Loading...
 

Le désespoir dans la dépression, quand tout perd son sens

Le découragement, l'anhédonie, une tristesse corrosive et ce désespoir où la réalité cesse d'avoir un but, un sens et des illusions... Ce découragement profond où le désespoir navigue avec la dépression, forme l'une des réalités cliniques les plus graves.

Rédigé et vérifié par la psychologue Valeria213 dans 15 novembre, 2021.

Dernière mise à jour : 15 novembre, 2021

Le désespoir dans la dépression met en place une réalité très débilitante. C’est le vide le plus absolu, la volonté de vivre qui échoue, c’est l’impuissance et la croyance que rien de ce que nous faisons n’améliorera les choses. Ce manteau cendré éteint un à un toute la valeur de la personne jusqu’à configurer une symptomatologie où la fatigue, le manque d’estime de soi et dans de nombreux cas, même des idées suicidaires.

Soren Kierkegaard, philosophe danois du XIXe siècle et père de l’existentialisme, avait l’habitude de dire que la dépression devient une malédiction lorsqu’elle est combinée avec le désespoir. Il l’a lui-même défini comme un trouble spirituel, où la personne a cessé de donner un sens à tout événement. Rien de plus annihilant que de vivre dans ce néant où l’on perd même la capacité d’aimer et l’appréciation d’être au sens le plus profond.

Parce que lorsque la dépression va de pair avec le désespoir, tout le reste échoue et s’efface sous nos pieds. Cette idée de Kierkegaard, aussi frappante que cela puisse paraître, cadre très bien avec la conception cognitiviste établie par le psychologue Aaron Beck dans les années 1960. Pour ce dernier, il y avait un type de dépression où l’attribution interne était si négative qu’elle a plongé l’être humain dans un tableau clinique de grande souffrance.

Voyons plus de données ci-dessous.

“La foi est la passion du possible et l’espérance est la compagne inséparable de la foi.”

-Soren Kierkegaard-

Désespoir dans la dépression, le vide qui piège

Dans la littérature psychopathologique, le concept de désespoir a toujours été quelque peu négligé. Par ailleurs, des études telles que celle menée par le Dr Marc Bürgy, de l’Université de Heidelberg, en Allemagne, soulignent que l’expérience subjective de cette dimension est à l’origine de réalités aussi graves que le suicide. De cette façon, et d’un point de vue phénoménologique, le désespoir dans la dépression est un aspect qui devrait être beaucoup plus pertinent.

D’un autre côté, il y a un aspect qui soutient sans aucun doute cette question et c’est que le désespoir est derrière la dépression majeure. Sachant cela, les prochaines questions que nous pouvons nous poser sont : quel type de symptômes cette condition présente-t-elle ? Quelle est l’anatomie du désespoir dans la dépression ?

Symptômes

  • Anhédonie, incapacité à prendre plaisir pour des choses qu’on aimait ou qui nous intéressaient auparavant.
  • Fatigue.
  • Troubles du sommeil (peu de sommeil ou hypersomnie).
  • Altérations dans l’alimentation (il y a des gens qui perdent l’appétit et d’autres, au contraire, qui mangent excessivement).
  • Perte d’énergie, incapacité à faire presque n’importe quelle activité.
  • Problèmes de concentration.
  • Impuissance (sentiment que peu importe nos efforts, rien ne s’améliorera).
  • La vie cesse d’avoir un sens clair, il n’y a pas de buts, pas d’illusions ou un sentiment de connexion avec ceux qui nous entourent.
  • Pensées suicidaires.

Comment traiter le désespoir dans la dépression ?

Il existe une proposition théorique très intéressante formulée par Abramson, Metalsky et Alloy (1997) qui nous parle précisément de la théorie de la dépression due au désespoir. Selon ce cadre, cette condition psychologique part toujours d’une vulnérabilité d’origine cognitive.

C’est-à-dire que les gens créent des styles de pensée où nous avons tendance à anticiper les événements négatifs, où notre propre attribution interne se limite à détruire notre estime de soi, et chaque processus mental finit par nous invalider, nous plongeant dans un état d’impuissance absolue.

Voici quelques stratégies pour réfléchir au traitement du désespoir dans la dépression.

Les couches de ma dépression

Comme nous le savons bien, il existe différents types de dépressions. Désormais, une grande partie d’entre eux sont constitués de plusieurs couches, des capes qui étouffent les valeurs, les forces et les perspectives. Ainsi, l’une des couches les plus épaisses et les plus externes est celle du désespoir, générant ces réponses émotionnelles et comportementales qui façonnent la dépression.

Nous devons les retirer, leur enlever le pouvoir.

  • Le désespoir dans la dépression a un tel impact car il crée une boucle de rétroaction. La façon dont cela provient du cycle de pensées est la suivante. -> Je sais que je me trompe, que je suis déprimé et que cela me rend désespéré. Je me sens triste, je ne m’aime pas de cette façon, et à la fin, j’assume une attitude passive, d’évitement et d’hibernation. Assumer cette attitude freine encore plus mes espoirs, car je me sens inutile et réticent.

Questionner les croyances pour séparer chaque couche

Comme nous pouvons le voir dans l’exemple précédent, chaque foyer mental alimente le suivant, créant ainsi couche après couche où la dépression s’accroche beaucoup plus à son propre être. Idéalement, nous ne devrions pas entretenir ce processus. Si je suis conscient que je me sens mal, j’évite de renforcer cette réalité, par la passivité ou l’abandon.

Ce que je vais faire c’est m’interroger en essayant de démolir mes croyances contre-productives, celles du style ‘tout va mal, je ne vaux rien’, etc. Et je me demanderai pourquoi je suis comme ça. Je vais trouver l’origine et ensuite je définirai des propositions pour inverser cet état.

Le désespoir se nourrit de ton énergie, ne lui donne pas plus de puissance

Le désespoir est un trou noir qui piège tout. Il englouti chaque lueur de lumière, chaque particule d’illusion, chaque parcelle d’optimisme. Le nourrir est notre pire erreur. Cependant, nous ne pouvons pas toujours cesser de lui jeter les quelques restes de force et de luminosité qui nous restent, parce que les esprits manquent, parce que nous n’avons pas de soutien ou tout simplement parce que nous ne savons pas comment le faire.

Dans ces cas, il est vital que nous ayons toujours une aide spécialisée. Nous seuls ne le pouvons pas, et encore plus lorsque le désespoir dans la dépression nous conduit à cet abîme où surgissent les idées les plus extrêmes et les plus dangereuses. Évitons d’atteindre ces limites et réagissons à temps, car la dépression est traitable et ces schémas mentaux nocifs peuvent être échangés contre des schémas plus flexibles, puissants et résilients.

Gardons cela à l’esprit.

Cela pourrait vous intéresser ...
Lisez-le dans Nos Pensées
Thérapie basée sur la mentalisation, en quoi consiste-t-elle ?

Savez-vous ce qu'est la thérapie basée sur la mentalisation, et en quoi elle consiste ? Nous vous l'expliquons à suivre.



  • Abramson, L.Y., Alloy, L.B., Metalsky, G.I., Joiner, T.E. y Sandín, B. (1997). Teoría de la depresión por desesperanza: Aportaciones recientes. Revista de Psicopatología y Psicología Clínica, 2 (3): 211-222.