J’aime les personnes à l’odeur de « j’aime, je peux et je le mérite »

· 10 juin 2017

Les personnes à l’âme humble et au cœur courageux captivent. Elles attirent celui/celle qui ne se rend pas, inspirent celui/celle qui a tracé son chemin sans faire attention aux entraves qui s’y mettent en travers. Des personnalités qui ne se rendent jamais et qui ont un jour appris à s’aimer pour ce qu’elles sont.

S’il est précieux d’avoir des ami-e-s et des proches quand on a ce profil et cette attitude, il est encore plus important de devenir l’une de ces personnes, qui ont l’odeur de « j’aime, je peux et je le mérite ». La société, il est vrai, nous dit que qui ose dire cette phrase à voix haute fait preuve de narcissisme.

« Si vous n’avez pas d’amour propre… à quoi pouvez-vous aspirer ? »

Walter Risso-

S’aimer soi-même est sûrement la racine la plus précieuse de notre bien-être psychologique. Cette dimension est ni plus ni moins celle qui garantit notre survie, aussi bien physique qu’émotionnel. C’est cette tendresse qui nous permet aussi de surmonter avec plus ou moins de succès les fluctuations de la vie et de cette société complexe, qui a au moins autant de contradictions que nous.

Cependant, nous avons parfois la claire sensation que le fait de « s’aimer » soi-même, de dire à voix haute que nous méritons des choses et que nous sommes capable de tout, est autre chose qu’un acte de mauvais goût. Aux yeux de beaucoup, nous courons le risque de souffrir d’orgueil, d’égoïsme et bien sûr de narcissisme.

Pensez-y : être altruiste, noble et humble est quelque chose de bon et même de nécessaire, mais pour disposer d’une bonne santé psychologique, il est nécessaire d’investir dans d’autres dimensions parfois négligées : le respect de soi, la confiance en soi, l’amour propre, la dignité personnelle.

Le narcissisme sain que nous négligeons parfois

Le mot « narcissique » provoque un certain rejet dès qu’on l’entend. Mais… si nous vous disions qu’il en existe un versant sain dont nous avons tou-te-s besoin ? Aussi curieux que cela paraisse, chacun-e d’entre nous arrivons au monde avec le besoin de nous aimer nous-même de manière innée. C’est comme un programme génétique qui plus tard, à cause de plusieurs raisons, finit à la poubelle, menotté ou bâillonné car il nous fait honte.

Pour mieux comprendre, il suffit de penser aux bébés et aux enfants de 3 ou 4 ans. Dans leur comportement, s’inscrit un réseau de narcissisme essentiel qui cherche exclusivement à ce que leurs besoins de base, qu’ils soient physiques ou émotionnels, soient satisfaits. Ils ne le font pas par égoïsme, ils le font tout d’abord pour survivre et ensuite l’envisagent comme une part de leur développement psychologique et social.

Plus tard, ce reflet, cet instinct, peut prendre trois chemins différents :

  • Le premier, que l’enfant ressent à cause des interactions qu’il expérimente dans son entourage, c’est qu’il est indigne de recevoir de l’amour. Ses besoins émotionnels ne sont pas satisfaits et petit à petit, il tombe dans une spirale d’auto-humiliation où son estime de lui-même est complètement détruite. S’il comprend que les autres ne l’aiment pas, il ne s’aimera pas lui-même.

  • La deuxième possibilité est tout aussi négative. Il s’agit du narcissisme exacerbé, dans lequel l’enfant développe un besoin extrême de rechercher l’attention et l’éloge de l’adulte. Il a besoin de ce renfort externe, persistant et continu pour se sentir validé et obtenir du pouvoir. Petit à petit, et au fur et à mesure qu’il grandit, cette pratique sera son principal besoin : il cherchera toujours à être le centre de l’attention et sa seule préoccupation sera lui-même.
  • Pour finir, dans la version la plus saine, on trouve l’enfant ou le/la « pré-adolescent-e » qui a pu conserver ce narcissisme sain grâce auquel iel comprend que s’aimer soi-même est basique pour survivre. Ainsi, petit à petit, au lieu d’exiger l’attention constante et le renfort de son entourage pour se sentir validé-e, iel a réussi à développer une forte estime de lui/elle-même grâce à laquelle iel se sent capable, digne, courageux-se et méritant-e pour obtenir ce qu’iel souhaite.

Lisez aussi : Je préfère une solitude digne qu’une relation incomplète

Les personnes qui s’aiment obtiennent ce qu’elles souhaitent

Les personnes qui ont l’odeur de « j’aime, je peux et je le mérite » ne sont pas égoïstes, ni narcissiques ou pédantes. En général, elles sont discrètes. Elles ne parlent pas de leur plans à tout le monde, ne portant pas de pancartes qui proclament leurs qualités et leurs capacités, comme celleux qui pratiquent le narcissisme le plus aiguisé, celui qui se nourrit des apparences, du « Je parle beaucoup mais je ne fais rien« , et du « Si je veux quelque chose, je me servirai de toi pour y arriver. »

« Il y a quelque chose de pire que la mort et la souffrance : le manque d’amour propre. »

-Sandor Márai-

Les personnes qui ont une bonne estime d’elles-mêmes et qui s’aiment de manière courageuse et saine avancent en silence et sans attirer l’attention, mais elles ont toujours le regard posé sur l’horizon pour atteindre leurs objectifs, quoi que disent, pensent ou fassent les autres.

D’autre part, il y a quelque chose qu’il ne faut pas oublier : selon les explications de la neuroscience, cette aire de notre cerveau où bougent et se programment nos objectifs de vie est le cortex orbitofrontal. Cette structure est également très liée aux émotions, mais surtout à ce type de personnalité ferme et forte qui englobe les bonnes habitudes, les persistances et l’effort personnel.

Tout cela nous démontre une fois de plus que seules les personnalités courageuses et qui sont caractérisées par un fort amour propre et une forte estime d’elles-mêmes sont celles qui finissent par toucher le ciel avec la pointe de leurs doigts… Et ce que les autres disent ne leur importe guère, car l’énergie pour atteindre le triomphe réside toujours à l’intérieur de soi-même, dans ce recoin intime dont nous devons prendre soin au quotidien.

Lisez aussi : 6 qualités que vous devez développer si vous voulez atteindre vos buts

Images de Liz Clemens