Marcher sur le chemin du détachement

30 octobre 2015 dans Psychologie 7 Partagés
 » Plus vous laissez d’attaches sur le chemin, plus vous serez proche de vous connaître vous même » Walter Riso.
Partager

La société de consommation a transformé tout ce qui était considéré comme accessoire en quelque chose de nécessaire, d’urgent et de rare, tout en vendant autant de produits que d’idées et de façons de vivre au public.

Le sentiment d’attachement

Nous pouvons avoir un attachement pour des personnes, des animaux ou des biens personnels dotés d’une certaine valeur sentimentale.

Cependant, l’attachement peut également se référer à l’acceptation de nos propres croyances ou de nos façons de faire, qui nous génèrent un certain mal-être lorsque nous les voyons endommagées.

Ainsi, notre attachement nous limite, en nous causant généralement de la souffrance. L’attachement se base sur notre peur et notre insécurité, et cette dernière se nourrit du manque de connaissances de notre Moi.

Par conséquent, un attachement émotionnel serait un état émotionnel de relation (parfois compulsive) à une chose, une personne ou une pensée particulière, pouvant produire la croyance persistante que sans elle on ne peut pas vivre.

Cependant, le bonheur n’est pas ce qui nous entoure ni ce à quoi nous pouvons nous attacher, le bonheur grandit de l’intérieur vers l’extérieur, souvent caché derrière les pensées de notre esprit.

En quoi consiste le détachement?

Le détachement nous permet de nous lier à tout, mais sans causer de douleur ni de souffrance. Il implique le détachement de notre intérêt sur le résultat, sans renoncer à l’intention ni au désir.

Il nous plonge dans l’inconnu, nous faisant ainsi entrer dans le champ de toutes les possibilités.

Le détachement implique de vivre dans le présent, en acceptant la réalité et les faits qui se passent. Il est lié à la jouissance des choses, sachant qu’elles sont passagères, et qu’elles ne sont pas permanentes ni statiques.

Tout ce qui est présent autour de nous va se modifier, y compris la façon dont nous sommes, en fonction des expériences auxquelles nous allons prendre part.

Le fait de nous détacher ne signifie pas que plus rien n’aura d’importance, mais au contraire, nous allons apprendre à aimer, à nous préoccuper et à nous engager sans générer en nous un profond chaos interne, et en oubliant la nécessité de posséder pour être heureux.

Le détachement est le pilier de notre liberté, et c’est ce qui nous permet d’être libres face aux autres. Il s’agit de se libérer de la rigidité pour laisser place à la souplesse et aux possibilités.

Se détacher, c’est commencer à se découvrir soi-même sans l’entrave de la sécurité et de la certitude.

Le détachement implique de comprendre que les pertes sont inévitables. Lâchons la main de ce que nous aimons, mais sans arrêter de l’aimer.

Image reproduite avec l’aimable courtoisie de ARJOON

A découvrir aussi