Si vous êtes une personne créative, félicitations : votre cerveau fonctionne de manière différente

· 25 février 2017

Le cerveau de la personne créative est comme un salon avec des baies vitrées. Dans cet espace infini, l’intelligence se divertit et l’intuition se délecte ; l’impossible devient possible et l’ordinaire se transforme en poésie. Rien n’est absurde pour cet esprit qui sait très bien que derrière la banalité se cache un monde extraordinaire.

Aujourd’hui, il existe encore des gens qui croient qu’il n’y a pas de place pour l’imagination dans la science. Tou-te-s celleux qui pensent de cette façon n’ont probablement jamais lu une seule des aventures de Sherlock Holmes. On nous a rarement montré de manière aussi claire et amusante qu’entre l’observation et la déduction, il existe un processus fascinant qu’on appelle la créativité. Il s’agit de la partie la plus festive, la plus audacieuse et la plus vitale de tous nos processus mentaux.


« Il n’y a rien de plus trompeur qu’une preuve. »

-Sherlock Holmes-


Bien, mais quelle est la différence entre le cerveau de la personne créative et le cerveau d’une autre personne ? Si nous pensons au caractère de ce même Sherlock Holmes ou si nous visualisons Salvador Dalí, Nikola Tesla, Van Gogh, Mozart ou Léonard De Vinci, nous devinons déjà certains traits dans lesquels le brillant se mêle parfois à des dimensions personnelles quelque peu complexes.

À tel point que Mihaly Csikszentmihalyi lui-même, après plus de 30 années de recherche sur ce thème, a finalement eu une réponse. La personne créative n’est pas un seul individu. Elle représente un ensemble de « moi » dans un même espace, une entité complexe, dynamique, parfois obscure mais toujours vibrante et réceptive à ce qui l’entoure.

Cependant, il existe un aspect que nous devons bien garder à l’esprit : la créativité nécessite un entraînement. Même si, pour beaucoup, elle apparaît comme un don, cette capacité est comme un muscle puissant que nous pouvons faire travailler chaque jour.

sherlock-holmes

Ce que cache le cerveau d’une personne créative

En 1960 a été menée l’une des études les plus fascinantes de l’histoire. Frank X. Barron, pionnier dans l’étude de la psychologie de la créativité, a invité une série de personnalités de son époque à passer quelques jours dans une résidence étudiante de l’université de Californie, à Berkeley.

Parmi les personnes de ce groupe d’invité-e-s se trouvaient des écrivains comme Truman Capote ou Frank O’Connor, ainsi que de célèbres architectes, scientifiques et mathématiciens. Le but était aussi simple que passionnant : trouver ce qui les différenciait du reste des personnes et de quelle manière fonctionnait la machinerie de leurs cerveaux.

Les conclusions qui ont été tirées ne sont pas très éloignées de celles que nous avons encore aujourd’hui. Ce sont les suivantes.

Intelligence et créativité ne sont pas reliées

Bien au contraire de ce que beaucoup de gens peuvent croire, le quotient intellectuel ne s’associe pas à une créativité élevée. Qui plus est, il n’existe aujourd’hui aucun test pour identifier une personne créative. Nous nous trouvons face à une dimension si vaste, illimitée et multidimensionnelle qu’il est impossible de la délimiter dans les preuves classiques et standardisées.

persona-creativa-2

Le côté obscur du génie créatif

Un fait curieux qu’ont observé le docteur Barron et son collègue Donald MacKinnon est que la créativité, souvent, faisait légèrement augmenter l’indice de psychopathologie. Jusqu’à 15% au-dessus de la moyenne. Ce supposé « côté obscur » avait une explication très intéressante.

  • La personne créative possède de légers traits qui vont avec cette personnalité : elle est introspective, parfois provocatrice, va au-delà de l’ordre établi et, en même temps, prend des risques.
  • Malgré tout, sa santé mentale est supérieure à la moyenne. L’introspection n’est pas pathologique : il s’agit au contraire d’un outil merveilleusement efficace pour acquérir une meilleure conscience e soi.

La personne créative est connectée à son monde intérieur et est à la fois très réceptive à ce qui l’entoure. C’est dans cette harmonie parfaite que se trouve la magie : en connaissant ses zones d’ombre mais en alimentant sans arrêt la lumière de son environnement.

Si vous êtes une personne créative, vous êtes une personne courageuse

Les personnes hautement créatives ne sont en réalité pas si nombreuses. Cela peut sembler démoralisant, mais c’est en fait dû à une raison très concrète :

  • La personne créative prend des risques et va au-delà de l’ordre établi sans se préoccuper de ce que disent ou font les autres.
  • De la même façon, elle a la capacité de prendre des risques calculés et de penser de façon peu habituelle. Elle n’agit pas sur la base d’objectifs externes ou en se basant sur ce que d’autres peuvent lui offrir.

Sa motivation est intrinsèque, d’où son énorme auto-exigence.

cerebro-gif

L’art du désordre et la magie de la complexité

La personne créative jongle avec son cerveau. C’est dans le chaos qu’elle trouve l’équilibre ; le désordre est un défi et la complexité dans son esprit se transforme en simplicité.


« L’imagination est la voix de l’audace. »

-Henry Miller-


Dans l’esprit des personnes créatives habitent des commandants qui tracent de nouvelles routes en s’appuyant sur des expériences antérieures. Elles font des simulations comme le-a meilleur-e des architectes. Elles réfléchissent comme d’authentiques yogis pour prendre de la distance avec l’ordinaire, atteignant ainsi l’extraordinaire.

  • Aussi, en voyant tous les fins processus qui se déroulent dans leur cerveau, nous pouvons déduire qu’elles ne se servent pas uniquement du fameux hémisphère droit, celui qui cache l’intuition, les couleurs, les formes ou l’imagination.
  • La personne créative est un optimiseur du potentiel cérébral. Nous parlions au début de Sherlock Holmes. Le célèbre personnage de Conan Doyle est le meilleur exemple de la façon dont une personne créative utilise ses deux hémisphères.
creatividad

L’un commence par observer, en utilisant la logique, l’information linéaire, les séquences, l’analyse et le langage. Plus tard, nous passons de l’hémisphère gauche à l’hémisphère droit pour compléter les données et « remplir » les vides laissés. Pour élargir les perspectives à travers l’imagination.

C’est ainsi que nous créons, c’est ainsi que nous déduisons et que nous transformons notre monde pour prendre des décisions plus justes, plus habiles, plus créatives. C’est quelque chose de merveilleux et plein de possibilités qui mérite d’être favorisé chaque jour.

Osez penser de manière différente.