La théorie du chaos : lorsque le battement d’ailes d’un papillon peut tout changer

20 août 2018 dans Théories 0 Partagés
théorie du chaos

Nous connaissons tous l’effet papillon. Cette théorie est l’essence de la théorie du chaos, une loi énoncée par James Yorke qui nous rappelle quelque chose d’essentiel. Le monde ne suit pas un principe millimétrique et prédictible. Qu’on le veuille ou non, le chaos fait partie de notre vie. Il existe toujours une petite place pour le hasard, c’est pourquoi il nous sera parfois quasiment impossible de prédire l’effet de certains évènements.

Il est habituel d’associer cette théorie à ses branches originaires : les mathématiques et la physique. Cependant, nous oublions souvent que ces sciences ont une influence directe sur notre vie quotidienne.

En fait, peu de paradigmes ont une telle répercussion sur les domaines du comportement et de la connaissance. D’ailleurs, James Yorke nous résume l’importance de sa théorie en une phrase : il faut être prêt à changer nos plans à n’importe quel moment.

« Dans la vie, il est important d’être flexibles. Je ne planifie plus les choses, je préfère les découvrir. »

-James Yorke, père de la théorie du chaos-

Chacun de nous dispose d’un degré de tolérance face à l’incertitude. A partir d’un certain point, notre cerveau entre en « mode alerte » vis-à-vis de ce qu’il pourrait se passer.

Nous préférons la stabilité. Nous aimons savoir que deux et deux font quatre et que ce que nous avons et qui nous entoure un jour sera encore là le lendemain. Tout cela nous permet d’atteindre l’équilibre émotionnel nous permettant de profiter en ayant tout sous contrôle.

Cependant, la théorie du chaos met en avant une évidence. La vie et son déroulement ne répondent pas au trajet rythmique et parfait de la montre. L’imprévu et l’incontrôlable habitent toujours en nous et entre nous.

C’est une épée de Damoclès qui peut tomber à n’importe quel moment. Ce papillon qui aujourd’hui bat des ailes au-dessus des Etats-Unis peut arriver demain en Europe sous forme de crise économique. Cette boule blanche dans laquelle nous tapons en jouant au billard et qui fait que le reste des boules se disperse dans des directions inattendues…

effet papillon et mathématiques : théorie du chaos

La théorie du chaos : la nature est imprévisible

La théorie du chaos nous affirme en quelques mots que le résultat d’un évènement dépend de plusieurs variables. On ne peut pas prédire avec une totale exactitude le comportement de celles-ci. Il existe toujours une marge d’erreur, une place pour le hasard, un battement d’ailes qui change tout au dernier moment. Parfois, une petite différence génère un effet aux proportions importantes dont le signe distinctif va être imprimé dans tous les systèmes chaotiques.

Certains disent que la théorie du chaos configure l’un des domaines les plus merveilleux des mathématiques modernes. Ils affirment que c’est la science qui tente de prédire le comportement des systèmes intrinsèquement imprévisibles.

Nous pouvons désormais supposer des faits qui seront probables dans quasiment toutes les aires de la connaissance. N’oublions pas que jusqu’alors, le but du monde scientifique était d’éliminer la variable de « l’incertitude » pour pouvoir décrire avec certitude le comportement de pratiquement n’importe quoi.

Cependant, on accepte aujourd’hui cette marge où le hasard et l’imprévu existent à un moment donné et peuvent venir tout changer. En fait, cela fut découvert par le météorologue et mathématicien Edward Lorenz en 1961 lorsqu’il tenta de créer un système informatique permettant de prédire le temps. Il se rendit rapidement compte qu’en raison d’une erreur d’arrondi dans les numéros, tout le système avait commencé à adopter un comportement clairement imprévisible. Plus tard, cette expérience lui servit à formuler le célèbre effet papillon.

savoir cohabiter avec l'incertitude : théorie du chaos

Le chaos vit constamment en nous

Les phénomènes chaotiques ne sont pas uniquement abondants dans la nature. Ils interviennent également dans les pronostics de la température et en biologie. Ce comportement imprévisible n’épargne aucun domaine.

Le trou de l’aiguille où se faufile à un moment donné et au hasard le fil doré de l’imprévu n’épargne rien. Ainsi, tous ces phénomènes chaotiques se déroulent quotidiennement sans que nous ne nous en rendions compte en économie, en thermodynamique, en astronomie, et même en psychologie.

Aujourd’hui, nous savons qu’une quelconque perturbation dans notre cerveau (telle que l’altération d’un neurotransmetteur) peut donner lieu à des changements drastiques de notre comportement. D’ailleurs en psychiatrie, on applique la théorie du chaos. En administrant un certain médicament à un patient, il existe une probabilité faible d’observer un effet contraire à celui espéré.

« Le battement d’ailes léger d’un papillon peut se faire ressentir à l’autre bout du monde. »

-Proverbe chinois-

Comment appliquer la théorie du chaos dans la vie quotidienne ?

Au quotidien, nous essayons tous d’éviter le chaos. C’est l’unique manière de nous sentir bien. C’est l’unique moyen d’organiser nos vies où le prévisible nous permette de sortir sans crainte, nous permette de regarder le futur avec confiance. Comme nous l’explique James Yorke, père de cette théorie, le mieux est de se préparer à changer nos plans à n’importe quel moment.

D’une certaine manière, ce principe est très lié à une autre théorie dont on entend parler de nos jours. Nous faisons référence au principe du « cygne noir », énoncé par l’essayiste, économiste et mathématicien Nassim Nicholas Taleb.

Dans son livre, dont nous vous recommandons la lecture et dont le titre a le même nom que la théorie, il nous rappelle que la majorité d’entre nous est envahie par une vision du monde dans laquelle tout paraît à première vue prévisible. Cependant, il arrive toujours un moment où l’étrangeté et le chaos font leur apparition… au travers d’un évènement inattendu. Nous sommes obligés d’assumer ce dernier et d’adopter une approche rationnelle.

Néanmoins, au lieu de devoir agir lorsque ce chaos se présente à nous, l’idéal serait d’y être préparés. James Yorke nous rappelle que les individus qui accèdent au succès et au bonheur ont toujours un plan B dans leur sac.

Faisons un effort pour développer une mentalité flexible et une approche ne se limitant pas à la réaction en fonction des évènements qui se présentent à nous. Tentons de les assumer avec curiosité et avec acceptation. Bien souvent, c’est dans le chaos que surgissent le plus d’opportunités. Le fait d’être préparés à réagir face aux imprévus revient en fin de compte à avancer avec les hauts et les bas de la vie.

A découvrir aussi