L'éducation émotionnelle pour l'égalité des sexes

08 juillet, 2020
Le développement de l'intelligence émotionnelle dès l'enfance peut déboucher sur des habitudes et des expériences enrichissantes à l'âge adulte. Elle peut permettre aux enfants de faire face aux changements de la vie et d'augmenter leur niveau de bien-être psychologique.

L’éducation, c’est le pouvoir. C’est l’arme la plus puissante pour “créer une personne”. C’est pourquoi nous avons récemment commencé à parler de la nécessité d’enseigner l’intelligence émotionnelle en classe. Ainsi, l’éducation émotionnelle semble être cruciale pour créer des êtres humains libres, cohérents et justes.

L’acquisition d’une éducation émotionnelle complète de la part des deux sexes semble être l’alternative indiquée pour la gestation d’un concept de genre constructif qui respecte la différence et envisage l’égalité sous l’angle des droits de l’homme (2-5).

En outre, l’inclusion dans l’éducation est un droit universel (6). Ainsi, elle préconise un système éducatif fondé sur l’égalité et/ou la non-discrimination, qui favorise l’épanouissement maximal de l’individu en tant que sujet compétent au niveau cognitif et socio-émotionnel (7).

L’éducation inclusive comme droit

Le système éducatif doit être adapté aux besoins de tous. C’est pourquoi nous nous sommes engagés à inclure l’intelligence émotionnelle dans l’éducation globale.

L’intelligence émotionnelle est définie comme un ensemble de compétences, tant sociales qu’émotionnelles, qui, si elles étaient socialisées dans des conditions d’égalité entre les sexes, favoriseraient la construction d’une personnalité résistante et complète (8).

Éduquer émotionnellement pourrait nous aider à obtenir une éducation plus efficace. Ainsi, l’intelligence émotionnelle favorise un caractère inclusif à l’école. Sa viabilité réside dans la démolition ou, dans le cas de l’enfance, dans le fait de ne pas élever de barrières culturelles. Celles-ci limitent le développement adaptatif de l’individu, indépendamment du sexe qu’il possède (9).

L'éducation émotionnelle auprès des enfants

 

L’éducation émotionnelle comme outil dans le milieu scolaire

L’intelligence émotionnelle peut devenir un excellent outil pour l’éducation aux valeurs. C’est pourquoi certains auteurs estiment qu’elle peut servir d’intermédiaire pour les conséquences des compétences cognitives et des performances scolaires (10).

Certains auteurs ont étudié comment l’intelligence émotionnelle affecte le comportement. Selon que votre intelligence émotionnelle est élevée ou faible, vos habitudes sociales et votre impulsivité changent :

  • Les élèves dont l’intelligence émotionnelle est faible ont tendance à avoir un comportement antisocial. En effet, ils ont un taux d’impulsivité plus élevé et moins d’habitudes sociales (11)
  • Les étudiants qui obtiennent de meilleurs résultats en matière d’intelligence émotionnelle ont tendance à développer des relations interpersonnelles plus positives. Ils montrent également un faible taux de confrontation avec leurs amis (12)

De plus, le développement de l’intelligence émotionnelle dès l’enfance peut conduire à des habitudes et des expériences enrichissantes à l’âge adulte. Il peut leur permettre de faire face aux changements de la vie et d’augmenter leur niveau de bien-être psychologique (13-15).

L’éducation émotionnelle à l’école primaire

L’enfance est la période la plus sensible en termes de développement de la personnalité. Ainsi, l’apprentissage des compétences émotionnelles des élèves joue un rôle fondamental dans l’enseignement primaire en France.

En créant des relations constructives fondées sur l’égalité, on pourrait éviter que les filles et les garçons acquièrent respectivement une image de soi sous-estimée et/ou surestimée. C’est ce trait qui déclenche la violence symbolique responsable de la violence sexiste (17).

L'éducation émotionnelle en classe

 

Quelques modèles qui travaillent les compétences de l’éducation émotionnelle

  • Modèle de compétence de Goleman (1995)
  • Modèle d’intelligence multifactorielle ou non cognitive de Barn-On (1997)
  • Et modèle des quatre branches par Salovey et Mayer (1990)

Conclusions

La violence fondée sur le sexe a une origine sociale et culturelle. Il s’agit de normes fondées sur des stéréotypes patriarcaux de genre à partir desquels les femmes sont subordonnées aux hommes. Cela les dispenserait de droits fondamentaux tels que le “droit d’avoir des droits” (18).

