La théorie des traits de la personnalité d’Allport

· 25 avril 2018

Gordon Allport (1897 – 1967) fut un spécialiste américain très respecté et influent dans le domaine de la psychologie. Allport venait d’une famille de travailleurs qui accordait une grande importance à la santé et l’éducation. Ceci s’est traduit par un grand intérêt pour comprendre la motivation humaine, les impulsions et la personnalité.

Après avoir obtenu sa licence à Harvard, Allport réalisa un voyage à Vienne, en Autriche, où il connut Sigmund FreudCela lui permit de renforcer ses convictions: il commença sa carrière et effectua ses premières contributions dans le champ de la psychologie des Etats-Unis.

Après cette expérience, Allport retourna à Harvard pour obtenir son doctorat en psychologie. Tout au long de cette période, qui occupa la première moitié du XXème siècle, il apporta de grandes contributions à la psychologie, parmi lesquelles le développement de ses idées sur les traits personnels, qu’il a ensuite appelés « dispositions personnelles ».

Selon Allport, ces traits sont influencés par nos expériences au cours de l’enfance, notre environnement actuel et l’interaction entre les deux. À l’époque d’Allport, l’idée que les traits de personnalité puissent être façonnés par les forces passées et actuelles n’existait pas. Allport croyait que la personnalité était composée de trois types de traits: cardinal, central et secondaire.

La théorie des traits de la personnalité classe les traits sur trois niveaux: cardinaux, centraux et secondaires.

homme et différentes personnalités

Allport fait la connaissance de Freud

Allport a raconté l’histoire de sa visite à Freud dans son essai autobiographique Structure et développement de la personnalité. Pour briser la glace au moment de faire la connaissance de Freud, Allport lui raconta qu’il avait rencontré un petit garçon dans le train pour Vienne. Ce dernier avait peur de se salir. L’enfant refusait de s’asseoir à côté de quelqu’un qui n’était pas propre, malgré les mots de sa mère qui visaient à le calmer. Allport suggéra que ce petit tenait peut-être cette phobie de sa mère, une femme très propre et apparemment assez autoritaire. Après avoir étudié Allport une minute, Freud lui demanda: « Et ce petit garçon, c’était vous ? ».

Allport vit comment Freud avait essayé de réduire cette petite portion d’interaction à un épisode inconscient de sa propre enfance. Cela lui rappela que la psychanalyse avait tendance à approfondir aussi bien le passé que l’inconscient, en oubliant lors de ce processus les supposés aspects les plus importants, conscients et immédiats de l’expérience.

Même si Allport n’a jamais nié le fait que les variables inconscientes et historiques puissent jouer un rôle important dans la motivation de certains comportements, son travail s’est toujours concentré sur les motivations conscientes et liées au contexte actuel.

La théorie des traits de la personnalité d’Allport

En 1936, le psychologue Gordon Allport découvrit qu’un seul dictionnaire d’anglais contenait plus de 4000 mots qui décrivaient différents traits de la personnalité. La théorie des traits de la personnalité d’Allport les a classés en trois niveaux.

Traits cardinaux

Plusieurs figures historiques qui ont démontré avoir un fort trait cardinal sont Abraham Lincoln, en raison de son honnêteté, le Marquis de Sade en raison de son sadisme et Jeanne d’Arc pour sa bravoure héroïque. Les personnes ayant de telles personnalités peuvent devenir si célèbres à cause de ces traits que leurs noms sont souvent associés à ces qualités. Selon Allport, les traits cardinaux sont rares et ont tendance à se développer avec le temps.

Lorsqu’ils sont présents, les traits cardinaux donnent forme à la personne, au sens qu’elle a d’elle-même, à sa composition émotionnelle, à ses attitudes et à son comportement. À tel point que nous pouvons les identifier historiquement.

Traits centraux

Les traits centraux sont les caractéristiques générales qui forment les fondements basiques de la personnalité. Ces traits centraux, même s’ils ne sont pas aussi dominants que les traits cardinaux, seraient les principales caractéristiques utilisées pour décrire une autre personne. Nous parlons de traits présents et importants mais absolument pas dominants.

Selon la théorie des traits de la personnalité d’Allport, chaque personne a entre 5 et 10 traits centraux et ceux-ci sont présents à différents degrés chez n’importe qui. Ils incluent des traits communs comme intelligent, timide, honnête et ils conditionneraient la majorité de nos comportements.

Traits secondaires

Les traits secondaires sont les traits qui sont parfois liés aux attitudes ou aux préférences, c’est-à-dire les dispositions qui sont significativement moins généralisées et moins importantes. Souvent, ils apparaissent seulement lors de certaines situations ou lors de circonstances spécifiques.

Par exemple, une personne dont le trait cardinal est l’assertivité peut montrer des signes de soumission quand la police l’arrête pour un excès de vitesse. Il s’agit seulement d’un trait situationnel qui peut ou non réapparaître lors de rencontres interpersonnelles.

Selon Allport, ces traits secondaires sont difficiles à détecter car ils sont stimulés par un rang plus étroit de stimuli équivalents et émettent un rang plus étroit de réponses équivalentes.

discussion

Recherches d’Allport sur les traits de personnalité

La théorie des traits de la personnalité d’Allport ne se base pas directement sur une recherche empirique, et ceci est son plus grand talon d’Achille. En fait, il n’a publié que peu d’ouvrages pour appuyer sa théorie. Cependant, dans sa première publication avec son frère, le psychologue social Floyd Allport, il a examiné 55 étudiants universitaires (uniquement des garçons) en se basant sur leurs traits centraux. Après cette expérience, tous deux ont conclu que les traits étaient mesurables chez la majorité des individus. L’objectif principal de ce test était de développer une échelle de mesure de la personnalité.

Une autre initiative curieuse de Gordon Allport fut d’analyser une série de lettres d’une femme dénommée Jenny Gove Masterson. Les 301 lettres écrites par Jenny à un homme marié lors des dernières onze années de sa vie furent acquises et analysées par Allport. Il demanda ensuite à 36 personnes de caractériser Jenny en fonction des traits qu’elles étaient capables d’identifier.

Pour son étude, Allport conclut que les traits n’existent pas de manière indépendante. Par ailleurs, à un moment donné, les comportements qui motivent deux traits déterminés peuvent entrer en conflit, de sorte que, dans une hiérarchie, l’un serait plus important que l’autre.

S’il y a bien des théoriciens qui sont d’accord pour dire que les personnes peuvent être décrites par leurs traits de personnalité, il y a encore un débat sur le nombre de traits basiques qui composent la personnalité humaine. Par exemple, Raymond Cattell a réduit le nombre de traits observables de 4000 à 171 et, plus tard, à 16, en combinant certaines caractéristiques et en éliminant les traits les plus singuliers ou difficiles à définir. Le psychologue britannique Hans Eysenck a, pour sa part, développé un modèle de personnalité qui ne se base que sur trois traits.

Malgré tout, on considère les recherches d’Allport et sa théorie des traits de la personnalité comme des œuvres pionnières dans le champ de la personnalité. Il a fait confiance à des données statistiques ou objectives au lieu de se baser sur son expérience personnelle. On retrouve aussi certaines critiques à propos de la théorie des traits de la personnalité d’Allport, comme par exemple le fait qu’il n’aborde pas l’état d’une personne ou la manière dont elle peut se comporter de manière temporaire.