Le modèle transthéorique du changement de Prochaska et DiClemente

9 janvier 2018 dans Théories 26 Partagés
modèle transthéorique du changement

Le modèle transthéorique du changement apparaît dans le but de comprendre comment les personnes changent face à certains comportements addictifs. Il a été développé par les psychologues James Prochaska et Carlo DiClemente en 1982.

Ces chercheurs ont essayé de comprendre comment et pourquoi les personnes changent, soit seules, soit avec l’aide d’un thérapeute. Ces auteurs ont décrit une série d’étapes à travers lesquelles passe une personne qui veut abandonner une habitude, telle que la consommation de drogues ou d’aliments hautement transformés. Cela vaut également pour la plupart des objectifs annuels que beaucoup d’entre nous établissons.

Ces étapes sont applicables au changement que les personnes se proposent et font pour elles-mêmes, mais aussi au changement qui se réalise grâce à l’aide d’un thérapeute. Autrement dit, que ce soit hors ou dans le cadre d’une thérapie, les personnes semblent passer par des phases similaires, en utilisant des processus similaires.

Dans cette approche, la motivation est comprise comme l’état actuel d’une personne ou la phase de préparation pour le changement. Ceci est important dans la mesure où nous utilisons souvent le mot  “motivation” de manière incorrecte. Alors que cette motivation est essentielle à tout processus de changement personnel.

“La conduite des hommes nous permet de conjecturer certaines choses que nous obtenons s’ils persévèrent avec elles, dit Scrooge, mais si nous ne persévérons pas avec elles, ces choses ou ces objectifs changeront. Dis-moi qu’il s’agit de ce qui arrivera … avec ce que tu veux me montrer !”

-Ebenezer Scrooge au fantôme du futur Noël, chanson de Noël de Charles Dickens-

La roue du changement du modèle transthéorique du changement

La “roue du changement” qui émerge du modèle transthéorique du changement de Prochaska-DiClemente reconnait l’existence de quatre, cinq ou six étapes, sous la forme d’une roue (circulaire). Par conséquent, les personnes qui envisagent d’éliminer un comportement addictif passent par les différentes étapes de la roue, comme si elles glissaient à travers elles.

Le fait que la roue soit un cercle reflète une réalité : dans tout processus de changement, la personne tourne autour du processus plusieurs fois avant d’atteindre un changement stable. Dans leurs premières enquêtes auprès des fumeurs, par exemple, Prochaska et DiClemente ont constaté que les fumeurs tournaient autour de la roue trois à sept fois (avec une moyenne d’environ quatre fois) avant d’abandonner la consommation de la manière volontaire.

Cette roue considère également la rechute comme un événement normal ou un autre état du changement. Parfois, les psychologues disent à leurs patients : “chaque consommation ponctuelle ou rechute vous rapproche de la guérison”.

Cela ne signifie pas, bien évidement, que les personnes sont encouragés à rechuter, mais plutôt qu’il s’agit d’une perspective réaliste afin d’éviter qu’elles ne soient découragées, démoralisées ou effondrées lorsqu’une rechute se produit.

 modèle transthéorique du changement

Étape de précontemplation

Le point d’entrée du processus de changement est l’étape de “précontemplation”. La personne n’a pas encore pris conscience qu’elle a un problème ou qu’elle a besoin d’introduire un changement dans sa vie. Un “précontemplateur” est quelqu’un qui sait qu’il a un problème, même s’il n’en a pas conscience.

Étape de contemplation

Une fois qu’une prise de conscience du problème apparaît, la personne entre dans une période caractérisée par l’ambivalence : la phase de “contemplation”. La personne contemplative considère et rejette en même temps le changementL’expérience de la personne contemplative est décrite comme une sorte d’oscillation entre les raisons de changer et les raisons de continuer de la même manière.

Une personne qui a des problèmes d’alcool et qui se trouve dans cette phase, par exemple, peut dire quelque chose tel que : “Je ne pense pas avoir de problème avec l’alcool. Il se peut que je boive trop pour ma santé, mais je ne pense pas que je bois plus que le reste de mes amis. Je peux arrêter de boire lorsque je le souhaite”. Comme nous pouvons le constater, il s’agit d’une étape dans laquelle la personne a un sentiment de contrôle alors même qu’elle a un problème.

femme ayant un problème avec l'alcool

Étape de détermination

Le stade de la détermination, dans le modèle transthéorique du changement, est comme une fenêtre pour une opportunité, qui ouvre la porte à une nouvelle période de temps. Si pendant ce temps la personne entre dans la phase d’action, le processus de changement continue. Dans e cas inverse, la personne retourne à l’étape de la contemplation.

Étape d’action

Le stade de l'”action” est celui que les personnes considèrent le plus souvent comme le début de la thérapie. Ici, la personne est impliquée dans des actions qui mèneront à un changement.

La plupart des personnes qui arrêtent de fumer, par exemple, le font par eux-mêmes. L’objectif au cours de cette étape est de produire un changement dans le problème à résoudre. L’intention de changer, cependant, ne garantit pas que le changement sera maintenu au fil du temps.

Étape de maintien

Le défi consiste ici à maintenir le changement obtenu lors de l’étape précédente, afin de prévenir les rechutes. Se désintoxiquer, réduire la consommation d’alcool ou perdre du poids est une première étape du changement, suivi par le défi de maintenir l’abstinence ou la modération.

femme décidant d'arrêter de fumer

Rechute

Enfin, si la rechute se produit, la tâche de la personne est de recommencer à tourner autour de la roue plutôt que de rester immobile dans cette phase. Les trébuchements ou les rechutes sont normaux, des événements attendus lorsqu’une personne tente de modifier un comportement de longue durée.

Comme nous avons pu le constater, le modèle transthéorique du changement implique une série d’étapes disposées de manière circulaire. Une personne qui souhaite changer un comportement addictif passe par ces étapes de manière indéfinie, jusqu’à ce que finalement elle parvienne à maintenir le changement.

Références bibliographiques

William R. Miller et Stephen Rollnick. L’interview motivationnelle Ed. Paidós. Barcelone, 1999.


A découvrir aussi