sont experts pour les provoquer. On ne peut dériver d’un extrême ou de l’autre. Les divergences, les problèmes et les malentendus seront toujours présents dans chacun de nos contextes. Par conséquent, un outil exceptionnel qui vient de l’intelligence émotionnelle est la capacité de savoir comment résoudre toute confrontation.

Dans ce domaine, des connaissances aussi variées qu’essentielles sont intégrées, telles que la communication assertive, éviter le jeu des reproches, savoir présenter des propositions, écouter activement ou se concentrer sur l’avenir et non sur le passé.

L'intelligence émotionnel au travail.
L’empathie favorise la connexion humaine, ainsi que la compréhension des autres. C’est le seul moyen de créer des groupes de travail plus forts et plus heureux.

8. Conscience organisationnelle

Une organisation est un scénario composé de plusieurs figures avec des positions différentes orientées vers le même objectif. Que nous enseigne le modèle de performance de l’intelligence émotionnelle de Goleman dans ce cas ?

Ce qu’il nous permet de comprendre, c’est que seules les personnes ayant une conscience de groupe et d’équipe trouveront l’harmonie et seront productives dans cet environnement. Quelque chose comme cela implique d’avoir des compétences sociales à des compétences pour promouvoir la cohésion et parvenir à des accords.

Pour conclure, depuis que Daniel Goleman a popularisé le terme d’intelligence émotionnelle avec ses livres, la plupart aspirent à le développer car on associe cette compétence à la réussite. Cependant, ce n’est pas tout à fait correct. Ce que la personne émotionnellement intelligente réalise, ce n’est pas de devenir un leader ou un modèle inspirant.

Ce que vous obtenez, c’est un meilleur contrôle de votre personne, une amélioration de vos relations sociales et une plus grande confiance en vous pour atteindre vos objectifs. Plongeons-nous dans ces domaines décrits ici. Ils sont le meilleur point de départ pour le bien-être psychologique et au travail.



  • Barchard, K. A. (2003). Does emotional intelligence assist in the prediction of academic success? Educational and Psychological Measurement63(5), 840-858.
  • Brackett, M., Mayer, J. D., & Warner, R. M. (2004). Emotional intelligence and the prediction of behavior. Personality and Individual Differences, 36, 1387-1402.
  • Davies, M., Stankov, L., & Roberts, R. D. (1998). Emotional intelligence: In search of an elusive construct. Journal of Personality and Social Psychology, 75(4), 989-1015.
  • Goleman, Daniel (1997) La importancia de la Inteligencia Emocional en la empresa. CONECTA
  • Mayer, J. D., Caruso, D. R., & Salovey, P. (2016). The ability model of emotional intelligence: Principles and updates. Emotion Review8(4), 290-300.
  • Mayer, J. D., Roberts, R. D., & Barsade, S. G. (2008). Human abilities: Emotional intelligence. Annual Review of Psychology, 59, 507-536.
  • Mayer, J. D., Salovey, P., & Caruso, D. R. (2004). Emotional intelligence: Theory, findings and implications. Psychological Inquiry, 15(3), 197-215.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.