Les lois de la Gestalt : voici comment nous organisons ce que nous voyons

1 juin 2018 dans Théories 0 Partagés
gestalt

Les lois gestaltiques ou lois de la Gestalt sont des règles qui expliquent l’origine des perceptions à partir des stimuli. Grâce à elles, nous pouvons comprendre pourquoi nous percevons les choses de la façon dont nous le faisons. Les lois de la Gestalt tournent autour de l’idée suivante : le tout est davantage que la somme de ses parties.

Ces lois ont été établies par les psychologues de la ligne de recherche de l’école allemande de la Gestalt. Parmi ces derniers, on retrouve entre autres Max Wertheimer, Wolfgang Köhler et Kurt Koffka. Ces psychologues ont démontré dans un laboratoire que le cerveau humain organise les éléments perçus sous forme de configurations ou totalités (gestalts).

Cette idée a remplacé celle selon laquelle les sensations sont le résultat de la simple somme de perceptions individuelles. Comme nous le disions, le tout est davantage que la somme de ses parties.

Simplifier notre monde

Le fait que nous interprétions les formes en termes d’unités significatives illustre l’un des principaux processus de la perception en pleine action. Nous essayons de simplifier les stimuli complexes qui nous sont présentés.

Si nous ne réduisions pas le complexe à quelque chose que nous pouvons comprendre, le monde constituerait un défi excessif. Nous ne pourrions pas agir de manière adéquate. Ironiquement, les psychologues ont découvert que le processus de simplification du monde requiert un très grand effort perceptif.

Donner un sens au monde à travers la perception

Regardons les images suivantes :

image gestalt

La majorité des personnes diraient qu’elles voient un triangle incomplet.

image gestalt avec lignes

Ici, elles signaleraient quatre tubes.

image gestalt géométrie

Dans cette figure, elles verraient un carré ou un losange entre deux colonnes.

Mais ces interprétations sont-elles les seules possibles ? Une personne aurait parfaitement raison de dire qu’il y a trois angles dans la première figure. Huit lignes verticales dans la seconde et un « w » au-dessus d’un « m » dans la troisième.

La conception gestaltique de la perception souligne la façon dont nous interprétons les éléments individuels d’une scène comme un tout complet et unifié. Cette conception s’appuie sur la supposition suivante : le tout organisé est un peu différent et plus grand que la somme de ses éléments individuels.

Lois de l’organisation de la Gestalt

Les processus perceptifs basiques opèrent en accord avec une série de principes. Ces principes décrivent comment nous organisons des bouts et des portions d’information. Nous les traitons comme des unités de sens.

Ces processus portent le nom de lois de l’organisation de la Gestalt. Elles ont été énoncées au début du XXème siècle par un groupe de psychologues allemands. Ils s’intéressaient à l’étude de patrons. Ces psychologues sont parvenus à découvrir des principes d’importance valides pour des stimuli visuels et auditifs. Nous allons maintenant voir quelles sont ces lois de l’organisation. Les voici :

Loi de fermeture

Cette loi affirme que nous regroupons les choses sous forme de figures fermées ou complètes. Nous ne les voyons pas comme des figures ouvertes. Par conséquent, nous avons tendance à ignorer les discontinuités et à nous concentrer sur la forme générale.

panda

Loi de proximité

Nous avons tendance à regrouper les éléments qui se trouvent proches les uns des autres. Ainsi, nous verrons des lettres au lieu de voir des points disséminés dans l’image suivante :

mot usa

Loi de similarité

Nous regroupons les éléments qui ont une apparence similaire. Voici pourquoi nous voyons des lignes de pommes identiques au lieu de voir des colonnes de figures différentes.

pommes

Loi de simplicité (ou bonne figure)

Généralement, le principe prépondérant de la Gestalt est celui de la simplicité. Quand nous observons un patron, nous le percevons de la façon la plus basique et directe qui soit.

Dans l’image suivante, nous voyons généralement les aiguilles de l’horloge former un « Y ». Ceci respecte le principe de simplicité. Le cerveau « voit » ce qui est le plus simple à comprendre.

Puisque l’image est entourée d’autres lettres, nous pensons que ces aiguilles forment une lettre de plus dans cet ensemble. Ces lettres créent le mot TYME. La loi de proximité pourrait aussi être suivie: les aiguilles sont au milieu d’autres lettres. Tout comme le principe de similarité. Il n’y a en effet pas de différences de couleurs ou de lignes courbées. Nous pensons donc qu’il s’agit d’une lettre supplémentaire.

mot tyme

Comme nous le voyons, ces lois de l’organisation sont très importantes pour comprendre notre perception. Nous organisons les stimuli en faisant appel aux différents principes ou aux différentes lois. C’est ainsi que nous leur donnons un sensL’explication est simple : le cerveau a besoin de simplifier ce qu’il perçoit pour que ceci soit plus accessible.

A découvrir aussi