Je suis accro au travail, que puis-je faire ?

26 septembre 2019
Vous pensez que vous êtes accro au travail, que vous sacrifiez votre vie de famille pour celui-ci ? Cet article vous aidera à savoir quelles mesures vous pouvez commencer à prendre pour sortir de cette situation et trouver un équilibre dans votre vie.

Le fait d’être accro au travail, un terme également connu sous le nom de « workaholic« , est une expression qui définit certaines personnes. Bien que cela puisse a priori être considéré comme un avantage, puisqu’elles travaillent et produisent plus, dans leur vie personnelle, les workaholics ont un certain nombre de problèmes.

Comme le souligne l’article Work Addiction : Characteristics, Detection and Prevention from a Comprehensive Perspective, le dépendant devient une personne très intense qui cherche à s’acquitter de ses responsabilités professionnelles d’une manière compulsive. Il est donc incapable de maintenir un équilibre entre sa vie personnelle et son travail.

Un homme fatigué car accro au travail

De quoi l’addiction au travail se nourrit-elle ?

La société ne désapprouve pas le fait d’être considéré comme accro au travail. Le sacrifice de soi, lié au fait de passer moins de temps de qualité avec la famille, les enfants et le partenaire est approuvé sous prétexte que l’on recherche le meilleur pour eux.

C’est un problème, car c’est souvent l’une des excuses qu’un bourreau de travail invoque. « Je le fais pour vous » est l’une des phrases qu’il répète le plus souvent. Peu importe qu’il soit malade, en vacances ou que son temps de travail soit limité à 8 heures. L’accro fait des heures supplémentaires, va travailler même s’il se sent mal et, si possible, rejette les vacances.

Pour toutes ces raisons, de nombreuses personnes dépendantes du travail sont généralement des professionnels indépendants. Ainsi, ils peuvent travailler les heures qu’ils veulent et ne pas prendre de vacances. Ils oublient complètement leur vie sociale et familiale. Leurs relations se refroidissent parce que le travail est tout pour eux.

Des conseils pour un accro au travail

Être un bourreau de travail a des conséquences sur la santé. Il est donc conseillé de mettre en place une série de mesures qui sont généralement bien accueillies par les entreprises lorsqu’elles détectent qu’un travailleur passe trop de temps à faire des heures supplémentaires qui ne lui correspondent pas.

Conseil et psychothérapie

Le premier des conseils pour un accro au travail est la recherche de conseils et l’initiation d’un traitement psychothérapeutique. Comme indiqué dans l’article Addiction au travail (workaholism). La pathologie psychosociale du XXIe siècle, il est positif de s’orienter vers une approche cognitivo-comportementale qui favorise des changements dans la vie quotidienne de la personne.

De même, il est conseillé au dépendant d’effectuer les actions suivantes :

  • Assister à des ateliers au cours desquels il peut travailler sur ses compétences émotionnelles
  • Apprendre des techniques pour gérer le stress qui l’empêche de travailler
  • Participer à des groupes de soutien avec des pairs dans la même situation
  • Comprendre pourquoi il cherche refuge dans le travail

Thérapies familiales

Il est nécessaire que la famille s’implique et assiste aux thérapies en même temps que l’accro au travail afin que ce dernier puisse évoluer et s’améliorer. La raison en est que cette dépendance engendre une dynamique malsaine au sein du noyau familial où les disputes peuvent devenir fréquentes.

L’incompréhension de son entourage peut inciter l’accro au travail à chercher encore plus de refuge dans celui-ci pour échapper aux problèmes nés dans son foyer. Pour cette raison, les thérapies familiales sont indispensables.

L’accro au travail doit apprendre l’une des leçons les plus précieuses, à savoir comment dire « non ».

Une femme au travail
Le rôle des entreprises

Bien que le dépendant doive effectuer un travail personnel où la psychothérapie et les thérapies familiales seront importantes, les entreprises ont aussi un protocole d’action à mettre en œuvre dès qu’elles détectent qu’un travailleur fait plus d’heures que prévu dans son contrat et dépasse son engagement.

Certaines des stratégies visant à limiter l’excès de travail auquel un dépendant tend à s’adonner sont la restructuration de son poste, l’assouplissement de ses horaires, l’imposition de pauses et la promotion du travail coopératif. De même, ceux qui travaillent le plus ne doivent pas être récompensés.

Vous pensez être accro au travail ? Vous n’avez pas de temps pour votre famille ou vos amis ? Si la réponse à ces deux questions est « oui », nous vous recommandons de demander conseil. Si vous êtes accro au travail, il y a différentes façons de retrouver l’équilibre dans votre vie.

Peut-être que votre emploi est devenu votre refuge parce que vous êtes submergé par l’idée de manquer d’argent, ou peut-être que c’est un moyen d’échapper aux disputes à la maison. Quoi qu’il en soit, il existe une solution à ce problème. Toute dépendance est un problème et, même si elle vous échappe, il est nécessaire de résoudre ce qui vous amène à y tomber.

 

  • del Líbano Miralles, M., Soria, M. S., Schaufeli, W. B., & Gumbau, S. L. (2006). Adicción al trabajo: concepto y evaluación (I). Gestión práctica de riesgos laborales: Integración y desarrollo de la gestión de la prevención, (27), 24-30.
  • Quiceno, J., & Vinaccia Alpi, S. (2007). LA ADICCION AL TRABAJO « WORKAHOLISM ». Revista Argentina de Clínica Psicológica, XVI (2), 135-142.
  • Schaufeli, W. B., Soria, M. S., Gumbau, S. L., & del Líbano Miralles, M. (2006). Adicción al trabajo: acciones preventivas (II). Gestión práctica de riesgos laborales: Integración y desarrollo de la gestión de la prevención, (28), 18-24.