L’insécurité émotionnelle : quand le manque de confiance nous submerge

· 13 juillet 2018

Naviguer à travers la vie accompagné d’insécurité émotionnelle, c’est le faire avec un grand fardeau. Douter de tout, et surtout de nous-mêmes, est l’un des grands obstacles à notre épanouissement personnel. Marcher en ayant peur, sans confiance et indécis, c’est comme essayer de garder l’équilibre sur une corde raide, sur laquelle nous jonglons avec mille et une choses pour ne pas tomber.

Cette insécurité peut avoir toujours été avec nous, résultat d’une enfance malheureuse marquée par l’absence de sentiments de protection et de sécurité. Ou, peut-être est-elle née précisément à cause du contraire, c’est-à-dire à cause d’une surprotection excessive qui nous a fait nous sentir inférieurs et invalides. Peut-être même que cette insécurité est née d’une situation très traumatisante qui nous a durement frappés.

L’insécurité émotionnelle est le grand ennemi du progrès, le grand boycott de l’estime de soi et le plus grand obstacle à l’établissement de liens solides avec les autres. Si nous la laissons nous envahir, elle nous saisira et finira par annuler notre volonté par la critique et le questionnement continu. Cependant, nous pouvons toujours nous en protéger et, dans le pire des cas, commencer à reconstruire le sentiment de sécurité perdu. Allons plus loin.

« La méfiance est la mère de l’insécurité. »

-Aristophane-

les causes de l'insécurité émotionnelle
Qu’est-ce que l’insécurité émotionnelle ?

L’insécurité émotionnelle résulte d’un doute constant sur soi-même, sur ses propres capacités, sur ses propres sentiments et sur sa façon d’agir. C’est un état de doute constant qui paralyse et attend aussi la validation par d’autres, la plupart du temps, comme monnaie d’échange pour atteindre une fausse tranquillité.

Or, nous ne pouvons pas oublier que la vie est essentiellement insécurité et incertitude, en fait le philosophe et essayiste espagnol Ortega y Gasset dirait qu’il s’agit d’insécurité radicale, puisqu’elle peut cesser d’exister à tout moment. Le problème, c’est que nous n’en sommes pas conscients. Nous passons la journée à planifier et à organiser, à créer des illusions pour l’avenir avec la certitude que tout se passera comme nous l’espérons. Et tout d’un coup, tout se casse en mille morceaux, on s’écarte du chemin ou simplement, c’est fini et on doit en commencer un nouveau.

Savoir que tout peut changer en quelques secondes peut nous aider à vivre d’autres façons, par exemple, plus intensément. Cependant, cela ne signifie pas que nous adoptons l’insécurité comme compagnon de notre routine, mais simplement que nous en tenons compte. Parce que, tôt ou tard, elle fera son apparition sur scène. Et mieux vaut être prêt à y faire face.

Est-ce que cela signifie qu’il vaut mieux être anxieux et ne rien prendre pour acquis ? Non, il faut juste s’en souvenir de temps en temps pour éviter de vivre dans des mondes imaginaires. Cependant, l’insécurité émotionnelle excessive nous blesse aussi parce que, en plus d’invalider tout sentiment de confiance en soi, elle peut s’étendre à n’importe quel domaine de notre vie. Parce que comment peut-on aller de l’avant quand on n’est sûr de rien ?

L’important est de savoir faire la différence entre l’insécurité générale en tant qu’indicateur externe et l’insécurité émotionnelle, un état interne beaucoup plus spécifique qui nous concerne et qui touche à la façon dont nous nous valorisons. De cette façon, il est important de garder à l’esprit que le changement est permanent, tout comme l’incertitude est normale et peut même nous aider à voir la vie d’une manière différente ; mais il est également important de se faire confiance et de ne pas s’attendre à ce que les autres expriment ce que nous devons faire ou comment nous faisons pour nous sentir bien.

Qu’est-ce qui caractérise une personne peu sûre d’elle ?

Pour mieux comprendre l’univers de l’insécurité émotionnelle et comment elle nous affecte, il est important de savoir ce que signifie être une personne insécure. Voici quelques-unes des caractéristiques les plus communes des personnes qui ont adopté cet état comme faisant partie d’elles-mêmes. Les voici :

  • Une peur des critiques, des jugements et des évaluations des autres
  • Le besoin constant de montrer leurs réalisations et de recevoir des éloges et de l’attention pour se sentir valides et capables
  • Une tendance au perfectionnisme et à la compétitivité
  • Une attitude très défensive
  • Une faible estime de soi
  • Des tentatives de répandre le doute et l’insécurité aux autres
  • L’utilisation fréquente d’une fausse modestie
  • La forte présence d’une absence de confiance en soi

« La méfiance est un signe de faiblesse. »

-Indira Gandhi-

l'insécurité émotionnelle et la confiance en soi

Les personnes insécures agissent et pensent souvent fortement conditionnées par une guerre interne constante, une lutte entre leur besoin de se démarquer et de prouver aux autres qu’elles sont valides et un profond sentiment d’invalidité et d’incapacité. En fait, dans les cas les plus graves, ces personnes ne sont rien si les autres ne les valorisent pas.

Le psychanalyste autrichien Alfred Adler a proposé le concept d’un complexe d’infériorité comme identification de ce type de personne. Il a dit que les gens insécures avaient une lutte constante pour la supériorité qui pouvait même avoir un impact négatif sur leurs relations, parce qu’ils pouvaient se sentir heureux s’ils rendaient les autres malheureux. Il a également décrit ce type de comportement comme étant typique des névroses.

Cependant, toutes les personnes en situation d’insécurité ne sont pas caractérisées par cela. Tout dépend du degré de méfiance qu’elles ont à l’égard de leurs capacités ou de leurs réalisations passées.

Les clés de la gestion de l’insécurité émotionnelle

Il est possible de réduire le doute constant sur nous-mêmes et de bannir ainsi l’insécurité négative qui nous gouverne. L’important est de savoir que l’effort doit venir de nous et que si nous sommes habitués à nous sous-estimer, ce processus prendra du temps.

Croire en soi-même est l’un des piliers les plus solides que l’on puisse construire pour éviter de tomber et de se laisser envahir par l’inconfort, mais cela demande un travail quotidien et constant. Pour ce faire, nous devons tenir compte d’un certain nombre d’aspects :

  • Éviter les comparaisons
  • Accepter à la fois nos faiblesses et nos forces
  • Ne pas prendre personnellement les critiques
  • Guérir les blessures du passé, celles qui peu à peu ont fait croître la semence de l’inquiétude et du doute constant
  • Développer son sens de l’humour
  • Ne pas chercher à obtenir l’approbation des autres
  • Valoriser chaque progrès, chaque succès, chaque étape
  • Abandonner la croyance que l’on doit être parfait
  • Prendre soin de notre dialogue interne

Connaissant le chemin, pourquoi ne pas y aller ? Nous valoriser est l’un des plus beaux cadeaux que nous puissions nous offrir. La confiance en nous et en nos capacités est un pont vers la croissance personnelle.