Jack London, biographie du maître de l'aventure

03 mars, 2020
Jack London était le maître du genre de l'aventure. Il a écrit de la même façon qu'il a vécu, avec passion, curiosité et en explorant le côté sauvage de la nature.

Jack London a représenté cette essence littéraire dans laquelle la nature sauvage devient physique et inspirante. Jamais le genre de l’aventure et des livres comme Croc-Blanc ou Le Loup des mers n’ont marqué autant de générations avec un style unique et inimitable. Ce journaliste, activiste et aventurier a écrit comme il a vécu : toujours sur le fil, avec ténacité, uni à la nature et au défi.

Beaucoup ne savent peut-être pas pourquoi Jack London a commencé à écrire : pour l’argent, pour sortir de la pauvreté. Ainsi, avec peu ou pas de formation, il a consacré tous ses efforts à deux tâches fondamentales pendant son adolescence. La lecture et l’écriture. Cependant, il était clair pour lui que pour réussir en littérature, il devait être capable d’offrir quelque chose de nouveau. Quelque chose qui n’avait jamais été vu auparavant.

Il s’est procuré une vieille machine à écrire qui ne fonctionnait qu’avec des majuscules et a commencé à voyager. Il voulait suivre ces vents qui avaient le goût de l’aventure, qui murmuraient des histoires inconnues de la plupart des gens. Jack London a parcouru l’Orient, quitté l’Alaska, rencontré des contrebandiers et a même été emprisonné.

Jack London ne nous a pas seulement donné ces romans d’aventure devenus des classiques. Cet écrivain engagé nous a également parlé de questions sociales importantes telles que l’exploitation sexuelle, l’alcoolisme et la maladie mentale. On a pu dire de lui qu’il abritait un loup avide d’aventure et d’histoires à raconter.

Malheureusement, ce style de vie trop hâtif, passionné et dangereux l’a fait quitter ce monde très tôt : il est mort à l’âge de 40 ans.

Jack London enfant

Jack London, le garçon qui aspirait à devenir écrivain

Cet auteur est né le 12 janvier 1876 à San Francisco, en Californie. Sa mère était Flora Wellman, une jeune femme avec de grandes capacités musicales. Elle est tombée amoureuse d’un astrologue, William Chaney. On peut dire que le père de London était l’une des figures les plus sérieuses et les plus renommées dans ce domaine. Cependant, il est aussi l’homme qui n’a jamais reconnu sa paternité.

Flora finit par épouser John London, un vétéran de la guerre de Sécession dont son fils a pris le nom. Leurs ressources financières étaient minimes, à tel point qu’ils pouvaient à peine assurer l’éducation du petit Jack. Cependant, dès son plus jeune âge, il a été très clair sur ce qu’il voulait devenir : il voulait être écrivain.

C’est dans ce but qu’il a passé toute son enfance et son adolescence. Il a travaillé dans l’industrie ferroviaire, a nettoyé des huîtres, a convoyé du charbon ou encore a été employé d’une conserverie. Il combinait toutes ces tâches avec ses visites constantes dans les bibliothèques, se nourrissant de tous les romans et livres de voyage qui lui tombaient entre les mains.

Les premières aventures et les premiers livres

En 1892, Jack London a rejoint la California Fish Patrol de l’Agence des ressources naturelles de Californie. Cela lui a permis de se rendre au Japon en goélette, de connaître ces terres et de ressentir les effets d’un typhon sur sa propre peau. Cette première expérience lui a donné envie d’en savoir plus. Sa soif d’aventure ne sera plus jamais satisfaite.

Un an plus tard seulement, il est devenu membre de l’armée de Kelly, luttant pour les droits sociaux des chômeurs du pays. Il a été emprisonné pour cela, mais ces mois ont été mis à profit pour écrire son premier roman : Carnet du trimard. Ce petit travail lui a permis de gagner un concours littéraire et lui a fait penser qu’il serait bon de s’inscrire à l’Université de Californie pour avoir une formation plus académique.

Cependant, les problèmes économiques et l'”appel” de la nature le poussent une fois de plus à s’enfuir loin. A se lancer dans de nouvelles aventures. Il se rendra au Canada, plus précisément au Klondike, où la ruée vers l’or a commencé. Cette expérience ne lui a apporté aucun bénéfice matériel, il n’a pas trouvé d’or. Cependant, c’est la meilleure expérience qu’il ait eue, celle qui a inspiré nombre de ses livres.

Le journaliste engagé et l’écrivain

Jack London est rentré chez lui en 1898. Dès lors, il n’a plus qu’un seul objectif en tête : faire publier ses histoires. Il y est parvenu avec A la santé de l’homme sur la piste. Il la vendra à The Overland Monthly, mais on ne lui offre guère plus de 10 dollars. Pour Mille fois mort, il a obtenu 40 dollars.

Cependant, son décollage littéraire a eu lieu lorsque les magazines ont commencé à publier ses récits de voyage, ses expériences et ses aventures. En 1900, il gagne près de 2 500 dollars. Il peut alors subvenir aux besoins de ses parents et mener une vie agréable. Son nom est devenu connu dans le monde entier lorsqu’il a eu 27 ans. Et ce grâce à L’Appel de la nature (1903). Il y raconte l’histoire d’un chien qui trouve sa place dans le monde en tirant un traîneau dans le Yukon.

Plus tard viendront Le Loup des mers, Croc-Blanc (1906) et Le Cabaret de la dernière chance (1913), un livre de réflexion dans lequel il détaille sa lutte contre l’alcool. Il faut souligner son travail de journaliste social, couvrant par exemple des événements tels que la guerre russo-japonaise, la vie de la population hawaïenne, l’exploitation sociale dans le monde ou la lutte des travailleurs pour obtenir des droits sociaux.

Jack London dans les bois

Jack London s’est marié deux fois et a eu deux filles. Il a laissé un héritage de 50 livres et 200 histoires. Il a donné des conférences sur le capitalisme, la nature, les animaux… Malheureusement, il n’a pas pu développer son travail car sa santé ne lui permettait pas de le faire. Il est mort à l’âge de 40 ans, à cause de ses problèmes d’alcoolisme et de ses soucis rénaux.

Beaucoup d’historiens pensent qu’il se serait peut-être suicidé, comme beaucoup de ses personnages littéraires. Son corps repose au Parc historique Jack London, en Californie.

 

  • London, Jack (2002) John Barley Corn: memorias alcohólicas.  Valdemar
  • Kingman, Russ (1979). A Pictorial Life of Jack London. Crown Publishers