Le langage du sarcasme : agressions verbales dissimulées

12, juin 2017 dans Emotions 822 Partagés

Il y a beaucoup de gens qui défendent l’idée selon laquelle les personnes sarcastiques sont plus intelligentes, plus agiles et plus brillantes dans la maîtrise des mots. Cependant, cette idée est parfois chargée de venin, d’une artillerie d’agressions dissimulées et de mépris subtils qui déconcertent et détruisent l’estime de soi.

Le sarcasme sous forme de communication a de nombreux adeptes. Par exemple, on peut le voir dans les séries télévisées, où les personnages font preuve d’un esprit privilégié, exceptionnel et parfois inspirant, capable de résoudre une infinité d’énigmes criminelles et de défis médicaux. Cependant, ces personnages sont aussi caractérisés par un type de langage mordant, assaisonné de grosses doses de mépris et de sarcasme.

«La tendance à l’agression est une disposition innée chez l’humain».

-Sigmund Freud-

Il faut savoir que ce type de langage mordant, satirique mais ingénieux est clairement nocif pour la communication efficace. Parfois, il y a non seulement un mépris clair, mais aussi une incapacité évidente à établir un dialogue neutre, un échange harmonieux de messages qui ne tombent pas dans la moquerie comme une manière d’exprimer du pouvoir et de la domination.

D’autre part, il ne faut pas négliger le fait que le sarcasme est plus courant entre des personnes qui ont une relation de confiance, comme les collègues de travail, les proches familiaux ou même les conjoints. Un fait qui intensifie encore plus l’effet aiguisé de cette dimension.

Les «caïds» émotionnels et leur arme préférée : le sarcasme

Il y a un type de harcèlement pour lequel il existe une plus forte indulgence. Il s’agit bien sûr du sarcasme, un type d’agression aussi commun que permis, qui a lieu avant tout dans le monde adulte, dans nos environnements professionnels et plus particulièrement dans ces espaces privés où se trouvent les dynamiques signalées précédemment : les couples, la famille et même les ami-e-s.

Selon le «Ranking Bully Types» de 2010, les «caïds» émotionnels sont spécialisés dans la condescendance. Ce sont des profils qui camouflent leurs insécurités à travers les grands mots et les phrases arrogantes. De plus, ils ressentent une satisfaction quand ils parviennent à faire ressentir aux autres qu’ils sont inférieurs, à montrer leur intelligence supérieure supposée, ainsi que leurs compétences et leur brillance.

Le plus dommageable dans tout cela, c’est que nous glorifions souvent ces comportements ou que nous les interprétons même comme des blagues innocentes. Au début, il y a des personnes qui sont incapables de voir dans cet acte une forme d’intimidation ou de mépris. On finit par sourire face au jeu de mots ingénieux et subtil, et par admirer un tel stratagème linguistique. Mais quand le caïd émotionnel persiste chaque fois dans son attaque verbale, celle-ci évolue et les conséquences peuvent être sérieuses.

La première conséquence est l’atteinte au lien relationnel avec cette personne. C’est un attentat à l’estime de soi de l’autre, c’est une agression et une attaque constante et implacable. La deuxième conséquence, aussi intéressante que dévastatrice, est de découvrir que l’artisan-e du sarcasme est rarement conscient-e de son comportement et de ses actes intimidants.

Ces personnalités cachent souvent une insensibilité personnelle ou sociale, un affaiblissement émotionnel où la seule chose qu’elles cherchent à tout prix, c’est d’imposer leur détresse intellectuelle, leur compétence, leur don de manier les mots et leur génie, car ce sont les seuls outils dont elles disposent pour s’affirmer en tant que personne.

Lisez aussi : Savez-vous comment fonctionne la communication perverse ?

Trois manières de faire face aux agressions sarcastiques

Il est très possible que vous soyez captivé-e par la subtile ingéniosité verbale de personnages tels que Sherlock Holmes. Cependant, derrière un esprit brillant et un cerveau merveilleusement doté, il doit aussi y avoir une personne proche, empathique et respectueuse. Car cela ne sert à rien d’être un petit génie si l’on transmet des messages qui blessent.

«L’important dans la communication, c’est d’écouter ce que l’on ne dit pas.»

-Peter Drucker-

Ce type de dynamiques est souvent présent dans les dîners entre amis. Il y a toujours, par exemple, cette personne (homme ou femme) qui lâche un commentaire sarcastique et amusant à propos de son conjoint, qui provoque immédiatement tous les rires de la table, sauf celui de la victime. D’une certaine manière, tout le monde est complice de cette agression dissimulée, de ce mépris camouflé face auquel nous devons être plus attentifs pour mettre des limites. Pour le freiner. Nous vous expliquons comment.

Comment se défendre de la personne sarcastique ?

La première recommandation est simple et basique : il ne faut pas adopter d’attitude passive face au sarcasme. Il ne s’agit pas non plus de réagir avec colère, ce qui provoque un affront inutile. N’oubliez pas qu’en général, nous sommes face à une personne très habile avec les mots, mais pauvre en émotions, et c’est là que nous pouvons prendre l’avantage. Ainsi, la première chose à faire, c’est d’exprimer tranquillement que «Le commentaire ne nous a pas plu».

  • Exigez un sens littéral. Le sarcastique est le roi des métaphores et des ironies sinistres. Ne les acceptez pas, exigez de lui de préciser sa pensée avec un sens plus littéral. Les personnes matures transmettent du courage et de la clarté dans leurs mots ; les personnes qui n’ont pas confiance en elles se cachent derrière les jeux de mots.
  • Ensuite, il faut expliquer au «caïd intellectuel» les effets de son comportement. Si c’est votre collègue ou votre ami-e, il faut lui faire comprendre qu’iel vous blesse et que s’iel ne se montre pas plus aimable ou empathique, nous prendrons nos distances.

D’autre part, si l’artisan-e du sarcasme est votre conjoint, parlez-lui de la douleur que vous ressentez et du fait que cet attentat continu n’est pas le reflet d’un amour sincère, ni logique, ni conscient, ni mature. Exigez du respect, de l’honnêteté et de l’affection transmis à travers l’aliment enrichissant qu’est le langage.

Souvenez-vous toujours que le sarcasme et les agresseur-se-s intellectuel-le-s ne méritent pas d’être alimentés avec de l’admiration, mais stoppés par la vérité des souffrances qu’ils provoquent avec leurs actes.

Lisez aussi : Les coups invisibles sont les manifestations d’une maltraitance psychologique

Images principale de Nicoletta Ceccoli

A découvrir aussi