Quelles sont les limites dans ma relation de couple ?

· 16 avril 2017

Quand nous parlons de limites dans toute relation sociale, nous faisons référence à ces critères propres qui sont inviolables ou non-négociables. Il y a certaines limites qui sont normalement partagées par tout le monde (ou presque), que ce soit dans le domaine familial, social ou amoureux ; d’autres, très nombreuses, sont personnelles et nous les établissons avec d’autres personnes de notre entourage en fonction de ce que nous sommes prêt-e-s à tolérer.

Au sein d’un couple, les limites peuvent varier énormément d’une personne à une autre. Certaines sont capables de supporter et même de pardonner une infidélité tandis que d’autres ne le feraient jamais, même en étant extrêmement amoureuses de leur compagnon/compagne. En ce sens, l’éducation que chacun a reçu joue un rôle très important, de même que les expériences personnelles, les valeurs et l’estime de soi.

Cependant, il est recommandé de savoir que même si chacun peut fixer ses propres limites et qu’il peut exister une grande diversité de critères pour cela, il y a des conduites que nous ne devrions jamais accepter si nous voulons conserver notre estime de nous-même et notre dignité.

Limites et dépendance émotionnelle

Presque tout le monde sait ce qu’il veut ou non dans une relation de couple. Cependant, il arrive fréquemment que quand ces limites – établies de façon personnelle – sont modifiées par l’autre, la personne poursuit quand même la relation et ne se sent pas capable d’y mettre fin et de prendre un autre chemin.


C’est comme si, même en sachant que cela ne leur convient pas du tout, elles préféraient la souffrance quotidienne à la douleur éternelle de la perte.


Elles voient leur partenaire comme une nécessité vitale, comme un aliment ou un repos et, par conséquent, le détachement devient impossible. La peur de perdre l’être aimé est si forte pour certaines personnes qu’elles deviennent capables d’accepter des comportements tels que le mensonge, la maltraitance ou l’annulation afin de maintenir la relation.


Cette manière de voir le partenaire comme un besoin est le résultat de la dépendance émotionnelle et surgit quand nous sommes incapables d’imposer nos critères et d’établir des limites fixes.


La pensée de la personne dépendante s’exprime normalement de cette façon : « iel va sûrement changer », « Ce n’est pas si grave… J’exagère peut-être un peu », « Iel fait ça parce qu’iel est stressé-e, c’est juste temporaire », etc. Elle justifie la conduite de son/sa partenaire alors que celui/celle-ci lui fait du mal parce qu’elle a besoin d’arguments pour elle-même. De raisons qui, même si elle sait en son for intérieur qu’elles sont totalement fausses, la tranquillisent momentanément, lui font pardonner des choses et poursuivre la relation.

Limites et estime de soi

Une estime de soi saine consiste à s’accepter soi-même inconditionnellement. C’est le pilier de la santé mentale et du bien-être émotionnel. La faible estime de soi ou le manque d’acceptation est, d’un autre côté, le point de départ de nombreux problèmes psychologiques.


S’accepter et s’aimer avec ses défauts, ses vertus, ses limites et ses forces est ce dont chacun-e a réellement besoin pour être heureux-se.


L’estime de soi a beaucoup à voir avec les limites, dans tous les domaines vitaux et surtout dans le domaine du couple. Si je donne plus d’importance à l’autre personne qu’à moi-même ou si je pense que je ne suis pas capable de rester seul-e, que j’ai besoin de cette autre personne pour être heureux-se ou que celle-ci est celle qui donne un sens à mon existence, je suis en train de placer de véritables mines dans mon estime personnelle. Des mines qui, par ailleurs, peuvent exploser à tout moment.

Ceci est dangereux car, d’une certaine façon, nous pouvons en arriver à un point où il nous sera très difficile de sortir de la relation et où nous nous sentirons très tristes dans ce couple.


Nous ne pourrons être heureux-ses dans un couple que si nous savons ce que nous sommes disposé-e-s à permettre ou non et ce que nous voulons pour notre vie.


En ayant cela à l’esprit et en suivant ces principes, nous ne subordonnons pas nos besoins aux besoins de l’autre. Une attitude qui n’est en rien égoïste, si c’est ce que le lecteur pense, mais sensée. Si nous sommes en paix avec nous-mêmes et en accord avec nos idées et valeurs, nous pourrons être en harmonie avec l’autre personne qui, à son tour, se sentira mieux avec nous.

Quelles sont les choses que je ne devrais pas accepter ?

Comme nous l’avons dit au tout début, chacun décide personnellement de ce qu’il veut ou non dans une relation de couple. Si nous avons des doutes à propos de notre relation, nous pourrions nous poser les questions suivantes : Est-ce réellement ce que je veux dans ma vie ? Est-ce que je me vois avec cette personne dans cinq ans ? Vais-je pouvoir tolérer ce comportement ?

Le plus important avec ces questions est d’être sincère avec les réponses. Les réponses négatives seraient des raisons pour mettre fin à la relation, en sachant pertinemment que nous passerons par un processus de deuil au cours duquel nous allons devoir nous reconstruire.


Le deuil n’est certainement pas une chose agréable, mais il existe une chose encore plus désagréable : un deuil pour toute la vie, au quotidien.


Et que ne devrions-nous jamais tolérer ? L’une des choses qu’aucun être humain ne devrait tolérer de la part de l’autre est de se voir annulé en tant que personne, c’est-à-dire que vos goûts, vos valeurs et vos opinions soient réduits à néant.


Personne ne peut dire ou ordonner à une autre personne de cesser d’être comme elle est car le fait de l’avoir choisie comme partenaire n’aurait aucun sens. Et si malgré cela nous n’aimons pas cette personne, nous pouvons toujours faire marche arrière : nous ne pouvons en aucun cas lui dire comment elle doit se comporter ou qui elle doit être.


Bien évidemment, une autre limite que nous devrions avoir à l’esprit est la maltraitance sous ses deux aspects, physique et émotionnel. Nous ne pouvons permettre à personne de nous maltraiter parce que personne n’a le droit de faire cela : trouver des justifications à la maltraitance ne fera que faire durer la situation dans le temps. Si une telle chose se produit, quittez la personne.

Enfin, ne laissons personne nous priver de notre liberté individuelle. C’est notre bien le plus précieux. Nous devons être libres pour sortir et entrer, pour décider de notre style de vie, pour choisir nos ami-e-s, etc. Par conséquent, vous devez toujours placer votre liberté au-dessus de tout.

Et souvenez-vous… L’amour ne peut pas tout faire. Parfois, il faut le penser et pas seulement le ressentir.