Plaisir coupable, quand plaisir et culpabilité se rejoignent

Bien que nous connaissions rationnellement certaines actions exemptes de culpabilité, lorsque nous les accomplissons, nous pouvons nous sentir ensevelis par cette émotion. Qu'y a-t-il derrière le plaisir coupable ?
Plaisir coupable, quand plaisir et culpabilité se rejoignent

Dernière mise à jour : 29 octobre, 2022

Êtes-vous gêné d’admettre que vous êtes accro à cette série pour adolescents avec des intrigues irréelles et un jeu d’acteur terne ? Vous adorez faire des sandwichs au chorizo avec nocilla, mais vous ne les mangez que lorsque vous êtes seul à la maison pour que personne ne critique votre gourmandise ? Dites-vous que vous aimez lire, mais omettez que les livres que vous aimez le plus sont des romans d’amour médiévaux ? Félicitations, vous pouvez agir de façon moderne sur les réseaux sociaux en disant que vous avez un plaisir coupable.

Ces derniers temps, le terme plaisir coupable est devenu populaire sur Internet. Traduit par “plaisir coupable”, le terme fait référence aux moments, actions ou divertissements qui nous procurent du plaisir, mais qui produisent en même temps de la culpabilité pour avoir ressenti ce plaisir en les consommant.

Normalement, le plaisir coupable est utilisé pour faire référence à des produits de divertissement ou pour parler de nourriture ou de boisson. Mais, vraiment, le terme peut être étendu beaucoup plus loin. Et c’est ça, les plaisirs nous viennent de toutes parts et la culpabilité aussi.

Comment est-il possible que quelque chose qui nous fait plaisir nous amène aussi à culpabiliser ? Pourquoi cachons-nous certains de nos goûts et les gardons-nous privés ? Blessons-nous quelqu’un en ressentant du plaisir pour quelque chose ? Sommes-nous mauvais pour ça ? Rationnellement, la réponse est simple : si vos goûts ne blessent pas les autres, vous ne devriez pas vous sentir coupable à leur sujet. Émotionnellement, les choses changent.

Amis parlant dans la rue
Les moments où nous éprouvons du plaisir et de la culpabilité en même temps sont appelés plaisir coupable.

Stéréotypes, préjugés et attentes, la raison du plaisir coupable

Les stéréotypes en soi ne sont pas mauvais. Ils nous aident à simplifier et à classer la société et à nous préparer à ce que nous pouvons trouver. Parfois justes et parfois faux, les stéréotypes ne sont qu’un autre système de classification cognitive. Disons qu’ils nous aident, en gros, à nous simplifier un peu la vie.

Nous avons tous des stéréotypes et, à notre tour, nous sommes tous stéréotypés. Le problème vient quand nous les considérons comme une classification stagnante et immuable. À ce stade, les stéréotypes commencent à céder la place aux préjugés, et avec eux viennent des connotations et des attentes négatives.

Lorsque quelqu’un nous classe d’une certaine manière, on s’attend à ce que nous agissions conformément à cette classification. Par exemple, vous portez des t-shirts Iron Maiden et AC/DC. La logique c’est que tu aimes ces groupes et donc, les gens te classent comme un rockeur. Votre liste de lecture devrait être chargée de rock pur ou de genres musicaux similaires. Et que, en tant que rockeur, vous agissez d’une certaine manière, ayez certains goûts ou vos centres d’intérêts vont dans une certaine direction. Les gens vous ont stéréotypé, catégorisé et créé certaines attentes autour de vous.

Cependant, un jour, vous rencontrez vos amis et liez votre playlist à l’enceinte et, tout à coup, Saoko de Rosalía commence à jouer. Une musique, en principe, qui ne rentre pas dans la catégorisation qu’ils ont faite de vous. En fait, c’est un style de musique avec un stéréotype diamétralement opposé à celui qui est censé être le vôtre.

Les attentes que les autres ont créées autour de vous sont brisées. Vos amis sont surpris, ils peuvent même faire un commentaire amusant que vous n’avez pas envie de traiter. Le sentiment de culpabilité commence à faire surface en vous de ne pas être ce que les autres attendaient de vous. Et vous appuyez sur le bouton suivant, en espérant que le shuffle vous donnera une chanson qui “vous suce” et ne vous fait pas sentir jugé pour l’aimer.

