Faites-le, et avec encore plus d’impétuosité puisque les critiques viendront de toute façon

2 mai 2017 dans Emotions 704 Partagés

Faites-le, quoi que vous ayez en tête, osez vous mettre à l’œuvre. Car si les autres vous critiqueront de toute façon, cela ne vaut pas la peine de vous cacher dans votre trou, ou de vous empoisonner avec vos insécurités. Vivre pleinement, c’est l’art de faire la sourde oreille face aux mots vides et mal intentionnés pour fuir le médiocre et danser vers l’extraordinaire.

Il est curieux de voir que lorsqu’on cherche une bibliographie sur les critiques, la plupart des livres se concentrent sur l’idée que nous devons apprendre d’elles. Comme si une grande partie des reproches que nous recevions dans le quotidien avaient une intention positive et constructive. Des critiques auxquelles il faudrait être réceptif-ve pour comprendre l’erreur, accepter la suggestion et grandir.

« Toute notre critique, c’est de reprocher à autrui de ne pas avoir les qualités que nous croyons avoir.« 

-Jules Renard-

En réalité, un pourcentage important des critiques que nous recevons tout au long de notre vie ne sont pas utiles et ne cherchent pas à éveiller notre conscience sur quoi que ce soit. Au contraire, elles mettent des bâtons dans les roues de notre confiance en nous et des barbelés à notre estime de nous-mêmes. Nous parlons bien sûr d’une dimension hautement destructive qui a un impact fort dans l’enfance et dans les relations de couple.

On dit souvent que ce que les personnes recherchent, c’est avant tout d’être valorisées par leurs semblables, et que c’est pour cela que nous avons tant de mal à accepter les reproches. Ce n’est pas tout à fait vrai. L’être humain, plus que d’être valorisé, a besoin d’être respecté. Plus que des compliments, nous plaçons en priorité le fait d’ « être et de laisser être ». D’où le fait que beaucoup des critiques que nous recevons dans le quotidien sont comme des ombres affilées qui cherchent à saper notre travail, notre style de vie et notre identité.

Quand critiquer ne sert qu’à faire du mal

Vous avez votre manière de faire les choses, avec vos propres manies, vos détails particuliers et vos style unique. Il est possible que les autres ne le comprennent pas, qu’ils s’étonnent et que certain-e-s commettent l’imprudence de vous censurer et de vous critiquer. Juste parce que vous faites les choses comme vous les faites. Ces reproches ont rarement une utilité mais souvent plus d’un effet collatéral.

Les messages punitifs qui n’apportent rien et qui cherchent seulement à humilier certains caractères et identités, font mal. Cette douleur, de plus, est liée à la relation que nous entretenons avec cette personne. Plus nous en sommes proche, plus les séquelles sont nombreuses. À tel point que selon la fameuse théorie des Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, énoncée par John Gottam sur les causes qui provoquent une rupture de couple, la critique est l’une des principales.

Elle commence souvent de manière subtile, à peine perceptible. Mais petit à petit, la critique persistante se transforme en une spirale où on ajoute des ingrédients tels que le ressentiment, le mépris ou le dépit.

Les critiques conduisent souvent au malheur quand elles se basent sur les principes suivants :

  • Quand elles sanctionnent la personnalité, non pas les comportements ponctuels.
  • Quand elles ne se concentrent pas sur l’amélioration, mais sur l’attaque dans un but de condescendance, d’humiliation ou de projection de la colère de celui qui émet la critique.
  • Ainsi, la critique laisse aussi des séquelles quand elle affirme qu’ « il n’y a qu’une seule manière de faire les choses » et que c’est celle que l’autre nous impose.

Les experts en relations de couple disent que les personnes qui ont ce comportement basé sur la critique continue, savent à tout moment que ce type de verbalisations n’aident pas les choses à s’améliorer. En réalité, elles critiquent et elles agressent via les mots pour protéger l’ego. C’est un labyrinthe de lente destruction duquel il faut sortir le plus tôt possible.

Consultez aussi cet article : La vérité triomphe d’elle-même, le mensonge requiert de la complicité

Nous ne sommes pas parfait-e-s, mais notre imperfection nous rend authentiques

Arrivés à ce point, il faut éclaircir quelque chose. Si les personnes qui comptent pour nous nous empêchent d’être nous-mêmes à travers les critiques continues et une condescendance affichée, ce lien n’a plus lieu d’être. Il n’est pas authentique, il est nocif. Il y a des profils qui se s’auto-valident eux-mêmes avec ce rongeur mental qui leur sert de motivation pour nous rappeler encore et encore à quel point nous faisons mal les choses, à quel point nous sommes maladroit-e et le manque d’initiative qui nous caractérise. Ainsi, avec ces stratagèmes, ils se situent du côté du pouvoir et de l’infaillibilité.

« A le droit de critiquer celui qui est disposé à aider. »

-Thomas Jefferson-

Pensez-y pendant une minute. Arriver là où nous sommes nous a déjà coûté beaucoup. Aujourd’hui, nous avons suffisamment pour maintenir notre estime de nous-mêmes à flots, pour gérer notre propre auto-critique, pour être capable de discerner les reproches utiles des reproches inutiles. Ne chargeons donc pas sur notre dos les personnes qui ne cherchent qu’à valider leurs vides avec nos insécurités.

  • Vous n’êtes pas parfait-e, mais vos nuances uniques et imparfaites ne font de mal à personne, et elles vous définissent en tant que personne. Ne laissez personne vous critiquer car vous êtes comme vous êtes, car vous pensez ce que vous pensez, car vous défendez les valeurs qui caractérisent votre cœur.
  • Ne mettez jamais de murs devant vos désirs ou vos projets uniquement car dans votre entourage, s’ouvre tout un océan d’objections et d’avertissements. Écoutez-les, jugez-les objectivement et, si vous découvrez alors que ce sont des critiques vides et sans fondement, laissez-les partir dans l’évacuation des mots vénéneux, des désirs intéressés, des avertissements emprunts d’égoïsme.

Agissez toujours avec assertivité et en appliquant un filtre hygiénique pour faire cas des objections qui vous aideront à grandir et ignorer celles qui ne sont tout simplement ni utiles, ni respectueuses.

Lisez aussi : Je suis ainsi : une femme provocante, incorrigible, et que beaucoup ont du mal à supporter

Images de George Emos

A découvrir aussi