La motivation dans l’éducation

· 20 juillet 2018

La motivation dans l’éducation est l’un des aspects essentiels dont il faut tenir compte. Un système éducatif qui aide les élèves à faire face à leurs tâches et à relever leurs défis est nécessaire pour parvenir à un apprentissage de qualité. Pour ce faire, il faut procéder à une analyse exhaustive de ces aspects motivationnels.

L’existence d’une grande variabilité interpersonnelle est la première question à garder à l’esprit lorsque nous parlons de motivation dans l’éducation. Cela signifie que chaque élève a à la fois des motifs et un processus de motivation différent. Pour cette raison, il n’existe pas de stratégie magique unique qui motive tous les élèves de la même manière, mais une étude des facteurs de variabilité peut nous aider à résoudre ce problème.

Dans cet article, nous expliquons trois aspects à prendre en compte lors de l’étude de la motivation dans l’éducation. Il s’agit de l’intérêt, de l’auto-efficacité et de l’orientation vers les objectifs. Allons plus loin.

La motivation dans l’éducation basée sur l’intérêt

L’intérêt de l’étudiant pour le contenu du sujet d’étude est un aspect essentiel. Dans bien des cas, cette variable a été sous-estimée, en supposant que ce qui est vraiment important, c’est l’effort que les élèves font pour apprendre en même temps que leur niveau de résilience. Mais c’est une grave erreur, car si un contenu est ennuyeux et lourd, l’effort fait par l’étudiant sera largement improductif. De plus, lorsque le sujet est intéressant, l’effort est catégorisé comme quelque chose de positif et de satisfaisant pour l’individu.

motivation dans l'éducation et dans l'apprentissage

D’autre part, pour comprendre en profondeur la variable « intérêt » du point de vue de la motivation dans l’éducation, il est important de l’envisager de deux points de vue. Ainsi, l’intérêt peut être traité au niveau individuel, en se concentrant sur les intérêts particuliers de chaque individu ou, d’une manière situationnelle, en se concentrant sur l’intérêt du contenu à enseigner.

Lorsque l’on parle d’intérêt individuel, les conclusions sont largement évidentes. Lorsqu’une matière ou une matière dans une matière attire un élève, la performance augmente considérablement. C’est parce que l’intérêt favorise les comportements exploratoires et le raisonnement constructif autour de ce sujet d’intérêt.

Maintenant, si nous parlons d’intérêt situationnel, tout est plus confus. Comment rendre un sujet plus intéressant ? John Dewey a prétendu que les sujets n’étaient pas rendus intéressants en les décorant ou en les habillant de détails non pertinents. Pour qu’une matière soit intéressante, il est nécessaire d’effectuer un enseignement qui permette aux élèves de comprendre sa complexité, puisque le simple fait de comprendre quelque chose est attrayant pour tout être humain. Le problème se pose lorsque l’enseignement n’est pas adéquat et que l’élève ne comprend pas la matière. De cette façon, les données que vous apprenez sont dénuées de sens et sans intérêt.

La motivation basée sur l’auto-efficacité

L’auto-efficacité est un autre aspect central de l’étude de la motivation dans l’éducation. Il s’agit d’une attente ou d’un jugement personnel sur la capacité d’une personne d’accomplir une tâche. C’est-à-dire la croyance que l’on est compétent ou non. Il est donc important de ne pas confondre les concepts d’auto-efficacité et de conception de soi ; le premier est un jugement spécifique sur une tâche spécifique et le second est une idée générique sur ses propres caractéristiques et capacités.

Un haut niveau d’auto-efficacité aide les étudiants à augmenter leur motivation vers l’étude et l’apprentissage. Cela se produit parce qu’être bon à quelque chose cause un sentiment très gratifiant. D’autre part, une faible efficacité personnelle peut être très négative sur le plan de la motivation, puisque le cerveau agit comme un mécanisme de défense pour maintenir notre estime de soi. De cette façon, les tâches pour lesquelles nous ne sommes pas très bons ou pour lesquelles nous n’avons pas de compétences perdent de leur intérêt.

L’une des plus grandes erreurs de notre système éducatif est l’importance fondamentale accordée à l’erreur, ainsi que l’habitude de récompenser le succès par d’autres. En ce qui concerne le premier aspect, il faut garder à l’esprit qu’en se concentrant sur la pénalisation de l’échec et des erreurs, on attache de l’importance à la punition, ce qui peut conduire à long terme à un sérieux déclin de l’auto-efficacité. D’autre part, lorsque le succès est récompensé en référence aux autres (« Joseph a eu les meilleures notes en classe, vous pourriez apprendre de lui »), ce qui se produit, c’est que de nombreux élèves sont placés en dessous, dont l’auto-efficacité peut être altérée.

Ainsi, la meilleure façon de gérer l’auto-efficacité est de dispenser un enseignement fondé sur l’amélioration des forces des élèves et le dépassement de leurs faiblesses. En outre, il faudrait promouvoir une évaluation du succès fondée sur l’auto-amélioration.

La motivation basée sur l’orientation vers les objectifs

L’orientation des objectifs est la direction que prend la motivation de l’étudiant. C’est-à-dire les raisons ou les motifs pour lesquels l’élève développe le comportement d’apprentissage. A cet égard, il faut garder à l’esprit que, selon ces raisons, le processus de motivation va changer. Dans le contexte éducatif, nous pouvons nous retrouver avec 3 objectifs différents :

  • Approche performance : dans cette catégorie, les élèves qui cherchent à obtenir les meilleures notes en classe se démarquent.
  • Évitement de la performance : correspond aux élèves qui cherchent à éviter d’être le pire ou l’échec.
  • Compétence : il s’agit des étudiants qui cherchent à comprendre la matière en profondeur afin d’acquérir des compétences dans la matière.
motivation dans l'éducation : performance

Dans ce domaine, un autre problème majeur du système éducatif se pose également. Les élèves qui ont des objectifs axés sur la performance obtiennent souvent de meilleurs résultats que les autres parce que leur motivation les pousse à atteindre leur objectif. D’autre part, le fait d’avoir des objectifs de compétence ne correspond pas à de meilleures notes, mais à une compréhension approfondie de la matière.

Comment est-il possible que certains sont davantage préoccupés par le fait d’avoir de bonnes notes, quand d’autres veulent d’abord acquérir des compétences dans la matière étudiée ? La réponse réside dans le fait que pour obtenir de meilleures notes, selon ce système d’évaluation, il est plus facile d’aller vers un apprentissage mémoristique que vers une compréhension approfondie. Et ce principe est rapidement appris par les élèves qui ont des objectifs approximatifs. D’autre part, ceux qui recherchent la concurrence doivent faire un effort supplémentaire.

Comme nous pouvons le voir, la motivation est un aspect fondamental à prendre en compte si nous voulons fournir une éducation de qualité. Cependant, il ne suffit pas de connaître le sujet, mais surtout d’appliquer les stratégies et les connaissances appropriées. Motiver, ce n’est pas seulement éveiller l’inspiration et l’intérêt des élèves, mais aussi leur transmettre qu’ils sont valides et capables d’atteindre leurs objectifs et de comprendre en profondeur le contenu des différentes matières.