La psychologie existentielle positive, selon Paul TP Wong

12 novembre, 2020
Bien que cela soit difficile à croire, il est possible d'atteindre le bonheur après avoir vécu des circonstances très compliquées. Les émotions négatives ont également une signification précieuse. C'est ce que nous enseigne la psychologie existentielle positive. Nous en parlons ici.

Pour beaucoup, la psychologie positive a un “côté sombre”. Cette focalisation presque exclusive sur les émotions de valence positive, telles que la joie, l’enthousiasme ou l’espoir, peut nous amener à négliger les questions liées au côté moins amical de la vie. Connaissez-vous la psychologie existentielle positive ?

En réponse à ce fait, une nouvelle approche précieuse a émergé il y a quelques années seulement : la psychologie existentielle positive. Son promoteur est Paul TP Wong, un psychologue canadien qui dirige la “psychologie positive de la deuxième vague”.

Ce courant, plus qu’une reformulation, cherche à nous faire prendre conscience que le malheur existe aussi et qu’il est normal de le traverser pendant un certain temps. Après tout, comme Albert Camus le soulignait à juste titre, “personne n’atteint la joie de vivre sans avoir d’abord pris contact avec la souffrance”.

Avec sa théorie, le Dr Wong propose une nouvelle façon de comprendre le modèle de Martin Seligman établi dans les années 90. Ce modèle nous avait permis de comprendre les bases biologiques du bien-être psychologique et du bonheur.

Il est temps de mettre de côté ces émotions plus hédonistes et complaisantes pour naviguer à travers les difficultés et trouver un cours, un sens, un but. Allons plus loin.

Paul TP Wong, le promoteur de la psychologie existentielle.

Quelle est la psychologie existentielle positive de Paul TP Wong ?

Paul TP Wong commente souvent dans ses conférences que le monde actuel est en plein chaos ; nous vivons plein de difficultés et nous avons besoin d’un autre type de perspective thérapeutique. La psychologie existentielle positive cherche à nous aider à atteindre la stabilité et le bien-être, en nous permettant de gérer les défis quotidiens que nous rencontrons de façon récurrente.

Ce que l’on reprochait autrefois à la psychologie positive et à des personnalités comme Seligman ou Mijali Csíkszentmihályi s’est concentré exclusivement sur les domaines les plus sains de l’être humain. Des facteurs tels que la créativité, l’enthousiasme, l’espoir ou même l’intelligence émotionnelle nous poussent à faire ressortir le meilleur de nous-mêmes.

Ainsi, quiconque travaille et développe ces capacités peut atteindre ce sommet, la réalisation de soi dont Abraham Maslow nous a parlé. Que se passe-t-il lorsque l’on se sent perdu ? Que se passe-t-il si je fais une dépression suite à la perte d’un membre de ma famille ou à l’abandon de mon partenaire ?

Dans ces circonstances, je ne peux pas allumer l’ampoule de l’enthousiasme. Je ne peux pas non plus éveiller ma créativité parce que mon esprit est bloqué, enlisé dans le désespoir… C’est dans ces contextes que la psychologie existentielle positive de Paul TP Wong prend tout son sens.

Le courage et la responsabilité de faire face aux difficultés

La psychologie existentielle positive ne cherche pas à saper l’autorité de la psychologie positive originale. De plus, elle comprend que ce modèle a parfois été interprété de manière quelque peu simpliste, comme s’il suffisait simplement de souhaiter quelque chose pour que ce souhait soit satisfait. Voir, par exemple, The Secret, de Rhonda Byrne.

Ce que le Dr Wong veut dire, c’est que nous avons tous le pouvoir d’éveiller notre courage, notre attitude et notre bravoure face à l’adversité. Si nous sommes capables de développer un mécanisme psychologique basé sur la résilience, sur la capacité à trouver un sens à chaque circonstance, nous pouvons même aspirer à être heureux.

Par conséquent, une psychologie existentielle positive ne diminue pas la valeur du bonheur ou de l’espoir. Les émotions positives sont en fait le moteur de l’être humain. Néanmoins, nous devons donner de l’espace aux émotions de valeur négative et les comprendre.

L’existentialisme comme pierre angulaire de la psychologie existentielle positive de Wong

Il y a un aspect vraiment précieux à cette approche fixée en 2011. Sans aucun doute, il s’agit de l’intégration de la perspective existentielle avec sa propre psychologie positive. Il acquiert ainsi une signification et une utilité plus importants.

Aussi bien les philosophes que psychologues existentiels nous rappellent que la vie est faite de paradoxes et d’épreuves auxquels nous sommes obligés de faire face. Faire face à ces dimensions est ce qui nous donne des ressources psychologiques remarquables. C’est ainsi que nous renforçons notre courage et notre engagement ferme envers nous-mêmes et envers la vie.

La psychologie existentielle positive suppose que le bonheur authentique n’acquiert de sens que lorsque l’on sait ce qu’est la souffrance et que l’on sait comment y faire face. Ainsi, un de ses piliers est de servir de médiateur et de donner des stratégies pour que les gens apprennent à gérer la perte, la peur de la mort, la déception, l’anxiété, la peur, le désespoir…

La psychologie existentielle positive, une voie vers le bonheur.

Viktor Frankl et la recherche du sens

Selon Paul TP Wong, la psychologie positive doit revenir à ses racines existentielles-humanistes. Ce n’est qu’alors qu’elle parviendra à retrouver son sens, sa transcendance. De plus, on ne peut pas aider quelqu’un à reconstruire sa réalité pour qu’il puisse atteindre le bien-être et le bonheur, si on ne le guide pas d’abord dans ce que Viktor Frankl nous a appris : la recherche du sens.

Quand quelqu’un navigue sur l’océan de l’incertitude et de l’adversité, il a besoin de lumière. Il a besoin d’un point de repère, d’un refuge, de ce qui lui donne un sens et l’encourage à se battre, à ne pas abandonner. C’est pourquoi le Dr Wong nous encourage à nous poser les questions suivantes :

  • Qui suis-je ? Qu’est-ce qui me définit ?
  • Comment pourrais-je être plus heureux ? Quelle est la bonne vie pour moi ?
  • Quelle est ma vocation ? À quoi devrais-je consacrer le reste de ma vie pour me sentir bien ?
  • Est-ce que je fais les bons choix ?
  • Où est ma place ? Pourquoi je me sens si seul dans ce monde ? Où puis-je trouver l’acceptation ? Où est ma maison ?
  • Qu’est-ce qui me donne vraiment un sens ?

En conclusion, la psychologie existentielle positive ouvre la porte à un courant précieux. Un courant qui, en réalité, reprend des concepts d’hier, des piliers qui étaient essentiels dans le développement même de la psychologie en tant que telle.

Cependant, aujourd’hui plus que jamais et dans ce contexte complexe et plein d’incertitudes et de défis, il est important de travailler sur ces principes. Souvenons-nous de nos objectifs vitaux et laissons la place aux émotions les plus compliquées, ennuyeuses ou douloureuses. Les comprendre nous rend sages. Savoir comment les gérer nous rend plus forts et plus capables.

  • Wong, P. T. P. Meaning-centered approach to research and therapy, second wave positive psychology, and the future of humanistic psychology. The Humanistic Psychologist.
  • Wong, P. T. P., Ivtzan, I., & Lomas, T. (2016). Good work: A meaning-centred approach. In L. G. Oades, M. F. Steger, A. Delle Fave, & J. Passmore (Eds.), The Wiley Blackwell handbook of the psychology of positivity and strengths-based approaches at work (pp. 0-0). West Sussex, UK: Wiley Blackwell.