Pour mettre un terme à ce problème systématique, la meilleure chose à faire est d’aller à la racine. Ainsi, c’est dans l’enfance que les différences qui donneront lieu plus tard à la violence de genre commencent à se manifester. C’est là que l’éducation joue son rôle principal.

Il est évident que ce processus de changement ne doit pas seulement concerner l’éducation. Une intervention efficace axée sur la redéfinition d’un processus de socialisation intégrale pour les hommes et les femmes nécessitera une implication institutionnelle multiple (politique, juridique, législative, éducative…) (19).

Ainsi, dès l’enseignement primaire, il est possible de mettre en place une éducation inclusive dont l’objectif est de supprimer les limites personnelles jusqu’au plein épanouissement de l’individu et sans étiquette de genre (20). C’est là que l’éducation émotionnelle joue un rôle important.

 

  1. Fernández de la Cruz, M., Blázquez Alonso, M., Moreno Manso, J. M., García-Baamonde Sánchez, M. E., Guerreo Barona, E., & Pozueco Romero, J. M. (2016). La educación emocional como recurso para la prevención de la violencia de género en niños/as de educación de primaria. In Mujeres e investigación. Aportaciones interdisciplinares: VI Congreso Universitario Internacional Investigación y Género (2016), p 189-206. SIEMUS (Seminario Interdisciplinar de Estudios de las Mujeres de la Universidad de Sevilla).
  2. Blázquez, M., Moreno, J. M. y García-Baamonde, M. E. (2009): “Inteligencia emocional como alternativa para la prevención del maltrato psicológico en la pareja”. Anales de Psicología, 25 (2), (250-260)
  3. Gairín , J. (1994): “Los conflictos”. Cuadernos de Pedagogía, 222, 22- 25.
  4. Grewal, D., & Salovey, P. (2005): “Feeling Smart: The Science of Emotional Intelligence”. American Scientist, 93, (330-339)
  5. Mayer, J. D., & Salovey, P. (1997). What is emotional intelligence. Emotional development and emotional intelligence: Educational implications, 3, 31.
  6. Fernández Rodicio, C. I. (2011). La inteligencia emocional como estrategia educativa inclusiva.
  7. Arnáiz, P. (2003): Educación inclusiva: Una escuela para todo. Málaga, Aljibe.
  8. Kobasa, S. C., Maddi, S. R., & Puccetti, M. C. (1982). Personality and exercise as buffers in the stress-illness relationship. Journal of behavioral medicine, 5(4), 391-404.
  9. Cassà, È. L. (2007). Educación emocional: Programa para 3-6 años. WK Educación.
  10. Petrides, K. V., Frederickson, N. & Furnham, A. (2004): “The role of trait emotione intelligence in academic performance and deviant behaviour at school”. Personality and Indvidual Differences, 36, 2, (277-293)
  11. Mestre, J.M., Guil, R., Lopes, P., Salovey P. & Gil-Olarte, P. (2006): “Emotional Intelligence and social and academia adaptation to school.” Psicothema, 18, (112-117)
  12. Ciarrochi, J., Chan, A. & Bajgar, J. (2001): “Measuring emotional intelligence in adolescents”. Personality and Individual Differences, 31 (7), (1105-1119)
  13. Alzina, R. B. (2008). Educación emocional para la convivencia: las competencias emocionales. In Educación emocional y convivencia en el aula (pp. 143-162). Subdirección General de Información y Publicaciones.
  14. Berrocal, P. F., & Aranda, D. R. (2008). La educación de la inteligencia emocional desde el modelo de Mayer y Salovey. In Educación emocional y convivencia en el aula (pp. 163-178). Subdirección General de Información y Publicaciones.
  15. Humphrey, N., Curran, A., Morris, E., Farrell, P., & Woods, K. (2007). Emotional intelligence and education: A critical review. Educational Psychology, 27(2), 235-254.
  16. Repetto, E. (2003). La competencia emocional e intervenciones para su desarrollo. Modelos de orientación e intervención psicopedagógica, 2, 453-482.
  17. Barr, J. J., & Higgins-D’Alessandro, A. (2007). Adolescent empathy and prosocial behavior in the multidimensional context of school culture. The Journal of Genetic Psychology, 168(3), 231-250.
  18. Amorós, C. (1990). Violencia contra las mujeres y pactos patriarcales.
  19. Hernando Gómez, Á. (2007). La prevención de la violencia de género en adolescentes: una experiencia en el ámbito educativo.
  20. Echeita Sarrionandia, G., & Ainscow, M. (2011). La educación inclusiva como derecho: marco de referencia y pautas de acción para el desarrollo de una revolución pendiente. Tejuelo: Revista de Didáctica de la Lengua y la Literatura.