La vie après un traumatisme

Un traumatisme peut avoir plusieurs origines, et aussi plusieurs visages. Tout le monde s'accorde à dire qu'ils sont des transformateurs. Aujourd'hui, nous voulons parler, définir et nous familiariser précisément avec le défi qu'ils nous posent.
La vie après un traumatisme

Dernière mise à jour : 19 novembre, 2022

Votre quotidien se déroule comme toujours. Vous allez au travail ou à vos cours. Vous sortez de temps en temps avec votre groupe d’amis. Votre vie de couple, si vous en avez, semble fonctionner. Vous avez une routine plus ou moins stable. Tout tourne comme il se doit. Cependant, tout à coup, quelque chose se produit qui va complètement transformer votre vie.

Il peut s’agir du décès d’un parent cher, d’une agression par un inconnu ou de vous voir impliqué dans un accident. Les causes peuvent être très variées et peuvent aussi survenir à n’importe quel moment de votre vie, mais elles ont en commun que la roue qui faisait tourner votre vie dans un sens s’arrête brusquement complètement. La roue se brise et avec elle, votre vie. Un traumatisme s’est installé dans votre esprit et est venu tout bouleverser.

Les traumatismes sont fréquents et peuvent apparaître à tout âge. On pourrait dire que nous en portons tous un ou plutôt plusieurs dans notre sac à dos vital. Ils surgissent lorsque nous assistons ou vivons un événement inattendu et désagréable qui nous marque et pénètre nos esprits.

Bien qu’il ne soit pas nécessaire qu’il s’agisse d’un événement épisodique, il est possible que le traumatisme survienne après avoir vécu une situation désagréable que nous n’avons pas complètement assimilée pendant une période prolongée. Inévitablement, l’existence d’un traumatisme nous conditionne, consciemment et inconsciemment, mais si nous savons vivre avec et qu’il n’affecte pas notre qualité de vie, nous n’avons pas à nous inquiéter.

Le problème apparaît lorsque le traumatisme devient le protagoniste de notre état émotionnel. Quelle que soit la raison qui les a déclenchés, le choc traumatique prend tellement de poids qu’il commence à nous envahir. Ensuite, des réponses physiques et mentales surgissent qui commencent à perturber nos vies. Cette roue qui tournait en douceur et faisait bouger notre quotidien se coince et ne nous permet pas de continuer avec la fluidité avec laquelle nous le souhaiterions.

femme, regarder bas, triste
Vivre un traumatisme conditionne la façon de penser et de ressentir.

Les monstres cachés qui accompagnent les traumatismes

Chaque personne est unique, tout comme la façon dont le traumatisme l’affecte et la façon dont elle y réagit. Seule la personne qui la vit sait ce qui se passe à l’intérieur. Certaines personnes réagissent avec des changements de caractère, ou le font en changeant la façon dont elles se rapportent à leur environnement. Ils peuvent également ressentir des symptômes physiques tels que des tensions musculaires, de l’insomnie ou des palpitations.

D’autres rejettent tout ce qui leur rappelle le moins possible l’événement traumatisant, leur esprit bloque la mémoire qui les y a conduits. Au contraire, il y a ceux qui s’en souviennent encore et encore. Certains recourent à la dissociation et se séparent mentalement de la douleur que ce qui s’est passé leur a causé. Des pensées intrusives peuvent survenir aux moments les plus inattendus, ou des troubles dérivés, comme la dépression, peuvent apparaître. Chacun adopte inconsciemment les mécanismes de défense qui l’aident le mieux à survivre à ce qui s’est passé.

Malgré cela, il existe des sentiments négatifs qui sont courants chez les personnes confrontées à un événement traumatisant. Ce sont de petits monstres qui accompagnent les personnes atteintes de troubles traumatiques et peuvent parfois être invisibles pour les autres.

La faute

Dans l’expérience d’un traumatisme, la culpabilité peut être un compagnon fréquent. Parfois, la personne qui vit avec le traumatisme se reproche d’avoir vécu l’événement qui l’a amené à le vivre. Il est également possible qu’il assume la responsabilité de ne pas l’avoir évité. La culpabilité et les regrets commencent à vous accompagner partout où vous allez. Vous n’êtes pas coupable du traumatisme avec lequel vous vivez, mais votre esprit peut le penser.

C’est un mécanisme de plus dont dispose le cerveau pour faire face à la situation. Si je suis le coupable, je pourrai mettre un terme à ce malaise. Elle est fréquente, par exemple, chez les victimes d’abus ou d’agressions sexuelles. “Si j’avais rompu la relation avec lui avant”, “si je l’avais arrêté”, “si je n’étais pas sorti le soir”… Ce sont des pensées inconscientes qui ont tendance à faire des victimes de ce type d’événement traumatique. La double victimisation et le blâme auxquels les victimes de ces crimes sont confrontées par la société n’aident pas non plus.

La culpabilité peut même apparaître pendant le temps de récupération. Alors que vous vous efforcez de reprendre votre vie et vos activités qui vous procurent du plaisir ou de l’amusement, la culpabilité peut apparaître comme un monstre caché pour vous rappeler à tort que vous ne méritez pas de rire ou de vous amuser à nouveau. Leurs intentions vous paralysent et peuvent vous faire croire que vous ne méritez vraiment pas qu’il vous arrive quelque chose de bon.