Tu aimes Rosalía, ça te fait plaisir d’écouter ses chansons, ça te fait danser, t’amuser et sourire, mais en même temps, tu sais qu’elle ne cadre pas avec ce que les autres supposent de toi, et ce dépassement des attentes vous culpabilise de l’avoir écoutée. Rosalía devient ainsi votre plaisir coupable.

La culpabilité comme alerte à la désapprobation

Dans une certaine mesure, nous cherchons tous à nous intégrer socialement. Que ce soit dans certains groupes ou dans d’autres, à plus ou moins grande échelle, nous recherchons tous des affinités chez les autres, ainsi que leur goût. Pour ce faire, nous projetons une certaine image, consciemment ou inconsciemment, de nous-mêmes. Avec notre façon de nous habiller, d’agir ou avec nos goûts, nous communiquons au reste du monde pour attirer, ou non, qui nous intéresse.

Un moule se crée autour de vous dans lequel la société a besoin de vous intégrer et dans lequel vous-même vous mettez les pieds et faites votre propre trou. Si notre moule est souple et adaptable, nous pouvons le mouler sans trop de problème. Cependant, lorsque ce moule est en fer, avec des parois dures et inamovibles, essayer d’en sortir peut créer des sentiments peu agréables, comme la culpabilité.

La culpabilité peut avoir ses racines dans la peur de ne pas s’intégrer au groupe dans lequel vous vous trouvez, ou dans la peur de se voir attribuer des préjugés qui tombent déjà sur ce que nous aimons consommer ; par exemple, la peur que quelqu’un pense que nous sommes simples et inintelligents parce que nous aimons regarder des émissions de télé-réalité. Et c’est que personne n’aime recevoir la désapprobation de ceux avec qui nous cherchons à nous intégrer, et quand nous nous sentons en danger de le faire, la culpabilité émerge comme une alerte interne.

La culpabilité, bien qu’étant une émotion considérée comme négative, n’est pas toujours mauvaise. La culpabilité a un caractère adaptatif qui nous aide à nous contrôler et à ne pas franchir certaines frontières éthiques et morales. Cependant, lorsqu’il s’agit de choses aussi insignifiantes et inoffensives que d’aimer une certaine série, un certain style de musique ou un certain aliment, la culpabilité ne devrait pas nous limiter. Si vous le faites, il convient de relativiser et d’être conscient que nous ne sommes pas responsables des attentes que les autres ont de nous.

amis qui parlent
Les plaisirs coupables impliquent parfois un sentiment de culpabilité.

Casser le moule… ou pas

Lorsque le fait d’avoir un plaisir coupable produit une culpabilité à un niveau paralysant et que vous commencez à cesser d’être qui vous êtes de peur de ne pas vous intégrer, cela vaut la peine de revoir dans quelle mesure il est nécessaire de s’intégrer à ceux dont vous vous cachez.

Peut-être que cela ne vaut pas la peine de s’entourer de personnes qui accordent autant d’importance à des questions aussi insignifiantes que les programmes que vous aimez, la musique que vous écoutez pendant que vous vous douchez ou quelle est votre combinaison de saveurs préférée. Peut-être devriez-vous revoir votre propre moule et l’agrandir et lui donner la forme que vous voulez vraiment afin d’avoir plus d’espace à l’intérieur pour vous déplacer avec plus de liberté et de sécurité.

Il n’est pas non plus nécessaire de casser le moule avec un marteau. Il serait hypocrite de dire qu’on n’a pas à se boxer ou à boxer qui que ce soit quand, par simple acte social et inconscient, on boxe tous ceux qui nous entourent et aussi nous-mêmes. Nous pouvons simplement changer nos moules durs pour d’autres qui ont de la flexibilité et de la mobilité. Ce n’est pas mal d’avoir des attentes, ni qu’ils en aient sur nous, tant que nous sommes conscients qu’elles peuvent être brisées à un moment donné et que rien ne se passe à cause de cela.



  • Del Olmo, M. (2005). Prejuicios y estereotipos: un replanteamiento de su uso y utilidad como mecanismos sociales. En-clave pedagógica7.
  • Etxebarria, I. (2003). Las emociones autoconscientes: culpa, vergüenza y orgullo. EG Fernández-Abascal, MP Jiménez y MD Martín (Coor.). Motivación y emoción. La adaptación humana, 369-393.
  • Rojas-Marcos, L. (2010). El sentimiento de culpa. Aguilar.