Les malformations faciales et leurs effets inattendus

· 30 novembre 2018
Les malformations faciales ou les cicatrices sur le visage peuvent produire un très fort impact psychologique. Nous ne devons pas oublier que même si le visage n'est pas un synonyme d'identité. Il constitue tout de même son symbole principal. Par conséquent, il joue un rôle au niveau de l'identité individuelle et de l'identité sociale.

Nous ne reconnaissons pas d’autres personnes à partir de leurs mains ou de leurs jambes. Nous savons en effet que quelqu’un est quelqu’un en voyant son visage. Dans les sociétés occidentales, les malformations faciales, les cicatrices ou les rides très prononcées sont souvent vues comme des défauts. Et mènent d’autre part à un rejet.

En fonction du contexte, l’effet des malformations faciales et des marques sur le visage peut être modéré ou sévère. Parfois, leur incidence est faible. D’autres fois, leur influence sur l’état émotionnel de la personne est immense. Surtout quand ces traces sont présentes depuis un âge précoce. Ou lorsque les personnes vivent dans un environnement où on considère l’apparence physique comme très importante.

« Les cicatrices sont les endroits du corps par où l’âme a tenté de toutes ses forces de sortir. Mais a été repoussée. Enfermée. Cousue. »

-J. M. Coetzee-

Les malformations faciales et l’interaction

Les personnes avec des différences physiques visibles établissent normalement une interaction particulière avec le monde. Une étude a ainsi détecté que beaucoup de personnes réagissent en prenant leurs distances. Ou en détournant le regard lorsqu’elles sont devant quelqu’un qui a une malformation faciale. Ou des marques sur le visage. Or, ce petit geste peut avoir un grand impact. Il s’agit d’une forme de rejet subtil que la personne avec des marques doit affronter au quotidien.

Un autre aspect est que ceux qui ont ces marques sur le visage reçoivent une attention non désirée dans les espaces publics. Quelqu’un avec un visage commun ne reçoit pas constamment cette attention de la part des autres. En revanche, lorsqu’une personne a une malformation faciale ou des marques sur le visage, beaucoup d’inconnus posent leur regard sur elle. Certains peuvent même en arriver à faire des commentaires à ce sujet.

Ceux qui connaissent ce type de problèmes doivent donc supporter en permanence une intrusion des autres dans leur espace interne, dans leur intimitéC’est un peu comme s’ils n’avaient pas le droit d’aller où bon leur semble comme des personnes anonymes. Ils sont toujours le centre de l’attention et les regards qui se posent sur eux semblent les juger, les signaler.

malformations faciales

 

La marque et le destin

Lorsqu’une personne parle à une autre, elle regarde son visage. Consciemment ou inconsciemment, ce visage renvoie à certains sens, certains symbolismes. On sait, par exemple, qu’une famille équatorienne a rejeté sa propre fille parce qu’elle est née avec une grosse tache violette sur le visage. Cette famille a donc considéré cette marque comme un signe de malchance, associé à certaines croyances et superstitions. C’est pour cela que la fillette a été abandonnée.

Beaucoup de gens font ce type d’associations arbitraires. Un visage marqué est fréquemment relié à une réalité symbolique sous-jacente. La réalité du « laid », du « mal », du « sinistre ». Une étude menée en Europe en 2008 a détecté qu’environ 56% des personnes avec des marques sur le visage affichaient des signes de dépression.

Une autre étude a été réalisée au Royaume-Uni. Curieusement, elle nous révèle que les adolescents avec le palais fendu ou des affections crânio-encéphaliques de naissance montraient un plus grand degré d’acceptation de soi que d’autres ayant un visage commun. L’étude n’a cependant pas expliqué pourquoi cela se produisait.

 

Le chemin de l’acceptation de soi

Une personne avec des malformations faciales, des cicatrices d’acné ou des marques d’un autre type n’ont pas une vie simple. Ces problèmes mènent souvent la personne à s’isoler. A ressentir de la honte vis-à-vis d’elle-même. Et à limiter ses activités. Lors de la recherche effectuée en 2008, on a pu observer que la moitié des personnes souffraient de problèmes d’estime de soi. 21% ressentaient de l’anxiété. Et 26% se sentaient en colère. Ou frustrées.

Comme dans d’autres réalités difficiles, on peut aborder celle de la malformation faciale et des marques sur le visage. Traitée. Surmontée. Le travail consiste à s’accepter. Ce processus n’est pas exempt de souffrance et de mauvaises passes. Mais il peut être atteint.

malformations faciales

 

Une personne avec des différences visibles au niveau du visage, en cas de nécessité, doit bénéficier d’une aide psychologique pour travailler son acceptation et son estime de soiAvec un soutien adéquat, elle parviendra à mettre la marque à sa juste place: celle d’un accident, d’un hasard. Ainsi, les études nous disent que ceux qui font face à de grands défis et les surmontent ont, en général, une plus grande sagesse. Ils bénéficient aussi de davantage de ressources pour construire une vie digne et exemplaire.