Manger par ennui : Pourquoi faisons-nous cela ?

Saviez-vous que manger par ennui peut être un comportement aussi normal que malsain ? Explorons la nature de ce comportement.
Manger par ennui : Pourquoi faisons-nous cela ?

Dernière mise à jour : 29 novembre, 2020

Manger peut se justifier de différentes manières. Evidemment, la plus commune est l’explication biologique, mais il en existe aussi d’autres auxquelles nous devons prêter attention. Manger par ennui est l’une d’entre elles.

C’est un comportement que l’on observe chez de nombreuses personnes. Cependant, il est possible de changer cela. Que cela soit nécessaire ou non, nous devons nous demander si c’est une pratique malsaine. En effet, lorsque cela devient une habitude, trop manger peut devenir un danger.

Nous allons surtout nous pencher sur cette tendance à manger par ennui. Nous verrons comment savoir à quel moment cette habitude devient mauvaise. Et nous mettrons l’accent sur les stratégies à employer pour éviter ce phénomène.

Manger par ennui : le lien avec les émotions.

Manger par ennui : un phénomène aussi normal que malsain

Nous mangeons généralement pour que l’organisme puisse fonctionner normalement. Cependant, nous sommes des êtres complexes : d’autres aspects peuvent exercer une influence importante sur notre alimentation. Par exemple, le plaisir ou encore l’influence sociale peuvent nous pousser à manger.

Commençons par jeter un coup d’œil aux définitions de ces deux termes. Manger signifie « ingérer de la nourriture ». L’ennui est « une fatigue de l’esprit causée par un manque de stimulation ou de distraction ou par des difficultés répétées ».

Ainsi, lorsqu’on mange par ennui cela signifie que nous ingérons de la nourriture lorsque notre esprit est fatigué. Cela a donc un lien avec le domaine émotionnel. Il s’agit en fait d’une faim émotionnelle. Nous cherchons dans la nourriture ce que nous ne pouvons pas résoudre autrement.

Manger par ennui : les causes

Manger est également associé à des modèles d’apprentissage. Ainsi, diverses raisons peuvent nous pousser à manger.

Lorsque nous nous ennuyons, nous entrons dans un cercle vicieux dans lequel nos sentiments, nos pensées et nos comportements jouent un rôle important. Ne pas savoir quoi faire nous pour briser ce cercle nous pousse à faire quelque chose pour nous divertir, comme ingérer de la nourriture.

Le lien avec les émotions

Il peut arriver que, ne sachant pas quoi faire de notre esprit, nous nous tournions vers le corps. Il s’agit d’un mécanisme de défense pour éviter une angoisse. Manger par ennui se caractérise alors par une urgence, une absence de limites, de la culpabilité ou de la honte.

La faim physiologique, au contraire, est progressive. Elle peut généralement attendre et elle ne génère normalement pas d’émotions négatives.

Les recherches actuelles mettent l’accent sur la relation qui existe entre la suralimentation et les émotions. Par exemple, Córdoba et ses collègues, dans un article publié dans le Journal of Psychology and Health, montrent que les gens mangent trop lorsqu’ils sont soumis à des émotions négatives.

Manger par ennui revient aussi parfois à tenter de remplir inconsciemment les espaces vides avec de la nourriture. On associe ainsi les émotions à des situations que nous avons déjà vécues et au cours desquelles nous nous sommes tournés vers la nourriture.

Par conséquent, chaque fois que nous sommes dans cette situation, nous pensons à la nourriture et nous mangeons parce que nous avons associé la nourriture à l’ennui. Cela devient mauvais quand on le fait de manière excessive, c’est-à-dire quand on en fait une habitude.

Une autre explication de ce comportement alimentaire réside dans le fait que manger provoque la libération de neurotransmetteurs, notamment la dopamine, une hormone associée au bien-être. Cela est particulièrement vrai dans les situations stressantes. Ce comportement peut s’inscrire dans un processus adaptatif et naturel pour autant qu’il soit circonstanciel.

Enfin, n’oublions pas que manger est un comportement acquis. C’est-à-dire que nous sommes conditionnés à manger à certaines heures.

Manger par ennui est parfois un phénomène inconscient.

Les stratégies pour éviter de manger par ennui

Manger par ennui n’est pas un acte toujours conscient. Identifier le phénomène est déjà une première étape vers notre bien-être. Mais comment l’éviter ? Voyons ici quelques stratégies :

  • Changer d’activité. Au lieu de manger quand on s’ennuie, il est préférable de réaliser une activité qui nous sorte de l’ennui. Par exemple, faire de l’exercice physique augmente notre niveau d’endorphine et nous aide ainsi à nous sentir bien. Mais nous sommes tous différents. Il s’agit donc de trouver l’activité qui convient le mieux à notre style de vie.
  • Noter ce que l’on mange. L’idée consiste à garder une trace de nos repas quotidiens. Il s’agit ainsi de savoir ce que nous mangeons, quand nous le faisons et les endroits où nous le faisons habituellement. A partir de cette auto-exploration, il est alors possible de prendre des décisions pour mettre fin à l’ennui.
  • Évitez d’acheter. Il est question d’éviter d’acheter les aliments que nous savons que nous mangeons par ennui, afin de ne pas les avoir à portée de main.
  • Le temps. Ne laissons pas passer trop de temps entre deux repas.
  • La gestion émotionnelle. Cela consiste à reconnaître nos émotions, à les explorer et à ne pas les laisser prendre le dessus. De cette manière, nous éviterons de manger de manière émotionnelle. Cela nécessite également une bonne connaissance de soi et de la volonté.

Enfin, pour gérer un peu mieux cette difficulté, nous pouvons également chercher de l’aide auprès d’un professionnel : un nutritionniste, un médecin ou encore un psychologue. L’important, c’est de trouver des stratégies pour retrouver un comportement alimentaire sain.

En somme, manger par ennui est un phénomène qui se produit pour différentes raisons. Il s’agit parfois de combler un vide, de briser un cercle vicieux, d’un mécanisme de défense, d’un comportement appris ou encore d’une manière de ressentir le sentiment de satisfaction en libérant des neurotransmetteurs.

Il est important de savoir identifier si cette habitude est excessive ou non. Si c’est le cas, il faut agir en conséquence en optant pour une voie qui favorisera notre bien-être.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 habitudes pour manger consciemment
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
5 habitudes pour manger consciemment

Manger consciemment c'est poser notre regard sur nos habitudes alimentaires tout en contrôlant les pensées associées à notre alimentation.



  • Córdoba, D.L., Cacho, A.E.K., & Morales, M.H.C. (2002). Relación entre el comer en exceso y el manejo de las emociones: una experiencia con estudiantes. Psicología y Salud 12(2), 261-268.