Toxicomanie : tolérance et syndrome d’abstinence

· 1 janvier 2018

Nous avons tous entendu parler de toxicomanie, de tolérance et de syndrome d’abstinence. Mais que signifient exactement ces termes ?

De manière générique, il est entendu que le trouble de toxicomanie s’applique à toutes les substances qui, introduites dans l’organisme, affectent ou modifient l’humeur et le comportement. Nous trouvons parmi elles des drogues légales comme l’alcool ou le tabac, ou des substances illégales comme le cannabis, la cocaïne, le LSD, etc.

Nous disposons aujourd’hui de données impressionnantes sur la prévalence de la consommation de substances psychoactives. Au-delà de 15 ans, 91% de la population a consommé de l’alcool et 64% du tabac. Ceci est encore plus inquiétant si nous observons la consommation de substances entre 14 et 18 ans : 66% ont consommé de l’alcool lors du dernier mois et 37% du tabac.

Certains aspects fondamentaux pour comprendre les raisons de l’addiction au substances sont les processus de tolérance et d’abstinence. Les deux sont étroitement liés dans la mesure où ils sont donnés comme réponse compensatoire de l’organisme. Mais avant d’expliquer cela, nous devons comprendre ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous consommons une drogue.

femme triste

Consommation de substances et système de récompense

La plupart des substances psychoactives sont étroitement liées au système de récompense du cerveau et à la dopamineLa dopamine est un neurotransmetteur qui est libéré lorsque nous effectuons des comportements désirables, et sa fonction est de renforcer ces dernières afin de les répéter à l’avenir. Fondamentalement, la dopamine est le « prix » qui nous attribut le corps sous forme de plaisir pour faire quelque chose qui nous semble correct.

Les drogues provoquent, voir même, parviennent à simuler la libération de dopamine dans notre système de récompense. Certaines, comme l’alcool, le font à travers des mécanismes indirects et d’autres, comme les amphétamines, ont une composition chimique similaire et agissent comme la dopamine.

Cette fausse libération inhérente à la consommation de drogues provoque l’activation de notre système de récompense. Un ensemble de mécanismes qui permet l’association de certaines situations avec le sentiment de plaisir. Notre cerveau pense dès lors que la consommation est bénéfique pour le corps, même si elle est en réalité nuisible.

Cependant, ces importantes décharges de « fausse dopamine » provoquent également un fort déséquilibre dans l’homéostasie de l’individu. Ceci amène le corps à activer ses mécanismes de régulation pour combler cet écart. C’est cette dernière qui génère la tolérance et le syndrome d’abstinence, processus que nous expliquerons ci-dessous.

La tolérance et le syndrome d’abstinence inhérent à la toxicomanie

Les mécanismes de régulation de notre corps, destinés à empêcher que se produise un déséquilibre interne, modulent la chimie du cerveau. La consommation de substances est un exemple de ce phénomène. Voyons voir en quoi cela consiste.

Imaginez que tous les samedis vous sortez faire la fête et que vous buvez quelques verres de n’importe quelle boisson alcoolisée. Puisque l’alcool est une drogue qui simule les endorphines, votre système opioïde endogène sera hyper-activé, ce qui générera une libération de dopamine et une sensation de plaisir. Il se passe que si vous répétez ce comportement, votre corps apprendra ce que vous allez faire et génèrera une réponse compensatoire .

C’est à ce moment là que la tolérance aux drogues entre en jeu. Le samedi suivant lorsque vous sortirez de nouveau, votre cerveau, sachant que vous allez consommer de l’alcool et que cela provoquera un déséquilibre, abaissera les niveaux basiques d’endorphines. Votre système opioïde endogène deviendra alors dépressif, mais après avoir bu, il redeviendra à la normalité. Votre sensation subjective sera que l’alcool ne vous cause aucun effet, et vous devrez boire davantage pour compenser la baisse compensatoire due à la tolérance.

Maintenant, que se passe-t-il si vous cessez soudainement de boire de l’alcool ? Qu’en sera-t-il de cette réponse compensatoire ? Même si vous avez réduit la consommation ou l’avez éliminée, la réponse compensatoire continue de se produire. Si nous revenons à l’exemple précédent, lorsque vous sortez un samedi sans intention de boire de l’alcool, le cerveau pensera le contraire  puisqu’il s’agit de ce qu’il a appris. Par conséquent, votre taux d’endorphines chutera rapidement et comme il ne sera pas compensé par la consommation d’alcool, il vous provoquera une importante anxiété. Il s’agit de ce que nous appelons le syndrome d’abstinence.

homme inquiet

Conclusion

La présence de tolérance et de symptômes d’abstinence sont des symptômes non équivoques d’un trouble de toxicomanie. Parce que si la tolérance commence à apparaître, il existera également une abstinence lorsque nous arrêterons notre consommation. En outre, l’apparition du syndrome d’abstinence conduit généralement à la consommation de la substance afin de réduire l’anxiété qu’elle génère. Ces mécanismes biologiques doivent être pris en compte pour comprendre les processus inhérents à la toxicomanie.

Le trouble de toxicomanie est un problème de santé global. Il est nécessaire de comprendre que cela provoque une multitude de problèmes sociaux, professionnels, personnels et de santé. Par ailleurs, si nous souhaitons améliorer la qualité de vie des personnes, il est essentiel de faire connaître les mécanismes d’action des drogues afin de sensibiliser la population aux risques liés à leur consommation.