Intolérance à l’échec : 5 clés pour la combattre

13 mai 2018 dans Développement personnel 0 Partagés
Femme se sentant coupable de son intolérance à l'échec

Il y a des gens qui sont incapables de tolérer la moindre contrariété ou un quelconque dérangement. Lorsque leurs désirs ne sont pas satisfaits, ils ressentent une grande gêne ; lorsque leurs projets ne se concrétisent pas, nous pouvons identifier chez eux une intolérance marquée à l’échec. Cela leur arrive aussi lorsqu’ils éprouvent des sensations ou des sentiments désagréables.

Il est normal que personne n’aime se sentir frustré ou échoué. Cependant, la vie n’est pas parfaite. Nous aimerions tous que tout se passe comme prévu ou souhaité, mais la réalité est différente. Un adage dit «la vie n’est pas ce que vous voulez qu’elle soit, la vie est comme elle est». Toutefois, quelle que soit la véracité de cette affirmation, bien des gens ne le pensent pas ainsi.

Nous voulons déjà tout, sans attendre, immédiatement. De plus, ce à quoi nous aspirons est censé survenir de manière agréable ou satisfaisante pour nos intérêts. Oui, nous croyons cela. Ou, du moins, beaucoup le pensent, et avec cette façon de penser ils construisent tous ces schémas mentaux (représentations du monde) avec lesquels ils travaillent.

La vie n’est pas ce que tu veux qu’elle soit, la vie c’est comme ça

Nous avons tous entendu à un moment que «vous devez être heureux» ou «vous ne devriez pas vous sentir triste». Dès l’utilisation du verbe « doit », nous devons être très prudents. Pourquoi vous demanderez-vous? Eh bien, parce que d’une certaine manière rien ne devrait « devoir être ». Les choses sont comme elles sont, en dépit de ce que nous pensons qu’elles devraient être. Le devoir, en tout cas, peut motiver un changement, ou le démotiver, mais en aucun cas il ne le produit.

Si nous pensons autrement, nous passerons notre temps à sauter d’insatisfaction en insatisfaction, d’une frustration à l’autre. Imaginons, par exemple, à ce que devraient être nos vies. Devraient-elles être parfaites, agréables, réussies ou exquises? Non. Elles ne devraient pas l’être pour la simple raison que, de fait, elles ne le sont pas. Nous pouvons nous efforcer de nous en rapprocher le plus possible, tout en tolérant qu’un aspect nous sera toujours inaccessible, et en l’acceptant comme une règle du jeu.

femme souffrant d'intolérance à l'échec

Nos vies se développent autour d’infinies nuances de gris. Elles sont rarement tout de blancs ou  de noir, parfaites ou infamantes. Et si tel était le cas, alors pourquoi persistons-nous à penser l’inverse ?

Le devoir, un ennemi dangereux

Que signifie le verbe « devoir » ? Selon le dictionnaire, le devoir signifie «être lié à quelque chose par une loi divine, naturelle ou positive». Je pense que le soleil devrait se lever tous les jours, mais je ne pense pas qu’il faille toujours avoir du beau temps.

Quand nous disons que quelque chose doive être d’une certaine manière, nous utilisons en quelque sorte de « l’impositif ». Nous disons que notre environnement (personnes, animaux, objets, etc.) doit se conformer d’une certaine manière à une prémisse. C’est ce que nous disons, comme si nous étions des dictateurs de lois universelles. Mais la vérité est que, de loin, nous masquons nos désirs avec ce type de formules (possibilité-> obligation), elles continueront à être satisfaites dans un pourcentage similaire (sauf si nous mettons en œuvre d’autres types de changements).

Et pourquoi ? Parce que autant que nous le disons, si le médium ne reconnaît pas l’obligation que nous lui imposons, c’est inutile. Eh bien, oui, ça sert à nous rendre plus frustrés ou à nous sentir plus petits et misérables. Oh, comme le monde ne nous obéit pas !

D’un autre côté, il y a des gens qui disent « vous devez être une bonne personne » ou « vous ne devez pas souffrir pour cela ». Attention, danger ! Où est-il écrit que je doive répondre aux critères qui définissent une bonne personne pour vous ? Parfois, je serai une bonne personne pour vous, mais parfois non. Parfois, je vais souffrir pour quelque chose, parfois non.

Le devoir est à la racine de l’intolérance à l’échec

L’intolérance à l’échec est l’une des raisons pour lesquelles les gens ont des problèmes. Pensez à un enfant qui fait une crise parce qu’on ne lui a pas acheté son bonbon préféré. Il pleure, donne des coups de pied, crie, devient fou. Dans l’esprit de l’enfant, il n’est pas encore écrit que les choses ne sont pas censée se passer comme il le voudrait. C’est pourquoi il faut lui apprendre à canaliser ses émotions.

En tant qu’adultes, nous devrions déjà avoir appris à tolérer la désobéissance de la réalité, le fait qu’elle ne soit pas toujours conforme à nos désirs, aussi nobles soient-ils. En soi, la bonté ou la méchanceté d’un désir n’augmente pas les chances de son accomplissement.

