Équithérapie : bienfaits, applications et disciplines

14 janvier, 2021
L'équithérapie est une thérapie par cheval qui a pour but d'améliorer différents domaines ou différentes capacités. Elle est principalement appliquée chez les enfants atteints d'autisme, du syndrome de Rett ou encore de paralysie cérébrale... Découvrez ici quelques-uns de ses bienfaits !

De plus en plus nombreuses sont les personnes atteintes d’un certain trouble ou d’un certain handicap qui optent pour des thérapies alternatives en vue d’améliorer leur qualité de vie, comme l’équithérapie. Cela ne veut pas dire que ce type de thérapie n’existait pas il y a de nombreuses années. Mais maintenant, on lui accorde plus d’importance.

Grâce aux thérapies alternatives, une personne dispose de nombreux outils bien différents les uns des autres pour apprendre à se connaître et améliorer son développement personnel ainsi que sa qualité de vie. En ce qui concerne l’équithérapie, le cheval représente le principal outil de travail.

De nombreux avantages de la l’équithérapie ont été rapportés chez les personnes atteintes d’autisme, de paralysie cérébrale et d’autres types de troubles. Comment cette pratique est-elle née ? A quels groupes s’adresse-t-elle ? Quelles disciplines comprend-elle ? Nous vous disons tout ici !

Une démonstration d'affection entre une femme et un cheval.

Qu’est-ce que l’équithérapie ?

L’équithérapie, également appelée “thérapie par le cheval”, consiste en un type de thérapie où l’outil principal estTous les articles le cheval. Elle est fréquemment proposée comme une thérapie alternative fréquemment pour les personnes souffrant d’un certain type de handicap ou de trouble neurodéveloppemental (par exemple, l’autisme).

Le but de l’équithérapie est de favoriser le développement cognitif, physique, émotionnel, social et/ou professionnel du patient à travers une série d’exercices, de jeux et d’activités impliquant des chevaux. Plus globalement, à travers cette thérapie, l’objectif est d’améliorer la qualité de vie et le bien-être du patient.

Le patient peut monter le cheval, le peigner, en prendre soin, le caresser, le nourrir, effectuer différents types d’exercices, etc. Comme pour toute thérapie, le traitement est personnalisé en fonction des caractéristiques physiques et psychologiques du patient, afin que ce dernier puisse tirer le meilleur parti de cette interaction avec l’animal.

L’origine de cette thérapie

Les Grecs conseillaient déjà de monter à cheval pour prévenir et soigner différents maux du corps et de l’esprit. Plus formellement, on dit que l’équithérapie est née au Mexique, en 1969, grâce à un préparateur physique du Centre sportif olympique mexicain, Rogelio Hernández Huerta.

Cette même année, le premier centre spécialisé d’équithérapie a vu le jour. Est apparue également l’association NARHA (North American Riding for the Handicapped Association ), dont la mission est de coordonner et de reconnaître officiellement cette thérapie.

À qui s’adresse-t-elle ?

L’équithérapie s’adresse particulièrement aux personnes qui présentent un certain handicap, qu’il soit physique ou mental. Elle utilisée chez les enfants et les adultes. Plus précisément, la thérapie équine profite notamment aux personnes qui présentent :

  • un handicap physique, mental ou sensoriel.
  • un trouble neurodéveloppemental (par exemple, autisme).
  • ou un problème de marginalisation ou d’inadaptation sociale.

Cette discipline est particulièrement bénéfique pour les patients qui souffrent d’autisme, de paralysie cérébrale, du syndrome de Rett, de lésions au niveau de la colonne vertébrale et/ou du cerveau, de la sclérose en plaques, de fibromyalgie, etc. Il faut adapter la discipline au cas ; les objectifs à travailler seront également divers.

Les bienfaits de l’équithérapie

Les bienfaits de l’équithérapie ont été soutenus par différentes études. Elle apporte à la fois des bienfaits psychologiques et physiques. En ce qui concerne les bienfaits psychologiques (et émotionnels), cette thérapie :

  • Améliore l’estime de soi.
  • Favorise la maîtrise des émotions.
  • Renforce la confiance en soi.
  • Stimule la mémoire et l’attention.
  • Favorise le respect de la nature et des animaux.

En ce qui concerne les bienfaits physiques, des améliorations ont été observées chez les enfants pratiquant la thérapie équine. Ces améliorations concernent le développement musculaire, l’équilibre, la force, le tonus musculaire, la motricité, la coordination et l’endurance, entre autres.

Équithérapie et autisme

Comme commenté précédemment, la thérapie équine est fréquemment appliquée chez les enfants autistes en raison de ses nombreux bienfaits. Par exemple, l’étude de Pérez et al. (2008) a montré qu‘à travers le cheval, l’enfant peut recevoir une stimulation de quatre types : vestibulaire, proprioceptive, tactile et motrice.

Par ailleurs, une autre étude (2017) a montré que la transmission de la chaleur corporelle du cheval, ses mouvements tridimensionnels et les vibrations qu’il transmet, fournissent à l’enfant une stimulation des structures nerveuses. Cela favorise le développement de l’enfant.

Encore une autre étude réalisée par Delgado et Sánchez (2015) et publiée dans Mediciego affirme que les enfants autistes peuvent se connecter émotionnellement avec le cheval. De plus, le fait de les chevaucher leur donne un sentiment de sécurité qui profiterait à leur estime de soi.

Un petit garçon qui fait du cheval.

Les différentes disciplines

Au sein de la thérapie équine, on retrouve différentes disciplines. Certaines des plus connues sont :

  • Le tournage thérapeutique. Cette discipline consiste à faire des exercices sur le dos du cheval. Ces performances améliorent l’équilibre et la coordination du patient.
  • L’équitation pédagogique. C’est une discipline très répandue. Elle consiste en l’adaptation du patient au cheval et à tout son environnement. Les bienfaits sont les suivants : elle stimule la motivation, l’affectivité et améliore la concentration, entre autres.
  • L’hippothérapie. Cette discipline consiste à effectuer des exercices physiothérapeutiques avec et sur le cheval. L’idée est que le cheval transmette sa chaleur corporelle, ses impulsions rythmiques et son mouvement tridimensionnel (c’est-à-dire qu’on travaille avec le mouvement du cheval).
  • L’équitation adaptée. Cette discipline concerne les personnes qui pratiquent déjà l’équitation.

En somme, la thérapie équine est un outil thérapeutique aux bienfaits indéniables. Elle peut être utilisée comme thérapie alternative chez les enfants atteints d’autisme et d’autres pathologies ou troubles.

Cette thérapie est également indiquée pour les adultes, car la variété des disciplines qu’elle englobe permet de travailler avec tout type de personnes et dans des domaines très divers. Bien entendu, un professionnel qualifié et dûment accrédité doit toujours accompagner le patient (il s’agit généralement de physiothérapeutes spécialisés).

  • Engel, B.T. (1997). Therapeutic Riding: Its benefits, professions and divisions. In Engel, B.T. Therapeutic Riding, I: Strategies for Instruction Part I. Durango, co: Barbara Engel therapy services.
  • García, S. (2010). Equinoterapia: Un binomio con fines terapéutico. Universidad Veracruzana. Médico Veterinario Zootecnista.
  • Pérez, L., Rodríguez, J. y Rodríguez, N. (2008): La Equinoterapia en el tratamiento de la discapacidad infantil. Revista Archivo Médico de Camagüey, 12(1).