Le syndrome de Stendhal

5 juin 2018 dans Psychologie clinique 0 Partagés
femme dans un musée

Vous aimez l’art et êtes souvent ému par une belle oeuvre ? Vous avez la chair de poule en entrant dans un prestigieux musée ? Félicitations ! C’est tout à fait normal. Malgré tout, certaines personnes sont extrêmement sensibles à certaines situations. Elles manifestent alors les symptômes du syndrome de Stendhal. Il est aussi connu comme le syndrome de Florence, le stress du voyageur ou la maladie des musées.

Ce syndrome particulier apparaît après avoir observé des œuvres d’une grande beauté. L’histoire de sa découverte, en plus d’être due au hasard, est très curieuse. Presque autant que le phénomène en lui-même. Nous vous invitons donc à le connaître!

Son origine : l’art de Florence

En 1817, Henri-Marie Beyle, un écrivain français prestigieux et réputé, parcourait l’Italie dans le but de recueillir des informations pour son prochain livre. Vous devinez sans doute quel est le pseudonyme de cet auteur. Oui, Stendhal!

Au cours de son voyage à Florence, il parcourut chaque recoin de la ville. Il fut émerveillé par l’art qui se dégageait de toutes ses rues. Des musées, des églises, des chapelles, des paysages, des toits, des façades, des fresques… Beyle voulait profiter de tout cela.

Alors qu’il visitait la Basilique Santa Croce, sa perplexité, son extase et son enthousiasme entraînèrent un mal-être physique. Plus particulièrement, des sueurs froides et une profonde sensation d’angoisse. Son cœur se mit à battre plus vite et il commença à ressentir des vertiges. Il dut immédiatement s’asseoir et se reposer. Une fois calmé, il se mit à réfléchir.

syndrome de stendhal et art de Florence

Comme il le narra postérieurement dans son livre Rome, Naples et Florencesa propre expérience fournit de précieuses informations à la psychologie et à la médecine. Leurs déductions furent les suivantes:

« J’étais arrivé à ce point d’émotion où se rencontrent les sensations célestes données par les Beaux Arts et les sentiments passionnés. En sortant de Santa Croce, j’avais un battement de cœur, la vie était épuisée chez moi, je marchais avec la crainte de tomber. »
Partager

Sa description détaillée et cruciale du phénomène permit de donner son nom au syndrome. Comme pour faire honneur à la découverte de son cadre symptomatologique.

Symptômes du syndrome de Stendhal

Malgré tout, ce phénomène ne fut considéré comme un syndrome qu’un siècle plus tard. En 1979, la psychiatre italienne Graziella Magherini étudia une centaine de cas similaires chez des touristes à Florence. Elle nota que l’ensemble des symptômes pouvait se résumer à une belle métaphore: une sorte « d’indigestion artistique ».

La symptomatologie se composait de tachycardie, de sueurs froides, de palpitations, de suffocation, de tremblements, de tension émotionnelle et d’épuisement. Dans les cas les plus graves, on retrouvait un tournis qui débouchait sur un vertige ou même une dépression.

Certains considèrent le syndrome de Stendhal comme une maladie psychosomatique en raison de la relation bidirectionnelle qui existe entre l’esprit et le corps. Dans ce cas, le saisissement émotionnel provoquerait les symptômes physiques décrits antérieurement. D’autres le classifient comme une situation animique. Ainsi, en plus d’être ponctuel, il est dû à l’observation d’une grande beauté dans une brève période de temps. Le syndrome de Stendhal serait donc comme un choc artistique.

Tout le monde peut-il en souffrir ?

Oui, tout le monde peut ressentir ses effets. Nous pouvons tous nous sentir épuisés ou nos pulsations peuvent augmenter à un moment précis. Cet instant peut coïncider ou non avec le fait que nous soyons en train d’admirer une belle oeuvre. Il s’agit par conséquent d’un syndrome très inhabituel.

Il se produit souvent chez des touristes et des visiteurs sensibles à l’art qui voyagent pour admirer des œuvres ou des monuments. Normalement, le syndrome commence dans des lieux éblouissants. Pour une raison inconnue, ces endroits renferment un sens émotif très intense pour ces gens.

Polémique: mythe ou réalité ?

Au cours de ces dernières décennies, le syndrome de Stendhal s’est transformé en modèle des réactions des individus se trouvant face à une oeuvre d’art. Surtout quand cette dernière est particulièrement belle ou quand on en retrouve beaucoup dans un même endroit. Mais, comme presque tout, ce syndrome n’est pas exempt de polémique.

Il ne fait aucun doute que, quand nous écoutons une chanson qui nous rappelle des souvenirs, nous sommes émus. Nous ne pouvons pas nous empêcher d’avoir la chair de poule quand nous allons voir une pièce de théâtre. Quelque chose se produit en nous. L’art est une émotion.

Même si ce fait est reconnu par la majorité des psychologues, d’autres s’interrogent, le remettent en cause et le considèrent comme un simple mythe. Ces derniers pensent que le syndrome de Stendhal est une pure suggestion. En d’autres termes, il n’existe que dans l’esprit des gens. Par ailleurs, les plus sceptiques croient que l’inconscient des visiteurs de la ville leur joue des mauvais tours. Cela les pousserait à ressentir différents symptômes.

Le tourisme a beaucoup augmenté en Italie ces dernières années. L’art s’est popularisé et démocratisé et les cas du syndrome de Stendhal ont triplé dans les hôpitaux de Florence. C’est pour cela qu’on lui donne aussi le nom de syndrome de Florence.
Partager

syndrome de Stendhal au musée

Motivation économique ?

Florence a été le berceau de la Renaissance. Elle est l’une des plus belles villes d’Europe, celle qui renferme la plus grande histoire artistique. La communauté scientifique s’inquiète donc des possibles intérêts économiques qui peuvent se cacher derrière ce phénomène. On peut, entre autres, retrouver l’intention d’attirer plus de visiteurs ou d’augmenter les recettes. Ou bien d’accroître encore plus la réputation de la ville.

Et vous, qu’en pensez-vous ? S’agit-il seulement d’une façon d’attirer l’attention de nouveaux touristes ? Ou le fait d’apprécier des œuvres d’art pendant une courte période peut-il vraiment provoquer ces altérations physiques ?

A découvrir aussi