La psychothérapie ne vous crée pas, ni ne vous détruit, elle vous transforme

20 juin 2016 dans Psychologie 1426 Partagés

La psychothérapie ne vous crée pas, ni ne vous détruit, elle vous transforme. Ce n’est pas étonnant si l’on connaît l’effet de la thérapie psychologique sur notre manière de penser, sur notre manière de sentir et de vivre nos émotions, ainsi que sur la manière dont nous devons nous comporter.

Ces changements se reflètent au niveau cérébral par leur caractère durable, en aidant notre corps et notre esprit à trouver la même fréquence grâce à la cohérence psychologique que nous obtenons à travers elle.

Ces affirmations ne sont pas le fruit du hasard ou d’une opinion mais ont leur fondement dans des études de neuroimage, même si c’est une information qu’il faut prendre avec des pincettes pour ne pas s’engouffrer dans des raccourcis.

Il est évident que nous en savons moins sur le cerveau que sur la planète Mars, mais aujourd’hui, grâce aux avancées technologiques qui nous permettent de visualiser notre activité cérébrale, nous pouvons obtenir des données sur la manière dont se transforme notre cerveau lorsque l’on suit une thérapie. Voyons cela plus en détails…

Psychanalyste

Les merveilleux changements que produit la psychothérapie

La relation entre les changements mentaux et les changements cérébraux est bi-directionnelle.

Cela signifie que, par exemple, changer nos pensées peut transformer notre cerveau et vice-versa. Cependant, même si nous ne pouvons pas affirmer à 100% la nature de ces modifications, nous avons des pistes :

  • L’étude de Wiswede et de ses collaborateurs a découvert des changements dans l’hyper-excitabilité du système limbique des patients dépressifs après huit mois de psychothérapie psychodynamique intensive et brève.
  • D’autres études auxquelles nous nous référons associent les changements cérébraux qui accompagnent l’amélioration de la psychothérapie dans les cas de dépression.
  • Dans le cas d’anxiété, comme les phobies, la panique ou le stress post-traumatique, on observe aussi des changements neuronaux chez les personnes qui font une thérapie, concrètement sur le système limbique, sur les zones temporales et frontales etc. Bien sûr, cela dépend du problème d’origine et de son étiologie.

Aujourd’hui, l’évolution dépend en grande partie de l’envie de la personne à s’améliorer ou pas. Il existe une bonne blague pour illustrer cela : “Combien de psychologues sont nécessaires pour changer une ampoule ? Seulement un, mais l’ampoule doit avoir le désir changer”.

C’est vrai que nous pouvons trouver des psychologues négligents car comme dans n’importe quel bureau, il existe des personnes qui ne font pas bien leur travail.

C’est pour cela qu’au moment de débuter une thérapie pour évoluer, nous devons bien chercher le professionnel avec qui nous voulons travailler, laissant de côté les personnes qui proposent des psychothérapies sans être ni psychologue, ni psychiatre, ainsi que celles qui ont une mauvaise praxis.

Differences-psychanalyste-psychiatre-psychologue

Parfois, le soutien d’un psychologue est essentiel pour surmonter certaines difficultés

Le soutien d’un psychologue est clé lorsqu’on veut donner de la cohérence à nos difficultés et ainsi les surmonter. Nous n’avons pas toujours besoin d’une thérapie lorsque nous avons un trouble mental et la psychologie ne se base pas sur le sens commun. 

Pour finir, il faut également parler d’une autre fausse croyance selon laquelle aller chez le psychologue revient à parler avec un ami et que cela n’est donc pas nécessaire.

Comme l’affirme Nathan Feiles, cette idée maladroite présente deux problèmes majeurs :

  • Tout le monde n’a pas un bon ami proche à qui parler.
  • Se soulager et parler est bon et de fait, c’est une partie importante de la psychothérapie mais ce n’est pas la seule. Cependant, même si cet acte peut être utile pour soulager le stress, s’il est mal géré, il peut provoquer des problèmes. Nous ne pouvons pas cesser d’écouter certains processus cognitifs et émotionnels qui accompagnent notre problème.

Le psychologue psychothérapeute est une personne qui a été formée longuement, dont les compétences vont au-delà de l’écoute ordinaire et de la conversation intime.

Son objectivité et ses connaissances lui permettent de définir un cadre équilibré et de référence qui lui permet de démêler notre nœud et de nous guider sur le chemin que nous souhaitons.

Ce sont des fausses croyances que nous devons déterrer et qui nous aideront à mieux concevoir le travail avec lequel nous pourrons avancer.

C’est pour cela que si vous avez peur de consulter un thérapeute pour n’importe quelle raison, parlez-en justement avec un professionnel pour vous libérer de ces faux mythes qui vous empêchent de vivre un véritable processus thérapeutique.

Pour finir et pour mettre un point final à cet article, nous vous offrons un court métrage animé qui illustre merveilleusement le travail du psychologue. Le voici :

Références:

Barsaglini, A., Sartori, G., Benetti, S., Pettersson-Yeo, W. & Mechelli, A. (2014). The effects of psychotherapy on brain function: A systematic and critical reviewProgress in Neurobiology, 1–14.

Wiswede, D., Taubner, S., Buchheim, A., Münte, T.F., Stasch, M., Cierpka, M., Kächele, H., Roth, G., Erhard, P. & Kessler, H. (2014). Tracking functional brain changes in patients with depression under psychodynamic psychotherapy using individualized stimuliPloS One (2014). DOI: 10.1371/journal.pone.0109037.

A découvrir aussi