Walt Whitman : le poète de l’enthousiasme pour la vie

· 22 mai 2019
Walt Whitman souffra de la censure et de critiques dures à l'égard de son livre Feuilles d'herbe. A son époque, l'ouverture sexuelle qu'il démontra au travers de ses vers ne fut pas acceptée.

Walt Whitman fut l’un des écrivains nord-américains les plus influents. Il était également connu comme le père du vers libre. Il fut essayiste, journaliste, infirmier… Ses poèmes transmettaient la passion, l’euphorie et la joie. Ils abordaient des sujets tels que l’amour, la sexualité, la nature et l’enthousiasme vis-à-vis de la vie. Cet homme était avant tout un humaniste. Quelqu’un qui croyait en la liberté et qui inspira de multiples générations avec son héritage.

Connu surtout pour ses recueils de poèmes tels que Feuilles d’herbe, Whitman est un exemple de personne capable de faire face à l’adversité afin d’atteindre ses rêves. Il fut également un soutien spirituel pour les soldats de la Guerre de Sécession. Dans sa vie, il fut victime d’une attaque qui le paralysa.

Cependant, rien de cela n’affecta son caractère et son engagement dans son œuvre qui fut toujours très critiquée. Il admirait Keats, Shakespeare et Emerson. Cependant, il chercha à trouver de nouvelles formes d’expression. Pendant plusieurs années, il s’essaya en tant que journaliste engagé pour l’abolition de la peine de mort, la fin de l’esclavage et l’égalité des sexes.

C’était un homme courageux et moderne. Il développa le vers libre, un style parfois sauvage et peu rigoureux, qui était sans doute en accord avec son propre caractère. Ainsi, bien que son approche ait pu choquer la société puritaine attachée aux conventions sociales qui l’entourait, il fut capable de nous offrir une œuvre unique et exceptionnelle qui marqua l’histoire de la littérature.

Walt Whitman jeune

Biographie Walt Whitman, le journaliste qui se convertit en poète

Walt Whitman est né en 1819 à West Hills (New-York). Il était le second d’une fratrie de neuf enfants résultant du mariage entre Walter et Loisa Van Velsor. C’était une famille qui fit face toute sa vie à la dureté de la pauvreté et des problèmes économiques.

Néanmoins, au beau milieu de la pénurie, le petit Whitman parvint à se faire connaître en tant qu’autodidacte habile. Il se familiarisa très tôt avec les classiques. Il lut Dante, Shakespeare et Homère et fut rapidement captivé par la littérature et par la poésie.

A l’âge de 12 ans, il commença à travailler dans une imprimerie. C’était pour lui un environnement idéal qui lui permit d’aider sa famille et de commencer à se former en tant que professeur à l’âge de 17 ans. Après avoir fini ses études, et travaillé dans plusieurs écoles rurales de Long Island, Walt Whitman décida d’entamer une étape décisive de sa vie : le journalisme.

Le poète engagé pour les droits sociaux et la liberté

Après avoir abandonné son poste de professeur, Whitman retourna à New York afin de créer son propre journal : The Long Islander. Il supportait alors les tâches d’éditeur, de journaliste et de distributeur. Dans ses publications, il expose les idées qui marquent son style : les whitmanismes (mots inventés). Ces derniers apparaîtront plus tard dans tous ces recueils, vers et lettres, notamment celles qu’il échangeait avec son partenaire, Peter Doyle.

Il convient de souligner l’une des principales caractéristiques de Whitman : son engagement social. Il évoquait le besoin d’abolir l’esclavagisme, d’en finir avec la peine de mort, d’améliorer les salaires et les droits sociaux. Ces idées eurent un succès fou. Pour cette raison, il ne tarda pas à éditer de nouveaux journaux jusqu’à fonder le plus connu : le Brooklyn Freeman.

Ses profits lui permirent de publier en 1855 la première édition de Feuilles d’herbe. Un recueil de 12 poèmes qui furent plus tard salués par Ralph Waldo Emerson. Néanmoins, les critiques et les lecteurs ne virent en son travail qu’un style peu rigoureux, passionné et presque libertin abordant des thèmes tels que l’homosexualité et la bissexualité.

La publication du livre lui apporta plus tard une grande quantité d’ennuis. Avec l’arrivée de la guerre de Sécession, Walt Whitman décida de prendre soin des blessés. Il fit une formation d’infirmier et choisit de se concentrer sur ce travail une fois le conflit terminé. Le ministère de l’Intérieur reconnut son engagement mais après avoir découvert qu’il était l’auteur de Feuilles d’herbe, il fut renvoyé.

Walt Whitman âgé

Epoque de carence, époque de création

Walt Whitman lutta pour surmonter les peines difficiles des périodes qui suivirent. Il prenait soin de ses frères et de sa mère malade. Il trouvait des emplois sporadiques et recevait l’aide d’écrivains et d’amis d’autres états et d’Angleterre. Les dernières décennies de la vie furent compliquées pour lui, mais il nie perdit jamais son enthousiasme. Sa passion pour l’écriture et la défense de ses idées le portèrent.

Il continua à écrire et à corriger de nombreux de ses travaux et poèmes. En 1870, Whitman s’installa à Camden, en New-Jersey, où il fut victime d’un Accident Vasculaire Cérébral à la suite duquel il resta paralysé. Cela ne l’empêcha pas de garder sa motivation. Son recueil Feuilles d’herbe continua d’ailleurs d’être publié grâce à l’aide de ses amis en 1876, 1881 et 1889.

Sa dernière publication fut en 1891. Il décéda le 26 mars 1892 à la suite d’une pneumonie. Il avait alors 72 ans.

Un style avancée pour son époque

« Je me célèbre, me chante moi-même,
Toi tu assumeras tout ce que j’assumerai
Car les atomes qui sont les miens ne t’appartiennent pas moins »

C’est ainsi que commence le poème Feuilles d’herbe. Walt Whitman, avec Emily Dickinson, fut l’un des poètes les plus importants des Etats-Unis. Cependant, son œuvre fut totalement dévalorisée et peu comprise. A son époque, elle fut l’objet d’un scandale car le poète était accusé de ne pas respecter les rimes, de faire usage d’un style narratif et du vers libre.

Ce qui fut le moins accepté fut sa facilité à parler de sexe ouvertement en s’exaltant pour la beauté d’aimer de la même manière des femmes et des hommes. Le monde n’était pas encore prêt à accepter des figures telles que lui. Ce n’était pas le moment de parler d’humanité et de s’exprimer si naturellement, si intensément, de manière totalement libre, joyeuse et vitale.

Walt Whitman créa une poésie nouvelle pour le nouveau peuple et peu de personnes la comprirent. Ses vers reflétèrent des mots purs et transparents qu’un individu peut ressentir en aimant, en embrassant, en étant conscient de la compagnie de l’autre, de la grandeur de l’amour personnel et de la création de réalités plus justes.

 

Pour ces raisons, lire ses œuvres et se plonger dans l’univers unique de ses poèmes est un moyen de lui rendre hommage. Cela revient à célébrer avec lui tous les messages qu’il nous a laissé dans ses vers libres. Cela revient à nous rattacher à son art comme s’il nous avait parlé en face à face, de cœur à cœur.

 

  • Loving, Jerome (1999) Walt Whitman: The Song of Himself. University of California Press
  • Reynolds, David S (1995) Walt Whitman’s America: A Cultural Biography. New York: Vintage Books