Le coût caché du stress chronique : la perte de mémoire

10 décembre, 2019
Le stress maintenu pendant des semaines et des mois génère des changements dans notre cerveau. Parmi ses effets, mentionnons la perte de mémoire, ainsi que des problèmes d'attention, de concentration et de prise de décision.

Le coût caché du stress chronique nous marque sans que nous nous en apercevions au départ. Cet état est comparable à la vie dans un train à grande vitesse. Au début du voyage, nous nous développons normalement et nous sommes même reconnaissants d’avancer si vite. Mais, peu à peu, nous nous rendons compte que nous apprécions à peine la vue et que notre corps et notre esprit, commencent à nous en vouloir.

Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste bien connu et auteur de livres tels que La Paix en soi, la paix en marche, souligne que nos pensées et nos émotions sont comme des nuages qui vont et viennent durant un jour venteux. C’est vrai, et au milieu de tempête, il est difficile de trouver l’équilibre, ce point de calme où vous pouvez prendre le contrôle et permettre à votre esprit de fonctionner de façon optimale.

Il n’est pas facile de gérer ces états psychologiques définis par le stress et l’anxiété. Aujourd’hui, le problème n’est plus celui d’avoir à traverser une période de stress élevé. La véritable préoccupation est d’empêcher cette séquence de se prolonger indéfiniment dans le temps ; c’est là que les séquelles apparaissent, c’est là que le coûts caché du stress se dévoile.

Nous savons tous qu’un corps soumis à des environnements et des situations stressants en souffre. Douleurs musculaires, problèmes digestifs, altérations du repos nocturne et bien d’autres facteurs qui limitent notre qualité de vie apparaissent. Cependant, il y a un autre facteur que nous ne pouvons pas négliger : il s’agit de la perte de mémoire.

Un homme souffrant de stress chronique

Le coût caché du stress et l’effondrement progressif de la mémoire

Quand quelqu’un souffre de stress, il a le sentiment que le monde, ce qui est en dehors de lui, va très vite. En interne, cependant, il perçoit le contraire. Ses performances cognitives ralentissent. Il lui est très difficile de focaliser son attention, de décider, de commencer une tâche, etc. De plus, et comme si cela ne suffisait pas, l’esprit le boycotte avec des peurs, des doutes et des menaces (“Tu n’arriveras pas à temps pour cette livraison”, “Tu n’arriveras pas à tenir jusqu’à la fin du mois”, “Tu t’y prends mal”, etc.).

Cela peut sembler redondant, mais l’une des vertus les plus sombres du stress est qu’il génère plus de stress. Ainsi, bien que nous nous plaignions souvent de ces maux de tête, étourdissements ou insomnies causés par cet état psychologique, nous ne percevons pas autant son impact émotionnel et cognitif. L’inconfort, l’impuissance, la démotivation et la perte de mémoire sont des éléments associés à prendre en compte.

Stress chronique et difficulté à se souvenir des données

Nous l’avons souligné au début, le stress ponctuel et limité dans le temps n’a pas de conséquences majeures. De fait, dans la plupart des cas, cette activation interne nous permet d’atteindre certains objectifs, de surmonter les défis et d’avancer en tant qu’êtres humains dans un contexte plus ou moins complexe. Cependant, à partir du moment où cette activation dure plusieurs semaines et plusieurs mois, le coût caché du stress apparaît.

Des études telles que celles menées par Jannine Wirkner, de l’Université de Greifswald, en Allemagne, font ressortir un point important. L’expérience d’un stress aigu, temporaire et bref, facilite la mémorisation. C’est quelque chose qui peut sans aucun doute nous être utile dans le cadre d’examens et de certains tests. Cependant, le stress chronique, où la libération de cortisol (l’hormone du stress) est constante, entrave notre capacité à établir de nouveaux souvenirs.

Le stress interfère avec tous les processus de la mémoire. En d’autres termes, il interrompt le codage, la consolidation et la récupération.

Le stress chronique et ses effets sur le cerveau

Le coût du stress chronique dans l’hippocampe et le cortex préfrontal

D’autre part, des enquêtes comme celles menées par le Dr Kim Jeasonkok, de l’Université de Floride, révèlent également quelque chose de très frappant. Lorsque le taux de cortisol est très élevé, l’hippocampe subit une altération de sa morphologie. Cette structure cérébrale, liée à notre mémoire et à nos émotions, réduit sa taille en raison des hormones du stress.

De plus, il y a un autre coût caché du stress chronique. Cet état d’activation et d’alarme constante fait que l’amygdale inhibe l’activité du cortex préfrontal. Quelque chose comme cela génère, par exemple, que nous cessions de penser d’une manière plus logique. Le simple fait de réfléchir et de prendre des décisions devient très difficile.

Mémoire et stress, un curieux double visage

Le coût caché du stress peut souvent être plus complexe qu’on ne le pense. Nous savons déjà que lorsqu’il est chronique, lorsque nous passons des mois inquiets et plongés dans des états de haute pression, notre mémoire s’effondre. Cependant, dans les cas de stress post-traumatique, par contre, certains souvenirs durent et sont plus intenses.

  • Lorsque des expériences dramatiques se produisent, où il y a une très forte composante émotionnelle, notre hippocampe maintient ces images et sensations négatives en permanence (et douloureusement)
  • Cependant, après cette expérience, il y a aussi une grande difficulté quand il s’agit de régler de nouveaux souvenirs, en donnant à son tour, des problèmes dans des tâches de raisonnement supérieur comme l’analyse réflexive et logique, l’attention soutenue, la prise de décision, etc

 

Avec tout cela, nous ne pouvons qu’admettre une fois de plus à quel point notre cerveau est complexe. Cependant, malgré ces circonstances, malgré les traumatismes et l’impact du stress chronique, il y a un fait que nous ne pouvons perdre de vue. Le cerveau est plastique, il change et peut inverser tous ces effets.

L’exercice physique, la thérapie psychologique, la méditation, la gestion appropriée du stress et l’attention portée à nos habitudes de vie peuvent nous aider à améliorer notre bien-être et la plasticité de notre cerveau. Il est peut-être temps de passer à autre chose.

 

  • Wirkner, J., Ventura-Bort, C., Schwabe, L., Hamm, A. O., & Weymar, M. (2019). Chronic stress and emotion: Differential effects on attentional processing and recognition memory. Psychoneuroendocrinology, 107, 93–97. doi: 10.1016/j.psyneuen.2019.05.008
  • Kim, JJ y Diamond, DM (2002). El hipocampo estresado, la plasticidad sináptica y los recuerdos perdidos. Nature Reviews Neuroscience , 3 (6), 453–462. https://doi.org/10.1038/nrn849