Expulsions et suicides, une réalité dramatique

· 18 mars 2019
En quoi consiste donc cette triste réalité ?

Les expulsions et les suicides sont des phénomènes qui présentent actuellement une trop grande convergence. Malheureusement, nous en entendons fréquemment parler dans les journaux et à la télévision. Face à cette situation, nous pouvons nous poser plusieurs questions : pourquoi les expulsions ne s’arrêtent-elles pas alors que les conséquences sont bien connues ? Et surtout, qu’est-ce qui pousse une personne à vouloir se suicider en cas d’expulsion de son foyer ?

Le suicide a toujours été un sujet tabou dans les médias. La peur de la « contagion » a poussé les gens à ne pas en parler. Cependant, le débat s’est récemment ouvert à ce sujet et la société commence à voir la pointe de l’iceberg.

Le fait qu’une expulsion mène quelqu’un à vouloir cesser de vivre inquiète fortement. Surtout les psychologues, qui s’intéressent à la façon dont l’esprit fonctionne et aux décisions qu’il prend face à des situations compliquées. N’y a-t-il pas d’autres portes de sortie ? N’y a-t-il pas d’autres options ? S’agit-il d’un désespoir trop puissant ou d’une impulsion momentanée ? Nous allons essayer, dans cet article, d’analyser les causes de ce rapprochement fréquent entre expulsions et suicides.

Suicide volontaire

La personne est-elle libre lorsqu’elle prend la décision de se suicider ou est-elle victime des circonstances ? Si nous nous trouvons au bord d’une falaise et sommes entourés d’une vingtaine de personnes qui nous poussent, nous finirons par tomber. Dans ce cas, personne ne parlerait de suicide parce que notre intention n’était pas de tomber. Nous avons été poussés. Pouvons-nous comparer les personnes qui nous poussent à une expulsion ?

Lorsqu’on nous force à abandonner notre foyer, une série de variables se met en place. Pour certaines personnes, c’est assez pour vouloir tout arrêter. Nous pouvons ici nous demander : pourquoi certaines et pas d’autres ? Pourquoi des personnes se suicident et d’autres non ? Etant donné que toutes les personnes expulsées n’optent pas pour la même porte de sortie, nous pouvons nous poser la question suivante : existe-t-il des traits de personnalité incompatibles et protecteurs face au suicide ?

expulsions et suicides

Chaque expulsion renferme une série de circonstances différentes. Parmi elles, nous pouvons retrouver l’âge des personnes expulsées, le fait qu’elles aient des enfants ou non, leurs ressources économiques, la possibilité de se loger chez un membre de la famille ou un ami, le soutien social et familial, etc. Tous ces éléments (et bien d’autres) doivent être pris en compte au moment où une personne se retrouve forcée d’abandonner sa maison. Il n’y a rien de comparable entre être accueilli par un proche et ne pas avoir de foyer où dormir. Tout comme il n’y a rien de comparable entre vivre seul et pouvoir aller chez un ami et avoir une famille avec des enfants et ne pas avoir d’endroit où aller.

« Notre plus grande gloire n’est pas de ne jamais échouer mais de nous relever à chaque fois que nous tombons. »

-Confucius-

Conséquences de l’expulsion sur la santé mentale

L’équipe de Julia Bolívar (2016) a publié un article très intéressant. Nous parlons d’une étude sur la santé des personnes adultes affectées par un processus d’expulsion. Les chercheurs ont découvert que ces personnes avaient treize fois plus de probabilités d’avoir une mauvaise santé : 57,3% des hommes et 80,9% des femmes ont affirmé ne pas être en bonne santé. Ils ont aussi trouvé un plus grand risque de développer des problèmes cardiovasculaires.

Une autre découverte de l’équipe de Bolívar est que l’exposition aux expulsions dans le quartier pouvait entraîner une augmentation de la pression artérielle des résidents. Quant au processus de perte de foyer et de santé, des facteurs individuels et environnementaux se sont révélés très influents. De façon individuelle, le stress de l’expérience de l’expulsion est extrêmement nocif dès les phases initiales et affecte aussi bien la santé physique que la santé mentale.

Enrique Echeburúa (2015) assure qu’une humeur mélancolique peut être dangereuse car la dépression contrecarre le désir naturel de vivre. Ainsi, entre 15 et 20% des personnes qui souffrent de dépression pourraient essayer de se suicider.

Il souligne aussi que les troubles addictifs comme la dépendance aux drogues ou l’alcoolisme représentent un facteur de risque pour le suicide. Sur ce point, nous pouvons faire le lien entre plusieurs éléments et observer qu’une personne en cours d’expulsion peut être le candidat idéal pour développer une dépression. En fonction des styles d’affrontement de chaque personne, la dépression peut faire son apparition ou non. Tout comme le recours aux drogues ou à l’alcool pour supporter la douleur émotionnelle de l’expérience. Ainsi, puisque ces facteurs sont des indicateurs de risque de suicide, voyons quelques raisons qui poussent certaines personnes à vouloir se tuer.

« Là où une porte se ferme, une autre s’ouvre. »

-Miguel de Cervantes-

explosions et suicides

 

Expulsions et suicides : réflexion finale

Grâce aux recherches menées, nous avons pu voir comment certaines circonstances adverses et prolongées dans le temps peuvent provoquer une dépression chez les gens. Une situation d’expulsion aurait un impact extrêmement négatif sur la santé mentale et physique. Elle pourrait même conduire à des états dépressifs.

Ces circonstances pourraient aussi déboucher sur des addictions en tant que formes d’affrontement. Il faut savoir que ces ressources d’affrontement sont différentes chez chaque individu. Cependant, le nombre élevé de suicides nous pousse à croire que les expulsions provoquent un plus grand mal-être et un plus grand désespoir que nous ne pourrions l’imaginer chez les individus.

Le thème des expulsions et des suicides est extrêmement complexe. Il convient de souligner que toutes les personnes expulsées ne choisissent pas cette voie. Cela nous donne une lueur d’espoir car, dans ce cas, le suicide n’est pas la seule porte de sortie. Lorsqu’une situation devient insoutenable, beaucoup de gens choisissent de lutter et de voir comment ils peuvent finir par s’en sortir.