La théorie de la préparation de Seligman

Sommes-nous phylogénétiquement préparés à craindre certains stimulis plus que d'autres ? Seligman prétend que oui. Découvrons sa théorie.
La théorie de la préparation de Seligman

Dernière mise à jour : 04 août, 2021

Comment expliquez-vous que certaines phobies soient plus fréquentes que d’autres ? La théorie de la préparation nous l’explique.

Les phobies sont des réactions de peur disproportionnées à des stimuli inoffensifs ou à des stimuli qui ne sont pas complètement inoffensifs, mais contrôlables. Concernant la façon dont les phobies sont acquises et maintenues, il existe d’innombrables théories, toutes en partie correctes.

La théorie de la préparation de Seligman explique que nous sommes nés prêts à craindre certains stimuli plus que d’autres. Pour cela, elle s’appuie sur deux concepts centraux, la préparation et la prédisposition à l’acquisition des phobies, concepts que nous allons approfondir tout au long de l’article.

Les caractéristiques générales de la théorie de la préparation

Seligman élabore sa théorie de la préparation en réponse à la théorie de l’équopotentialité, qui affirmait que tous les stimuli ont la même facilité à se conditionner. Contre cela, Seligman affirme que nous sommes phylogénétiquement prêts à craindre certains stimuli plus que d’autres.

Cela signifie que nous sommes prêts à conditionner certains stimuli beaucoup plus facilement que d’autres. Cela est dû à un processus évolutif lié à la nécessité pour les organismes de s’adapter à l’environnement. Nous sommes ainsi plus susceptibles de craindre des stimuli dangereux qui menacent la survie de l’espèce.

Caractéristiques de la théorie de préparation.

Les caractéristiques des phobies

Seligman a déclaré que les phobies présentent quatre caractéristiques. Ce sont les suivantes :

  • Sélectivité. Les phobies sont limitées à une certaine gamme de stimuli (certaines situations provoquent la peur plus facilement que d’autres). Cette caractéristique semble être liée à la survie de l’espèce.
  • Acquisition facile. Les phobies peuvent être acquises en un seul événement.
  • Résistance à l’extinction. C’est l’un des aspects les plus caractéristiques des phobies : la peur perdure.
  • Irrationalité. L’une des caractéristiques des phobies est la disproportion ou l’absence de résonance entre la dangerosité réelle du stimulus et la réponse de l’anxiété.

Préparation et prédisposition, les concepts centraux

La préparation fait référence aux processus évolutifs de l’espèce. Selon la façon dont les stimuli sont préparés à se conditionner, nous pouvons identifier trois types de stimuli :

  • Stimuli préparés. Ce sont ceux qui sont biologiquement conçus comme dangereux et nocifs. Cet apprentissage peut se faire automatiquement et en un seul essai.
  • Stimuli non préparés ou préparés. Ce sont les stimuli qui ne sont pas automatiquement appris comme dangereux, et qui nécessitent donc plusieurs essais d’association ou de conditionnement.
  • Stimuli contre-préparés. Ce sont les stimuli impossibles à apprendre comme nocifs, malgré les essais d’association continus.

La prédisposition fait, elle, référence à la personne elle-même et à son développement ontogénétique qui la rend plus susceptible de souffrir d’une phobie. Voyons maintenant comment la théorie de Seligman a été élargie.

L’expansion de la théorie de la préparation des groupes d’Öhman

Le groupe d’Öhman a élargi la théorie de la préparation et distingué les phobies en fonction de leur origine phylogénétique ou évolutive. Il fait la distinction entre les peurs communicatives et les peurs non communicatives.

Les peurs non communicatives sont celles qui n’ont aucune fonction sociale ou communicative. Les peurs communicatives sont celles qui remplissent une fonction sociale entre espèces, en transmettant un message.

Dans les peurs communicatives, figurent les phobies animales ou interspécifiques – communes à différentes espèces – et les phobies sociales ou intraspécifiques. Les peurs animales ont leur origine dans le système comportemental de défense contre les prédateurs.

Ces peurs génèrent des réponses d’évitement ou d’évasion déclenchées par des processus automatiques. Ces réponses provoquent une grande activation du système nerveux autonome sympathique.

Les craintes sociales sont celles qui découlent des processus de dominance-soumission chez une même espèce. Il s’agit de processus moins automatiques et plus réfléchis. Les réponses qui dépendent de processus contrôlés ne produisent pas toujours des réponses du système sympathique.

Exemple de la théorie de préparation.

Un excellent exemple de la théorie de la préparation : l’effet Garcia

L’effet Garcia, dont Seligman a souffert lui-même, explique pourquoi nous avons rejeté un aliment. Cette aversion se produit en un seul événement (acquisition facile) et est suffisante pour maintenir la réponse d’évitement. Elle perdure également dans le temps (la résistance à l’extinction dont parlait Seligman).

García et Koelling, dans leurs recherches, ont découvert que tous les stimuli n’étaient pas conditionnés avec la même facilité. Par exemple, une douleur à l’estomac était facilement associée à un aliment ou à une boisson, mais très difficile à associer à un stimulus d’une autre nature, tel qu’une lumière ou un son.

Comme nous le disions un peu plus haut, Seligman a lui-même subi l’effet Garcia. Son expérience a montré que cette association entre la nourriture et les maux d’estomac est si forte et si résistante à l’extinction que même la raison ne peut vaincre cette phobie (les phobies sont irrationnelles).

Cela pourrait vous intéresser ...
Les peurs apprises : les peurs que les autres nous inculquent
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Les peurs apprises : les peurs que les autres nous inculquent

Nous vous expliquons ici à quoi sont dues les peurs apprises, et comment vous pouvez les combattre. Ne passez pas à côté de cet article !