Par conséquent, il est nécessaire de l’inclure dans le processus de récupération. Aborder le sentiment de culpabilité après avoir vécu un événement traumatique en consultation sera particulièrement pertinent pour pouvoir avancer dans les objectifs de la thérapie. Le psychologue pourra vous aider à prendre conscience que vous n’êtes pas coupable du préjudice qui vous a été causé, mais que vous êtes responsable de la façon dont vous le gérez, et avec le temps vous pourrez vous pardonner et accepter que vous êtes digne de reprendre ta vie.

Solitude et incompréhension

Il est courant que l’anxiété sociale apparaisse après un choc traumatique, qui peut survenir lorsqu’on anticipe la possibilité que l’on se retrouve dans une situation similaire à l’événement traumatique ou avec l’un de ses acteurs. Cependant, la solitude n’est pas toujours physique. Se sentir émotionnellement seul, sans soutien sur lequel compter et incompris par les autres est un autre de ces petits monstres qui s’ajoutent au cortège de traumatismes.

Lorsque votre environnement n’a pas vécu ce que vous avez vécu, vous pouvez avoir l’impression qu’il ne comprendra pas votre douleur. Vous pensez peut-être qu’il est inutile de leur expliquer vos sentiments, car ils ne les comprendront pas. S’il est vrai qu’il y a des choses que seuls ceux qui les vivent ou en souffrent peuvent comprendre, il est également vrai que votre environnement cherche à vous soutenir et a besoin de votre aide pour le faire.

Votre famille, vos amis ou votre partenaire ou la personne qui veut vous aider doivent prendre la responsabilité de vous accompagner sans vous mettre la pression, en respectant vos limites et à votre écoute. Mais vous, en tant qu’affecté, si vous voulez ou avez besoin de leur aide, vous avez aussi la responsabilité de communiquer avec eux et de les guider le plus possible sur la manière dont ils peuvent être présents pour rendre ce chemin plus supportable.

En revanche, avoir des contacts et échanger des expériences avec des personnes qui ont vécu la même chose que vous peut être très bénéfique pour se sentir compris. Aller à des groupes de soutien peut vous offrir de nombreux avantages dans votre thérapie psychologique. Là, vous pouvez échanger des opinions et des expériences avec des personnes qui savent de première main ce qui vous est arrivé. Les personnes qui sont dans un processus de récupération plus avancé pourront vous conseiller avec leurs expériences. Bref, en plus de l’accompagnement et de la compréhension, vous pourrez élargir votre vision et votre perspective sur ce qui s’est passé et comment y faire face.

Honte

Comme ce petit frère que vos parents vous obligent à emmener dans des soirées, la honte accompagne régulièrement les deux petits monstres dont nous venons de parler. “Je me sens coupable et j’en ai honte.” “J’ai honte d’avouer à quelqu’un ce que j’ai vécu au cas où il me jugerait et m’isolerait émotionnellement de mon environnement.”

Une honte excessive réduit votre capacité sociale et votre estime de soi, au point de vous faire sentir que vous n’êtes pas valide ou de vous remettre en question. Cela en fait un handicap important dans le processus de récupération, entraînant parfois un revers dans celui-ci.

Or la honte est universelle ; penser que personne n’aime se sentir jugé ou critiqué et cela semble nous faire réagir. En ce sens, bien qu’il y ait des gens qui nous critiquent, il y a aussi des regards empathiques ; précisément, ils sont d’une grande aide lorsqu’il s’agit de gérer ce sentiment.

Comprendre ce qui nous amène à le ressentir ou quelles situations le font émerger plus fortement est un point de départ pour le surmonter. Peut-être que cela ne disparaîtra jamais complètement, la personnalité de chacun joue un rôle très important à son égard. Mais nous pouvons arriver à le contrôler et ne pas le laisser nous dominer.

Femme se sentant gênée
La honte d’un traumatisme peut amener une personne à se remettre en question.

La route est longue, mais elle a une fin

Reprendre sa vie après un traumatisme n’est pas une tâche simple ou rapide. Comme s’il s’agissait d’une pieuvre géante, un traumatisme a de nombreux tentacules et affecte de nombreuses facettes de la vie de la personne qui le subit. Il ne suffit pas de couper les racines et de s’en débarrasser. Petit à petit, avec patience, persévérance et effort, il faut séparer les ventouses qui nous emprisonnent. Mais nous avons besoin de quelqu’un pour nous aider à les supprimer tous.

La psychothérapie est un allié indispensable pour surmonter le traumatisme et ses conséquences. En nous attaquant à tous ces tentacules qui ont paralysé nos vies, nous pourrons travailler, avec différentes techniques, à accepter ce qui nous est arrivé et à apprendre à le gérer jusqu’au jour où la pression cessera de faire mal et nous permettra de continuer à vivre normalement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Traumatisme d’abandon : les blessures de l’adoption
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Traumatisme d’abandon : les blessures de l’adoption

Les blessures de l'adoption affectent la confiance, l'identité et la santé mentale de l'enfant. Nous vous disons en quoi elles consistent.



  • Buesa, S., & Calvete, E. (2013). Violencia contra la mujer y síntomas de depresión y estrés postraumático: el papel del apoyo social. International Journal of Psychology and Psychological Therapy, 13(1),31-45.[fecha de Consulta 16 de Noviembre de 2022]. ISSN: 1577-7057. Recuperado de: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=56025664003
  • Carvajal, César. (2002). Trastorno por estrés postraumático: aspectos clínicos. Revista chilena de neuro-psiquiatría40(Supl. 2), 20-34. https://dx.doi.org/10.4067/S0717-92272002000600003
  • Wainrib, B. R., & Bloch, E. L. (2001). Intervención en crisis y respuesta al trauma. Bilbao: Editorial Desclée De Brouwer.