D’un autre côté, certaines personnes ont été éduquées de telle sorte que les impératifs tels que «vous devriez …» ont prévalu dans leur éducation. D’autres personnes ont appris à ne pas tolérer l’échec ou la frustration vécues à travers leurs expériences, ces choses qui leur sont arrivées et les ont amenés à penser ainsi de façon permanente.

Le grand psychologue Albert Ellis a écrit : « Tandis que la personne la moins dérangée désire fermement ce qu’elle veut, le ressent de manière appropriée en se sentant embêtée si ses désirs ne sont pas satisfaits, la personne la plus perturbée exige, insiste, se veut impérieuse ou ordonne dogmatiquement que leurs désirs soient satisfaits et deviennent exagérément angoissés, déprimés ou hostiles quand elles n’obtiennent pas satisfaction.  »

Comme nous pouvons le voir, il n’y a rien de mal à se sentir embêté si quelque chose ne fonctionne pas comme nous le voulons. Ce qui n’est pas sain, c’est de demander, d’insister ou d’ordonner comme s’il s’agissait d’un dogme.

intolérance à l'échec au sein du couple

Croyances de personnes ayant une faible tolérance à l’échec

Les personnes intolérantes à l’échec ont appris à penser et à se comporter d’une certaine manière. Ils ont une série de croyances qui conditionnent leur façon de voir le monde et d’interpréter la réalité. Ces croyances sont les suivantes :

  • Ils croient qu’il est absolument nécessaire que la vie soit toujours facile et confortable.
  • Ils confondent un désir avec un besoin.
  • Ils doivent toujours obtenir tout ce qu’ils veulent et pour cela ils exigent, commandent et insistent.
  • Ils pensent que toute difficulté, retard, échec, etc. est trop horrible à endurer.
Les personnes intolérantes à l’échec demandent et commandent, ont peu de patience et confondent désir et besoin.
Partager

5 clés pour combattre l’intolérance à l’échec

Bien que nous ayons été éduqués en termes de «devrait» ou que nous ayons des croyances semblables aux précédentes, nous pouvons prendre certaines mesures pour combattre l’intolérance à l’échec. Les voici:

Identifiez vos croyances irrationnelles

Lorsque vous vous trouvez frustré, essayez d’analyser ce que vous vous dites à vous-même. Quelles pensées avez-vous? Soyez-en conscient et écrivez-les sur un morceau de papier.

Ce qui est certain, c’est que des mots comme « devrait« , « toujours« , « jamais« , « je ne peux pas le supporter« , etc. sont présents dans votre dialogue intérieur. Ceux-ci, et pas d’autres, sont la cause de votre souffrance.

Modifiez vos croyances irrationnelles

Une fois que vous aurez identifié ce que vous dites et si cela ne vous aide pas, il est temps de vous parler différemment et de changer votre façon de penser. C’est un processus qui nécessite de nombreux essais, mais cela en vaut la peine.

Pour ce faire, employez des mots tels que «je voudrais», «c’est pénible mais je peux faire avec», «parfois», etc. Il s’agit de remplacer vos croyances irrationnelles par d’autres croyances plus adaptatives.

Confrontez-vous à des situations que  vous ne pouvez pas tolérer

Vous exposer à des situations qui provoquent de la frustration peut être une bonne stratégie. Faites une liste de ces situations. Notez comment ils vous affectent.

Une fois que vous les avez identifiés, engagez-vous à les affronter. Pour ce faire, provoquez ces situations et ne faites rien pour éviter l’inconfort qu’elles suscitent en vous. Avec le temps, votre tolérance augmentera et vous vous sentirez de mieux en mieux.

femme pensive souffrant d'intolérance à l'échec
Si possible, prenez des mesures pour que cela ne se reproduise plus

Cela peut ressembler à un tiroir mais parfois nous ne le remarquons pas. Il s’agit de proposer des solutions pour que des situations ne vous submergent pas et ne vous frustrent pas.

Par exemple, arrêtez de regarder la montre que la personne qui vous fait prendre du retard. Vous pouvez faire quelque chose d’utile en attendant. En bref, il s’agit de changer de centre d’attention pour réduire votre sentiment de frustration.

Différenciez un désir d’un besoin

C’est une chose d’avoir besoin d’une maison plus grande, par exemple, et une autre est de le désirer ou d’avoir certaines préférences. Quand j’ai besoin de quelque chose, si je ne l’ai pas, je ressens de l’inconfort. S’il s »agit d’une préférence, je peux ressentir de l’inconfort, mais ce sera plus léger.

Il y a peu de choses dont nous avons vraiment besoin dans la vie. Différencier ce dont nous avons besoin de ce que nous aimerions avoir est essentiel pour éviter de se sentir frustré ou en échec.

Dans la vie, il est très difficile d’éviter les difficultés et les frustrations. Nous échouons tous à un moment donné. Cela fait partie de la vie et c’est totalement normal. Par conséquent, nous devons apprendre à gérer la frustration et nous donner la permission d’échouer. De cette façon, nous aurons une vie plus orientée vers la réalité et nous nous sentirons mieux.

A découvrir aussi