L'auto-illusion dans l'alcoolisme

13 avril, 2020
L'auto-illusion dans les dépendances est l'un des facteurs qui les font durer dans le temps. L'automédication à long terme est une torture psychologique pour la personne qui en souffre.

Il y a quelques années, un collègue psychologue m’a dit que je n’étais pas capable de comprendre les alcooliques. Que je ne comprenais cette auto-illusion, ce mépris de la vie à cause d’une substance. Malheureusement, ces “professionnels” abondent dans le traitement des dépendances. Une perspective moraliste et biaisée incapable de fournir des alternatives attrayantes et dynamiques qui ne font qu’approfondir le sentiment d’inadéquation et perpétuer une culpabilité paralysante.

Il faut comprendre que l’auto-illusion dans l’alcoolisme est l’un des facteurs qui interviennent dans la continuité de la dépendance et dans l’apparition des rechutes. Toutefois, l’auto-illusion n’est pas la cause de la dépendance et, dans de nombreux cas, c’est le facteur décisif qui la maintient. En comprenant cela, nous pouvons démêler l’auto-illusion dans l’alcoolisme pour revenir à une vision plus réhabilitante du comportement de dépendance.

L’alcoolisme est de plus en plus considéré par les experts comme un trouble biopsychosocial et compte tenu de son étiologie et de son évolution, il est impossible d’ignorer les facteurs environnementaux. Comme nous l’avons souligné, il est crucial de comprendre l’auto-illusion et la perpétuation du problème (Zucker et Williams, 1994).

L'auto-illusion chez un homme alcoolique

L’alcoolisme en tant que traitement ou évitement d’une réalité aversive

Les personnes souffrant d’une dépendance peuvent sembler complètement irrationnelles et incompréhensibles aux autres. Avec un chagrin teinté d’exaspération, les non-toxicomanes se demandent comment une personne peut se tromper à ce point et ne pas voir la douleur qu’elle peut causer. Comment l’auto-illusion dans l’alcoolisme peut-elle être si destructrice ?

Gregory Bateson a été le premier à tenter de comprendre l’alcoolisme à travers une épistémologie complexe. Son essai intitulé La cybernétique du moi : une théorie de l’alcoolisme considère le comportement alcoolique comme une expérience corrective.

Si d’une certaine manière, c’est la vie sobre de l’alcoolique qui le pousse à boire, nous ne devons pas nous attendre à ce que les procédures visant à la sobriété réduisent ou “contrôlent” son alcoolisme.

Le même environnement qui vous pousse à la dépendance ne vous en sort pas

Il existe des modes de vie sobres qui vous poussent à boire. Des réalités, des discussions et des souvenirs qui ne demandent qu’à être anesthésiés. Il y a des normalités qui contiennent une erreur, voire une pathologie pour beaucoup de personnes trop sensibles qui finit par les rendre dépendantes. Elles ne trouvent pas l’ivresse dans leur propre vie, dans leur travail ou dans leur famille. Dans leur propre existence.

L’intoxication n’apporte qu’une correction (subjective) de cette erreur existentielle. En d’autres termes, pour ces personnes, par rapport à leur sobriété, l’intoxication est “bonne” ou “plaisante”.

Pour Luigi Cancrini (1993), l’alcoolisme, comme la toxicomanie, peut être considéré comme une tentative d’autothérapie face aux dynamiques relationnelles et familiales qui sont sources de souffrance.

Une fois que l’alcool ne fait que détruire, comment l’auto-illusion agit-elle pour continuer à boire ?

Les traitements plus contemporains de l’auto-illusion se sont légitimement concentrés sur l’exigence d’intentionnalité de Butler. Lorsque nous sommes motivés pour croire quelque chose, nous avons tendance à agir avec un certain biais de confirmation. Nous cherchons des preuves pour étayer notre conviction. Et nous avons tendance à ne pas accorder autant d’importance à ce qui la remet en question.

Les gens acceptent plus facilement comme preuve ce qui se trouve sous leurs yeux, surtout lorsque cela soutient leurs croyances. Par conséquent, l’auto-illusion dans l’alcoolisme implique une croyance motivante, même si elle est fausse.

De nombreuses personnes qui ont une dépendance ne se considèrent pas comme ayant un problème. Ils n’entrent dans une intervention qu’en raison de la poussée et de l’attraction de leur environnement. Dans ce cas, les gens suivent une thérapie à cause des autres – parce qu’ils ne souffrent pas, parce que les autres ne souffrent pas, parce qu’ils ne peuvent pas supporter la pression qu’ils subissent chaque jour – et non à cause d’eux-mêmes. Il est probable que la personne suivra alors l’intervention pour satisfaire son entourage.

En outre, elle peut fonder son idée de l’absence de problème par le signalement d’autres personnes de son entourage qui consomment plus qu’elle et qui n’ont pas encore subi de préjudice. Cela peut aussi être une excuse pour souligner le fait que, dans le passé, il a cessé de consommer quand il le voulait.

Une femme alcoolique avec un verre

L’auto-illusion comme moyen de continuer à croire en soi

Tant que la motivation d’une personne reste latente, il sera très difficile de la convaincre de la fausseté d’une croyance. Au contraire, si une personne peut commencer à comprendre ce qui la motive à avoir certaines croyances et opinions, elle acquiert des connaissances cruciales.

La dépendance est, en un sens, une habitude. Une habitude qui est prise automatiquement sans intention consciente. Lorsque nous ralentissons nos actions habituelles en demandant pourquoi nous faisons quelque chose, nous sortons du pilote automatique.

En conclusion, comprendre les préjugés d’auto-illusion et de confirmation peut fournir un terrain d’entente aux personnes qui veulent comprendre comment les autres peuvent être la proie de leurs propres dépendances. Face à ces personnes, nous, les psychologues, devons être au premier plan.